Le télescope spatial James Webb déploie pour la première fois son miroir en conditions quasi réelles

Classé sous :Astronautique , Nasa , James Webb Space Telescope

Alors que la Nasa et l'Agence spatiale européenne s'apprêtent à fêter les 30 ans du télescope spatial Hubble, le 24 avril, son successeur, l'observatoire spatial James Webb qui aurait dû le remplacer il y a déjà une dizaine d'années, est toujours au sol ! La préparation de son lancement, prévu en mars 2021 à bord d'un lanceur Ariane 5 depuis le Centre spatial guyanais, se poursuit.

Il y a quelques jours, les équipes de la Nasa et celles de Northrop Grumman Space Systems ont testé pour la première fois le déploiement complet du miroir principal du télescope dans une configuration identique à celle qui sera la sienne lorsqu'il sera dans l'espace. Ce test a nécessité l'utilisation d'un équipement particulier de compensation de gravité. Il a été fixé au télescope pour simuler l'environnement sans gravité dans lequel les mécanismes de déploiement des trois parties du miroir devront fonctionner pour former un miroir d'un seul tenant de 6,5 mètres de diamètre.

Ce miroir sera le plus grand  jamais envoyé dans l'espace. Il est composé de 18 segments hexagonaux. Ce choix s'explique par le fait qu'il est impossible de lancer d'un seul tenant un miroir d'une aussi grande taille. Le plus grand miroir lancé de cette façon a été celui d'Herschel en 2009 (3,5 mètres) et aucun lanceur en service n'a une coiffe capable d'embarquer une charge utile de plus de 6,5 mètres de diamètre, d'où la nécessité de plier le télescope pour le loger dans le lanceur.

Ce test a été réalisé dans la salle blanche de Northrop Grumman Space Systems à Redondo Beach, en Californie. Il s'agissait du dernier test majeur avant que la Nasa emballe l'observatoire et l'envoi en Guyane, sur son site de lancement.

Le miroir primaire de l'observatoire spatial James Webb, lors d'un test de déploiement en gravité zéro simulée. © Nasa, Sophia Roberts
Pour en savoir plus

Article de Rémy Decourt publié le 30/08/2019

La Nasa et Northrop Grumman ont annoncé que le télescope spatial James Webb a été entièrement assemblé pour la première fois. Le 28 août, les deux parties du futur télescope ont été réunies. Le miroir et ses instruments ont été assemblés au satellite et au bouclier thermique. Une manoeuvre complexe qui s'est déroulée dans les installations de Northrop Grumman, à Redondo Beach, en Californie.

Assemblage en cours des deux parties du télescope spatial James Webb. En l'air, les miroirs primaire et secondaire ainsi que les quatre instruments et en dessous, le satellite, qui héberge les servitudes et le bouclier thermique. © Nasa, Chris Gunn

Les prochaines étapes seront de relier les deux parties du télescope sur le plan électrique, avant de tester le déploiement du bouclier. Si plus aucun retard n'est pris, le James Webb sera lancé au printemps 2021 par un lanceur Ariane 5 d'Arianespace.

Le miroir primaire de 6,5 mètres de ce télescope sera le plus grand  jamais envoyé dans l'espace. Il est composé de de 18 segments hexagonaux. Ce choix s'explique par le fait qu'il est impossible de lancer d'un seul tenant un miroir d'une aussi grande taille. Le plus grand miroir lancé d'un seul tenant a été celui d'Herschel en 2009 (3,5 mètres), et aucun lanceur en service n'a une coiffe capable d'embarquer une charge utile de plus de 6,5 mètres de diamètre, d'où la nécessité de plier le télescope pour le loger dans le lanceur.

Le miroir du télescope spatial James Webb est ici vu entièrement assemblé pour la première fois. L'instrument, qui sera lancé par une Ariane 5 au printemps 2021, se trouve dans la salle blanche de Northrop Grumman, qui le construit avec la Nasa. © Nasa, Chris Gunn

James Webb est un programme développé en coopération entre la Nasa et les agences spatiales canadienne et européenne. Dans ce cadre, l'Agence spatiale européenne (ESA) fourni deux des quatre instruments du télescope et le lanceur Ariane 5.

Vue de profil du télescope spatial James Webb. Le bouclier thermique est clairement visible (la structure horizontale sous le miroir). Quant aux miroirs, le primaire est ici vue en position replié et le miroir secondaire, également replié est en haut de l'image. © Nasa, Chris Gunn