Le satellite Tess a découvert sa troisième exoplanète, HD 21749 b, et des volontaires ont aidé à identifier une planète de taille inhabituelle dans les données du télescope spatial Kepler, aujourd'hui à la retraite. © Nasa, MIT, Tess

Sciences

Exoplanètes : un système triple, avec deux mini-Neptune et une superterre, découvert par Tess

ActualitéClassé sous :exoplanètes , satellite Tess , Kepler

-

Le successeur de Kepler, Tess, a découvert un intéressant système planétaire triple. Il est très prometteur pour l'étude des atmosphères des exoplanètes de type superterre et mini-Neptune, donnant l'espoir de pouvoir définir un jour de bonnes biosignatures pour chercher la vie ailleurs.

La Nasa a tout récemment fêté une année de bons et loyaux services pour le satellite Tess (Transiting Exoplanet Survey Satellite), le successeur de Kepler, qui a pour but de chasser des exoterres potentielles dans un rayon de 300 années-lumière autour du Soleil. Plus généralement, si des exoplanètes dans cette sphère d'observation possèdent des atmosphères, leur proximité en fera des cibles à portée des instruments pour en faire l'analyse chimique -- jusqu'à un certain point. On pourra alors progresser vers la définition de ce qu'il faut entendre par « biosignatures convaincantes ». On sait par exemple qu'une atmosphère riche en oxygène n'est pas automatiquement le produit de formes vivantes analogues à celles, oxygéniques, connues sur Terre et qui font de la photosynthèse.

En effet, le rayonnement ultraviolet violent d'une étoile colérique peut dissocier les molécules d'eau d'une planète océan, par exemple, enrichissant fortement son atmosphère en O2 mais sans que cela n'implique l'existence d'algues photosynthétiques dans son océan. Pire, un tel processus peut finalement conduire à la disparition de toute l'eau, l'hydrogène produit au passage s'envolant qui plus est dans l'espace.

Une présentation du système de TOI 270. © Scott Wiessinger, Nasa’s Goddard Space Flight Center

Sans doute pour appuyer l'importance de l'anniversaire de Tess, la Nasa vient de faire savoir que le satellite avait également découvert un intéressant système planétaire autour d'une étoile située à environ 73 années-lumière dans la constellation du Peintre et répertoriée dans un catalogue sous la dénomination de UCAC4 191-004642. C'est une naine rouge de type M, comme il en existe tant dans la Voie lactée (elles sont plus nombreuses que les naines jaunes comme le Soleil) et dont la taille est environ 40 % plus petite que celle de notre étoile ainsi que sa masse. En conséquence de quoi sa température de surface est environ trois fois moins élevée que celle du Soleil comme le prédit bien la théorie de la structure stellaire que l'on doit à des pionniers du XXe siècle tels que Chandrasekhar et Eddington.

Mais, dans la nomenclature des étoiles observées par Tess, la naine rouge est appelée Objet d'intérêt de Tess numéro 270, c'est-à-dire, en anglais, l'acronyme TOI 270. Comme les astrophysiciens l'expliquent dans un article publié dans le célèbre journal Nature Astronomy et en accès libre sur arXiv, trois exoplanètes ont été détectées en orbite autour de TOI 270. Il s'agit d'une superterre et de deux mini-Neptune.

TOI 270, un laboratoire pour l'exobiologie et la planétologie

Comme Futura l'expliquait dans l'article précédent ci-dessous, on est en présence d'une illustration pour les exoplanètes de ce que l'on désigne sous le terme de lacune de Fulton (en anglais Fulton gap), nommé d'après l'astrophysicien Benjamin J. Fulton, qui a découvert un curieux creux dans la courbe de distribution des populations d'exoplanètes classées selon leur rayon. Encore appelée fossé de Fulton, la lacune se manifeste par un manque dans cette population sur l'intervalle des tailles comprises entre 1,5 et 2,0 rayons terrestres. Elle sépare donc la population des exoplanètes en deux familles. La planète la plus intérieure, TOI 270 b, probablement un monde rocheux environ 25 % plus grand que la Terre alors que les deux autres planètes, TOI 270 c et d, sont respectivement 2,4 et 2,1 fois plus grandes que la Terre.

