Tess (Transiting Exoplanet Survey Satellite) est une mission de la NasaNasa qui a pour objectif de découvrir des exoplanètesexoplanètes par la méthode du transit planétaireméthode du transit planétaire. Elle s'inscrit donc dans la continuité de la mission Kepler, lancée en 2009, mais elle prépare aussi le terrain pour le télescope spatial James-Webb, le successeur d'HubbleHubble, dont le lancement est prévu en 2020. Avec Tess, les astronomesastronomes s'attendent à découvrir un certain nombre de planètes dont les atmosphères contiendraient de potentiels indices sur la présence de la vie. Des candidates qui pourraient faire l'objet d'observations plus fines par de futurs observatoires spatiaux ou terrestres.


Présentation de Tess (Transiting Exoplanet Survey Satellite). Pour obtenir une traduction en français assez fidèle, cliquez sur le rectangle blanc en bas à droite. Les sous-titres en anglais devraient alors apparaître. Cliquez ensuite sur l’écrou à droite du rectangle, puis sur « Sous-titres » et enfin sur « Traduire automatiquement ». Choisissez « Français ». © NASA, GFSC

Tess va surveiller plus de 200.000 étoiles voisines

Durant au moins deux ans, Tess se concentrera sur un panel d'étoilesétoiles situées à moins de 300 années-lumièreannées-lumière de la TerreTerre et qui sont 30 à 100 fois plus lumineuses que les cibles de Kepler. Des étoiles de type F5 à M5, d'une magnitude apparentemagnitude apparente supérieure à la magnitude 12, soit plus de 200.000 étoiles, en particulier les 1.000 naines rougesnaines rouges les plus proches, dans une zone 400 fois plus grande que celle couverte par la mission Kepler. Tess devrait découvrir des milliers d'exoplanètes en transit et parmi elles, environ 70 de la taille de la Terre ou plus grandes (une vingtaine pourrait être des superterressuperterres situées dans la zone habitable autour d'une étoile).

Comme l'explique la vidéo ci-dessus, Tess fournira essentiellement des candidats au titre d'exoplanètes (notamment des géantes gazeusesgéantes gazeuses) avec leurs rayons. Ce seront des télescopes au sol, et surtout le télescope spatial James-Webbtélescope spatial James-Webb, qui permettront d'analyser la lumière provenant de ces exoplanètes afin de tenter d'y découvrir une atmosphère et surtout, en tirer des renseignements sur sa composition et in fine, peut-être, des biosignatures. Ces mêmes télescopes, toujours par analyse spectroscopique, permettront de déterminer les massesmasses de ces exoplanètes et aussi leurs densités, en combinant celles-ci avec les rayons fournis par Tess. Nous pourrons alors savoir si elles sont rocheuses ou pas.