Illustration de Proxima b, l'exoplanète découverte autour de notre voisine Proxima du Centaure. © ESO, M. Kornmesser

Sciences

Proxima du Centaure : combien de temps pour aller jusqu'à l'exoplanète Proxima b ?

Question/RéponseClassé sous :Astronomie , exoplanètes , Proxima b

On ne compte plus les livres, BD, films et séries de science-fiction qui se déroulent dans le système de Proxima du Centaure, ou Alpha du Centaure. En 2016, coup de théâtre : on a découvert une planète rocheuse dans la zone habitable de l'étoile la plus proche de notre Système solaire. Alors, quand est-ce qu'on part l'explorer ?

Parmi les quelques 3.700 exoplanètes que nous connaissons actuellement, Proxima b est la plus proche de toutes. Comme son nom nous l'indique, elle gravite autour de Proxima du Centaure (ou Proxima Centauri), une naine rouge. Cette étoile est le membre le plus petit et le moins brillant du système triple Alpha Centauri. Distantes d'environ 4,37 années-lumière de la Terre, Alpha Centauri A et B sont, quant à elles, visibles à l'œil nu au contraire d'Alpha Centauri C alias Proxima qui, pourtant, n'est qu'à 4,24 années-lumière de nous.

À l'échelle de la galaxie, c'est tout proche : Proxima est en effet notre voisine directe. Enfin, c'est relatif. Pour les Terriens, 4,2 années-lumière, cela représente beaucoup : près de 40.000 milliards de kilomètres, soit 270.000 fois la distance qui sépare la Terre du Soleil ! Et nous sommes d'autant plus frustrés que nous ne sommes pas (encore) capables de nous déplacer à la vitesse de la lumière. Dommage, car nombreux sont les Terriens qui brûlent de découvrir à quoi ressemble la surface de Proxima b, une planète rocheuse à peine plus grande que la Terre et située dans la zone habitable de la naine rouge. Si nous pouvions aller aussi vite que la lumière, sans doute nous faudrait-il un peu plus de quatre ans pour l'atteindre, en tenant compte de l'accélération du vaisseau et du freinage.

Alpha Centauri A et B sont beaucoup plus brillantes que la naine rouge Proxima Centauri. © DSS2

Voyager vers les étoiles

Si l'on envisageait de faire le voyage avec nos technologies actuelles, cela demanderait... quelque 78.000 ans pour rejoindre notre voisine. En effet, en embarquant par exemple dans un vaisseau propulsé à la même vitesse que la sonde New Horizons (survol historique de Pluton en 2015 et Ultima Thulé début 2019), soit 17 kilomètres par seconde -- presque 60.000 kilomètres par heure --, c'est le résultat que l'on obtient. C'est assez long, n'est-ce pas ? Il en serait de même, ou presque (deux millénaires de moins), si nous étions passagers d'un astronef aussi rapide que les célèbres Voyager 1 et 2.

Pour résumer, nos vaisseaux actuels sont trop lents pour un voyage vers les étoiles. Il faudrait donc pouvoir aller beaucoup plus vite. L'une des solutions viendra peut-être de Breakthrough Starshot. En 2016, le milliardaire Yuri Milner a annoncé investir 100 millions de dollars dans ce programme qui a pour but de développer et tester une technologie qui permettrait d'envoyer une sonde dans le système de Proxima Centauri. L'idée est de propulser, au moyen de laser, une microsonde jusqu'à 20 % de la vitesse de la lumière. Aussi, si cela fonctionne (peut-être dans une vingtaine d'années), pourrait-elle pénétrer dans le système de Proxima 25 ans environ après son lancement. Après, évidemment, il faudrait patienter 4,2 années supplémentaires pour découvrir les premières images... Et cela ne serait qu'une étape sur notre route vers les étoiles car nous sommes encore loin du vaisseau habité.

Illustration extraite de l’étude réalisée par l’artiste Mark Rademaker pour un vaisseau spatial interstellaire qui voyagerait en déformant l’espace-temps. © Mark Rademaker, Flickr

Pour y parvenir, nombreux sont les physiciens qui réfléchissent à des technologies fiables pour propulser des vaisseaux -- et à terme, transporter des êtres humains -- vers Alpha du Centaure et au-delà. En 2014, l'information faisant état de la découverte d'un ingénieur ayant trouvé un moyen de voyager plus vite que la lumière avait fait grand bruit. Harold G. White, en s'appuyant sur les recherches de Miguel Alcubierre (en 1994), a certes spéculé que cela serait possible en déformant l'espace-temps. Disons-le tout de suite, ce n'est pas prêt de voir le jour (voir à ce sujet « Non, la Nasa ne travaille pas sur la propulsion transluminique »).

En attendant d'y parvenir -- et que les télescopes géants nous livrent plus de détails sur Proxima b --, nous pouvons imaginer à quoi ressemble cette planète. En tout cas, les œuvres de science-fiction qui la mettent en scène ainsi que ses voisines, Alpha Centauri A et B, ne manquent pas... (voir ici).

Abonnez-vous à la lettre d'information La question de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez, forcément.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

En route vers Proxima b, l'exoplanète habitable la plus proche de nous  Quittez le Système solaire pour rejoindre Proxima b, l’exoplanète habitable découverte autour de Proxima du Centaure, l’étoile la plus proche du Soleil.