Sciences

Juin : les actus qu'il ne fallait pas manquer

ActualitéClassé sous :Vie du site

De l'espace nous est venue, pour la deuxième fois, une bouffée d'ondes gravitationnelles, repérées par l'instrument eLigo, qui honore les espoirs mis en lui. Au moment de cette annonce, la Terre s'offrait -- momentanément -- un second satellite. Plus près de nous, l'Hyperloop, Objet roulant non identifié qui pourrait un jour filer à mille kilomètres à l'heure, continue de passionner des ingénieurs qui y croient. Et puis, bien sûr, il y eut cette très étonnante affaire de gènes zombie, qui s'activent après la mort.

Et de deux ! L'interféromètre Ligo, aux États-Unis, a une nouvelle fois détecter le passage d'une onde gravitationnelle (en fait en décembre 2015). Les membres des collaborations Ligo et Virgo ont bel et bien ouvert une nouvelle ère de l'astronomie. Mais quelle est la nature de cette nouvelle « lumière » ? (Re)découvrez les explications de Jean-Pierre Luminet publiées sur son blog Luminesciences.

 

Le chat de Schrödinger sensé être à la fois mort et vivant semble déjà paradoxal mais des expériences montrent qu'il est peut aussi être présent dans deux endroits à la fois. Elles ouvrent de nouvelles perspectives pour les calculs quantiques.

 

Une fois et demie plus grosse que la Terre, l'exoplanète Kepler-62f est donnée pour habitable par plusieurs simulations, qui, pour la première fois, incluent des modèles climatiques. Tout dépend biend sûr de son atmosphère et aussi de son orbite autour de son étoile, plus pâle et moins chaude que notre Soleil.

 

Un âpre débat faisait rage entre les experts quant à l'origine du fer constituant une lame d'une des dagues accompagnant la momie du pharaon Toutânkhamon dans son voyage vers l'au-delà. Il vient d'être tranché par la physique moderne : ce fer est bien d'origine météoritique.

 

Parfois, un astéroïde géocroiseur vient passer un peu de temps avec la Terre. Il devient alors, temporairement, une petite lune, un « quasi-satellite » pour les astronomes. La Nasa vient d'épingler « le meilleur et le plus stable exemple à ce jour ».

 

Située dans la constellation du Cygne, à quelque 1.500 années-lumière de la Terre, KIC 8462852 a été surnommée « l'étoile la plus mystérieuse de la Galaxie » à cause de ses déroutantes baisses de luminosité. Que cachent-elles ? Des chercheurs lancent un appel à contribution pour pouvoir mener des observations en continu.

 

On a collecté environ 50.000 météorites sur Terre mais celle retrouvée dans une carrière suédoise, piégée dans du calcaire qui s'est déposé il y a 470 millions d'années, ne ressemble à aucune autre. Cette découverte nous donne peut-être des informations précieuses et inédites sur l'histoire de la biosphère et du Système solaire.

 

Pari technologique gagné pour les équipes de Lisa Pathfinder, ce satellite de l'Esa qui doit démontrer la faisabilité technique de l'observatoire spatial eLisa, pour détecter les ondes gravitationnelles depuis l'espace. Comme nous l'explique le responsable de la mission, l'engin surpasse les attentes. Ses performances sont cinq fois supérieures au cahier des charges, et très proches de ce qui est requis pour eLisa.

 

Grimsel, une monoplace à moteur électrique mise au point par des étudiants de l'ETH Zurich et la Haute école de Lucerne (Suisse), vient d'établir un nouveau record mondial pour une accélération de 0 à 100 km/h en très exactement 1,513 seconde. Le sport automobile pourrait être le principal bénéficiaire de ces avancées technologiques.

 

Hyperloop One, l'une des entreprises lancées dans la course au train futuriste atteignant mille kilomètres à l'heure, vient d'annoncer une nouvelle étape. Des images montrent un engin facilitant l'assemblage des tubes dans lesquels le train circulera. La réalisation semble modeste mais le procédé, explique la société, réduit les coûts de fabrication, ce qui change tout.

 

DeepMind, la filiale de Google spécialisée en intelligence artificielle, travaille sur les solutions qui permettraient d'empêcher une intelligence artificielle de devenir une menace pour les humains. L'une des pistes consiste à intégrer dans le programme une commande d'interruption qui inciterait une IA récalcitrante à éviter d'elle-même tout action dommageable.

 

Le concept de la feuille bionique capable de reproduire la photosynthèse n'est pas nouveau. Toutefois, la dernière version conçue par des chercheurs de l'université d'Harvard, aux États-Unis, est dix fois plus efficace que la photosynthèse naturelle. Elle peut non seulement servir à alimenter des piles à combustible mais aussi produire différents combustibles liquides. Le système serait suffisamment abouti pour envisager des applications commerciales.

 

Un second signal détecté par les interféromètres Ligo en décembre 2015 est interprété par l'équipe, en collaboration avec celle de Virgo, l'homologue européen, comme le résultat de la fusion de deux trous noirs. C'est donc la deuxième détection de ce genre après le coup de tonnerre de février dernier, qui reposait sur une observation de septembre 2015.

 

Des chercheurs ont identifié chez le poisson et la souris des centaines de gènes actifs après la mort, même au bout de plusieurs jours. Des travaux qui montrent que la machinerie cellulaire ne s'arrête pas brutalement après le décès, et même que certains gènes sont activés.

 

L'université de Californie (États-Unis) a conçu une puce électronique contenant 1.000 cœurs programmables indépendamment. Six cent vingt-et-un millions de transistors sont à l'œuvre pour un taux de calcul maximum de 1,78 milliard d'instructions par seconde. Fabriquée par IBM, cette puce se destine à des tâches intensives, notamment pour le traitement de données scientifiques ou la gestion des data centers. Elle n'est toutefois pas prête de tourner sur nos ordinateurs ou nos smartphones...

 

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Le buzz du mois : l'interféromètre eLigo a de nouveau détecté des ondes gravitationnelles, un phénomène étrange et cosmique que nous a expliqué l'astrophysicien avec Jean-Pierre Luminet. L'image, construite par une simulation numérique, montre ce qu'aurait pu voir quelqu'un situé près l'évènement qui a émis la première salve : la collision puis la fusion de deux trous noirs d'environ 30 masses solaires chacun. © SXS (Simulating eXtreme Spacetimes project)