Vue d'artiste de Spitzer. © Nasa

Sciences

Spitzer

DéfinitionClassé sous :Univers , Spitzer , infrarouge

Spitzer est un satellite de la Nasa doté d'instruments lui permettant d'observer l'univers dans l'infrarouge. Lancé sur une orbite solaire le 25 août 2003, sa mission devait durer initialement au moins 2 ans et demi. En grande forme, il a été possible de la prolonger à plusieurs reprises si bien qu'elle devrait durer au moins jusqu'en novembre 2019.

Son télescope est doté d'un miroir de 85 centimètres et de trois instruments à refroidissement cryogénique : une caméra fonctionnant dans le proche et le moyen infrarouge, un spectrographe permettant d'analyser l'ensemble des longueurs d'onde de l'infrarouge et un photomètre pour la collecte d'informations sur la gamme d'infrarouges lointains.

Pendant 5 ans, ces instruments étaient refroidis avec de l'hélium liquide, ce qui permettait d'observer des objets très froids. Mais une fois ses réserves épuisées, le satellite pouvait tout de même poursuivre certaines observations, débutant la « phase chaude » de sa mission en juillet 2009.

En 2016, Spitzer est entré dans une mission prolongée baptisée « Spitzer Beyond ». Spitzer a déjà effectué plus de 106.000 heures d'observation. Des milliers de scientifiques du monde entier ont utilisé les données collectées dans leurs études, dans plus de 8.000 articles publiés. Elles complétaient celles obtenues à d'autres longueurs d'onde, collectées avec les autres grands observatoires de la Nasa dans l'espace, en particulier avec Chandra dans le domaine des rayons X, et Hubble dans le visible.

Un retour sur 10 ans d’observations avec Spitzer. Pour obtenir une traduction en français assez fidèle, cliquez sur le rectangle blanc en bas à droite. Les sous-titres en anglais devraient alors apparaître. Cliquez ensuite sur l’écrou à droite du rectangle, puis sur « Sous-titres » et enfin sur « Traduire automatiquement ». Choisissez « Français ». © Nasa, JPL

Spitzer, le chasseur d’exoplanètes que l’on n’attendait pas

Spitzer a permis de détecter et d'étudier certaines des galaxies les plus lointaines connues et de voir le rayonnement émis par ces galaxies alors que le cosmos observable était âgé d'environ 400 millions d'années seulement. Certaines de ces très jeunes galaxies étaient déjà bien plus grandes que ne le laissaient penser en première approximation les modèles de la naissance et de la croissance des galaxies, ce qui a surpris les cosmologistes. Spitzer permet également l'observation du rayonnement infrarouge des disques de matière autour de certains trous noirs.

Mais la grande surprise est venue de la capacité de Spitzer de mettre en évidence des exoplanètes et d'en permettre jusqu'à un certain point l'étude, ce que les concepteurs de la mission n'avaient pas anticipé. Spitzer est ainsi intervenu dans l'étude du système planétaire de Trappist-1. Ces dernières années, plus de la moitié du temps d'observation de Spitzer est utilisée pour étudier ou rechercher des exoplanètes.

Un bilan détaillé de 15 ans de découvertes avec Spitzer. Pour obtenir une traduction en français assez fidèle, cliquez sur le rectangle blanc en bas à droite. Les sous-titres en anglais devraient alors apparaître. Cliquez ensuite sur l’écrou à droite du rectangle, puis sur « Sous-titres » et enfin sur « Traduire automatiquement ». Choisissez « Français ». © Nasa, JPL

Les grandes découvertes du télescope spatial Spitzer

Parmi les découvertes majeures réalisées avec le télescope spatial Spitzer, citons :

Mais ce n'est pas tout :

  • Spitzer a observé les conséquences de la collision entre le vaisseau spatial Deep Impact de la Nasa et la comète Tempel 1, découvrant que le matériel cométaire de notre Système solaire ressemble à celui des étoiles proches.
  • Les images infrarouges de Spitzer ont fourni des vues sans précédent des berceaux cachés où les jeunes étoiles naissent et grandissent, révolutionnant notre compréhension de la formation stellaire.
  • Spitzer a identifié de nombreux amas de galaxies plus éloignés que ceux connus auparavant.
  • Spitzer a fourni dans l'infrarouge l'une des cartes les plus complètes de la Voie lactée, comprenant la carte la plus précise du centre de la Galaxie lors du Glimpse (Galactic Legacy Mid-Plane Survey Extraordinaire).
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

L’univers, une machine à voyager dans le temps ?  Le radiotélescope Alma, perché à 5.000 m dans le désert de l'Atacama, au Chili, épie les signaux radio venus de très loin, émis il y a des milliards d'années par les premières galaxies du jeune univers. Car regarder loin, c'est regarder dans le passé...