Une lunette astronomique permet d’observer les planètes. © vchalup, Fotolia

Sciences

Quelle est la différence entre une lunette et un télescope ?

Question/RéponseClassé sous :Astronomie , lunette , télescope

Les deux instruments servent à observer le ciel, mais reposent sur un fonctionnement différent. Voici les explications qui détaillent les avantages et inconvénients de chacun.

Le principe d'un instrument astronomique est d'augmenter la surface collectrice de lumière pour la concentrer en un point appelé « point focal ». Pour y parvenir, la lunette astronomique utilise la réfraction, où les faisceaux lumineux traversent deux lentilles (pour un effet loupe), tandis que le télescope repose sur la réflection, où un miroir concave concentre la lumière sur le point focal.

Lunette ou télescope, lequel choisir ?

De manière générale, la lunette sert à observer les planètes, tandis que le télescope est privilégié pour observer le « ciel profond » (étoiles, galaxies, nébuleuses...). Pour les débutants, la lunette est recommandée car les planètes sont plus faciles à repérer et elle est plus facile à régler. Le télescope aura tendance à être moins performant en situation de pollution lumineuse et il doit être réglé à chaque nouvelle utilisation. De plus, une lunette est plus facile à transporter et nécessite peu d'entretien car son tube est hermétique à l'air.

Schéma de principe de la lunette astronomique. © Illustration Valentine Dubois, Stelvision
Schéma de principe du télescope de type Newton. © Illustration Valentine Dubois, Stelvision

Lunette ou télescope, quels avantages ?

Dans les deux cas, plus le diamètre est gros, plus on peut voir des détails lointains. À diamètre égal, la lunette astronomique fournit une image de qualité supérieure, mais son grossissement atteint une certaine limite : comme on ne peut pas courber les lentilles, il faut agrandir la distance focale entre la lentille et le foyer de l'image pour agrandir l'image. Les plus grandes lunettes furent réalisées à la fin du XIXe siècle : celle de Yerkes mesure plus d'un mètre de diamètre. Au-delà, la lentille devient trop lourde et se déforme sous son propre poids.

Pour des observations plus précises, on se tourne donc vers les télescopes dont les miroirs peuvent être amincis ou segmentés, comme celui du Gran Telescopio Canarias (GTC). Son miroir primaire est composé de 36 miroirs hexagonaux, soit l'équivalent d'un miroir sphérique de 10,4 mètres de diamètre. Aujourd'hui, la plupart des grands télescopes sont équipés en plus de dispositif d'optique adaptative, ce qui permet d'éviter les perturbations optiques engendrées par l'atmosphère.

Abonnez-vous à la lettre d'information La question de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez, forcément.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !


Profitez d'une offre ou code promo Canon pour bénéficier d'une réduction !

Cela vous intéressera aussi

Interview : comment fonctionne l'optique adaptative ?  Lorsque l’on scrute le ciel avec un télescope optique, la turbulence atmosphérique déforme les images qui nous parviennent. Pour contrer le problème, l’une des solutions est d’envoyer le télescope dans l’espace. L’autre, plus simple, est d’utiliser l'optique adaptative. Dans le cadre de sa série de vidéos Questions d’experts, sur la physique et l’astrophysique, l’éditeur De Boeck a interrogé Olivier Pujol, maître de conférence à l’université de Lille, sur cette optique surprenante.