Cela vous intéressera aussi

La première idée d'un télescopetélescope spatial en orbiteorbite date de 1923 quand Hermann Oberth, un des pionniers de l'astronautiqueastronautique, publia un article. L'idée est reprise en 1946 par l'astronomeastronome Lyman SpitzerSpitzer puis prend forme en 1975 avant que le Congrès américain donne son feufeu vert en 1977 au programme du Large Space Telescope (LST). Pendant son développement, ce programme sera rebaptisé « Hubble » du nom de Edwin Hubble (1889-1953), l'un des grands pionniers de l'astronomie moderne.

En 1977, l'Agence spatiale européenne (ESAESA) et la NasaNasa officialiseront leur partenariat dans le cadre d'un accord au terme duquel l'ESA fournira la caméra pour objets faiblement lumineux (FOC) et les panneaux solaires. En échange de cette contribution, l'ESA aurait dû recevoir 15 % du temps d'utilisation d'Hubble mais dans les faits, en raison de la qualité des demandes d'observation des astronomes européens, la part allouée aux scientifiques européens a été d'environ 20 %.

Hubble, le plus célèbre de tous les observatoires spatiaux

Hubble est un télescope spatial de long de 13,2 mètres, d'un diamètre de 4,2 mètres et doté d'un miroirmiroir primaire de 2,4 mètres. À son lancement, sa massemasse était d'environ 11,1 tonnes. Initialement prévu en 1983 et reporté en 1985, puis 1986, il sera finalement placé en orbite autour de la TerreTerre le 24 avril 1990 par la navette spatiale DiscoveryDiscovery. Le report de 1986 s'explique par la perte de la navette Challenger qui explose lors de son décollage le 28 janvier 1986.

Polissage du miroir primaire d'Hubble d'un diamètre de 2,4 mètres. © Perkin-Elmer Corporation
Polissage du miroir primaire d'Hubble d'un diamètre de 2,4 mètres. © Perkin-Elmer Corporation

Voir aussi

Hubble : dans les coulisses du télescope spatial avec Roger-Maurice Bonnet

Aujourd'hui, Hubble évolue à plus ou moins 543 kilomètres d'altitude. Il fait le tour de la Terre en seulement 96 minutes en se déplaçant à 28.000 kilomètres par heure ! Depuis sa mise en service, un total de 12 instruments aura été installé à son foyerfoyer et six sont en service aujourd'hui. Les six autres ont été remplacés au gré de quatre missions de service.

Ces missions sont un des points forts du programme et expliquent la longévité du satellite. Dès sa conception, le télescope a été pensé pour permettre à des astronautesastronautes de lui rendre des visites d'entretien et de service pour remplacer des instruments scientifiques et réparer ou changer des éléments techniques comme cela a été le cas avec les panneaux solaires et les gyroscopesgyroscopes par exemple. La première mission de service se déroulera seulement trois ans après son lancement pour installer le dispositif pour corriger le grave défaut d'optique dont souffrait le miroir.

Le saviez-vous ?

Seulement quelques semaines après sa mise en service, les astronomes découvrent que les images transmises au sol sont anormalement floues ! Ce défaut d’optique sera corrigé par les astronautes de la Navette avec au premier rang des astronautes et des astronomes européens qui, en coopération avec leurs homologues américains réussiront à corriger la myopie d’Hubble grâce à la mise en place d’un système optique correcteur d’images permettant d’obtenir des informations d’une qualité encore inégalée aujourd’hui. Ce dispositif, baptisé Costar (Corrective optics space telescope axial replacement), sera développé et installé à la place du photomètre HPS lors de la première mission de maintenance en 1993.

En matièrematière d'avancées scientifiques, un article ne suffirait évidemment pas pour toutes les décrire. Après 30 ans d'activité, les observations d’Hubble et les données acquises ont révolutionné presque tous les domaines de l'astronomie, de la science planétaire à la cosmologiecosmologie !

Au 1er avril 2020, Hubble aura réalisé plus de 1,4 million d'observations et fourni des données que les astronomes du monde entier ont utilisé pour rédiger plus de 17.000 publications scientifiques à comité de lecture. Cela en fait l'un des observatoires spatiaux les plus prolifiques de l'histoire de l'astronomie. La quantité des données acquises et celles qui seront acquises d'ici 2025, date à laquelle Hubble sera désorbité (faute de carburant), est telle qu'elle va alimenter les futures recherches en astronomie pour de nombreuses années encore.