On a quelques idées sur l'origine de ce phénomène et plus généralement, TOI 270 pourrait servir à mieux comprendre l'origine des superterres et des mini-Neptunes.

Une comparaison entre les tailles du système planétaire autour de TOI 270 et celui des lunes autour de Jupiter. © Nasa’s Goddard Space Flight Center

TOI 270 b boucle son orbite autour de son étoile hôte en 3,4 jours à une distance environ 13 fois plus proche que Mercure par rapport au Soleil. Sur la base d'études statistiques sur des exoplanètes connues de taille similaire, les astrophysiciens estiment que la TOI 270 b a une masse environ 1,9 fois supérieure à celle de la Terre. Mais c'est nécessairement un monde hostile à la vie car sa température d'équilibre de surface est d'environ 254 °C.

TOI 270 c et d gravitent autour de TOI 270 respectivement en 5,7 et 11,4 jours et contiennent probablement environ 7 et 5 fois la masse de la Terre. Bien qu'il n'existe pas de mini-Neptune dans le Système solaire, il est raisonnable de penser qu'elles ressemblent à Neptune. Dans tous les cas, les trois exoplanètes sont en rotation synchrone, présentant donc toujours la même face à TOI 270.

TOI 270 d attise particulièrement l'intérêt des chercheurs car sa température de surface est estimée à 66 °C, ce qui la rend potentiellement habitable avec de l'eau liquidemodulo l'état exact de son atmosphère et de sa structure exacte également. Avec un noyau rocheux et une atmosphère épaisse, elle ne serait pas en fait propice à la vie selon les planétologistes. Toutefois, à ce stade, il n'est pas exclu que l'on découvre rapidement au-delà de l'orbite de TOI 270 d une exoplanète rocheuse vraiment habitable.

Ce qui est certain, c'est que le système planétaire triple de TOI 270 « est parfaitement situé dans le ciel pour étudier les atmosphères de ses planètes extérieures avec le futur télescope spatial James Webb de la Nasa », selon l'astrophysicienne Adina Feinstein, doctorante à l'Université de Chicago. Membre de l'équipe à l'origine de la découverte, elle ajoute que TOI 270 « sera observable par le successeur de Hubble pendant plus de six mois, ce qui pourrait permettre des études et des comparaisons très intéressantes entre les atmosphères de TOI 270 c et d ».

  • Le satellite Tess, le successeur de Kepler, a découvert plusieurs exoplanètes, notamment autour de l'étoile TOI 270 qui, avec une superterre et deux mini-Neptune, sont un laboratoire idéal à 73 années-lumière du Soleil pour caractériser bientôt les atmosphères des exoplanètes et pour en faire l'étude.
  • Grâce au projet de sciences participatives Exoplanet Explorers, une exoplanète hors du commun, appelée K2-288B b, a été identifiée dans les données du télescope spatial Kepler.
  • K2-288B b se trouve dans la zone habitable de son étoile à 226 années-lumière de nous, et mesure le double de la Terre. Elle fait partie de « l'écart de Fulton », une population restreinte d'exoplanètes d'une dimension comprise entre 1,5 à 2 fois le rayon terrestre.
Pour en savoir plus

Tess découvre une mini-Neptune et Kepler une étrange planète située dans « l'écart de Fulton »

Deux nouveaux mondes pour le prix d'un ! Le satellite Tess découvre sa troisième exoplanète, une mini-Neptune, tandis que son aîné Kepler revient d'outre-tombe pour nous offrir une perle rare, à mi-chemin entre les superterres et les planètes gazeuses, située dans la zone habitable.

Le télescope spatial de la Nasa Tess (Transiting exoplanet survey satellite), lancé en avril, a découvert sa troisième exoplanète confirmée, gravitant autour d'une étoile naine orange à 53 années-lumière de nous. Répondant au doux nom de HD 21749 b, cette planète trois fois plus grosse que la Terre et 23 fois plus massive se classe dans la catégorie des mini-Neptune.

« Nous pensons qu'elle est moins gazeuse que Neptune ou Uranus », déclare Diana Dragomir du MIT, première auteure de l'article décrivant HD 21749 b. Sa densité est plus élevée mais pas au point d'en faire une planète rocheuse. Il pourrait s'agir d'une planète-océan ou recouverte d'une épaisse atmosphère. Les scientifiques estiment que sa température de surface, plutôt basse compte-tenu de sa proximité à son étoile, avoisine les 150 °C.

HD 21749 b complète son orbite en 36 jours. Par comparaison, la superterre Pi Mensae c (ou HD 39091 c) et la planète tellurique LHS 3884 b, les deux précédentes découvertes de Tess, tournent autour de leur étoile en six jours et en onze heures, respectivement. Il semblerait qu'une autre petite planète, non confirmée, se cache dans le système de HD 21749. Elle aurait la taille de la Terre et tournerait autour de son étoile en un peu moins de huit jours.

Les trois premières exoplanètes découvertes par le télescope spatial Tess, dans l'ordre Pi Mensae c, LHS 3884 b et HD 21749, et leur position dans le ciel. © NasaSolarSystem, YouTube

Des volontaires trouvent un « chaînon manquant » dans les données de Kepler

Avec trois mondes confirmés et plus de 280 candidats repérés au cours de ses trois premiers mois d'observation, le satellite Tess reprend avec panache le flambeau de Kepler, à la retraite depuis fin octobre. Mais le célèbre chasseur d'exoplanètes n'a pas pour autant dit son dernier mot, puisque de nouvelles découvertes se cachent encore dans ses données.

La dernière en date, K2-288B b, est d'ailleurs exceptionnelle à plus d'un titre. Elle se trouve dans la zone habitable de son étoile et tourne autour d'elle en un peu plus de 31 jours. Ladite étoile est le plus petit membre d'un système binaire, situé à 226 années-lumière de nous.

Vue d'artiste de la planète K2-288B b, située à 226 années-lumière de nous. © Nasa's Goddard Space Flight Center, Francis Reddy

La planète a été découverte par le biais du projet de sciences participatives Exoplanet Explorers, qui permet au grand public d'examiner les données de Kepler en quête de transits d'exoplanètes. Les scientifiques avaient déjà pu observer deux transits de K2-288B b mais un troisième était nécessaire pour confirmer son statut de planète.

Ce sont finalement des volontaires qui l'ont repéré. Il s'était produit durant les premiers jours d'observation de Kepler, des données qui avaient été au départ écartées par les chercheurs pour éviter des erreurs de mesure, dues à la réorientation du télescope lorsqu'il change de cible.

K2-288B b est d'une taille plutôt rare.

La planète K2-288B b fait le double de la Terre, une taille plutôt rare. Elle pourrait être tellurique ou gazeuse - difficile de la ranger dans une catégorie puisqu'elle n'est ni assez grosse ni trop petite. En effet, parmi les petites planètes extrasolaires d'une taille comprise entre une et quatre fois celle de la Terre, celles mesurant entre 1,5 et 2 rayons terrestres manquent cruellement à l'appel - un phénomène mis en évidence en 2017 que l'on appelle « écart de Fulton » (Fulton gap en anglais).

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

Tess, chasseur d'exoplanètes, doit surveiller 200.000 étoiles  D'une durée de deux ans, la mission de Tess est de surveiller 200.000 étoiles pour y repérer d'éventuels transits d'exoplanètes potentiellement habitables depuis une vaste orbite l'amenant plus loin que la Lune. Les « candidates » qu'il aura trouvées seront étudiées de plus près par les futurs télescopes, comme le James-Webb Space Telescope (JWST).