La comète Neowise au-dessus des gorges de Vikos, en Grèce. © Constantine Emmanouilidi, Apod (Nasa)
Sciences

Où se trouve la comète Neowise cette semaine ?

ActualitéClassé sous :Astronomie , comète , noyau cométaire

La comète Neowise est toujours là, visible dans l'hémisphère nord, cheminant de la Grande Ourse vers la légendaire Chevelure de Bérénice. Encore visible à l'œil nu, elle est très belle à travers une paire de jumelles ou un instrument. Voici comment la trouver dans le ciel étoilé de l'été.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Qu'est-ce qu'une comète ?  D’où viennent-elles ? Combien sont-elles ? Leur nom vient du grec komêtês signifiant « chevelu ». Au Japon, elles sont surnommées « astre-balais ». Autant d’appellations qui font références à leurs physionomies très différentes des étoiles qui brillent dans le ciel. Apprenez à les connaître en vidéo ! 

Dernières nouvelles de la comète Neowise - Màj 8 août 2020

Depuis début août, C/2020 F3 (Neowise), plus connue sous le nom de comète Neowise, n'est plus visible à l'œil nu. Après s'être réchauffé au centre du Système solaire où règne le Soleil, l'astre glacé regagne à présent les régions les plus éloignées de la Terre, à des dizaines de milliards de kilomètres. Son retour dans notre voisinage sera dans plus de 6.800 ans, c'est promis.

Si vous possédez un instrument, ou si pouvez en approcher un (pendant la Nuit des Étoiles par exemple ou près du lieu de vos vacances), la comète Neowise continue de se montrer. L'œil nu seul ne pourra pas la distinguer mais en amplifiant votre vision au moyen d'une lunette ou d'un télescope, il est possible de la surprendre tandis qu'elle se balade dans la Chevelure de Bérénice (Coma Berenices). Le spectacle est d'autant plus intéressant et merveilleux que des guirlandes de galaxies, distantes de millions d'années-lumière, sont visibles aussi dans cette même direction du ciel. Dans cette constellation et aussi en diverses régions de sa voisine, la Vierge (Virgo).

Les 9 et 10 août, la comète Neowise est visible entre les étoiles brillantes Arcturus et Vindemiatrix. © SkySafari

Où est Neowise ?

Le 8 août, Neowise approche des frontières de la constellation de la Chevelure de Bérénice, qu'elle fuit.

Le 9 août, elle entre dans la Vierge. On peut l'observer entre l'éclatante Arcturus -- étymologiquement « le gardien des ours » --, dans le Bouvier (Bootes), et Vindemiatrix, une étoile dans la Vierge dont le nom, et le retour, annonce les vendanges.

Entre le 11 et le 15 août, C/2020 F3 traverse l'extrémité sud de la constellation du Bouvier. Les soirs du 14 et 15 août, on peut retrouver sa trace en la cherchant vers le centre d'une ligne imaginaire reliant les brillantes Arcturus, rouge orangé, et Spica (l'épi), à l'éclat bleu. La magnitude de la comète continue donc de décliner, l'astre se refroidit et son activité par conséquent s'atténue. Sa chevelure et ses deux queues caractéristiques s'effacent progressivement. Bientôt, seuls les instruments les plus puissants remarqueront sa présence. Il sera de plus en plus hasardeux de pouvoir l'observer. 

Le 14 et 15 août, on peut repérer Neowise entre Arcturus et Spica, deux étoiles brillantes du ciel d'été, entre l'ouest et le sud-ouest. © SkySafari

Pour l'instant, pas de nouvelles comètes très brillantes à l'horizon pour lui succéder mais une surprise peut toujours arriver, comme cela a été le cas avec Neowise et bien d'autres avant elle.

Pour en savoir plus

Article publié le 27 juillet 2020

La comète Neowise prend le large, direction le nuage de Oort, aux confins du Système solaire, où elle y séjourne depuis 4,5 milliards d'années. Elle ne reviendra pas avant 6.800 ans dans la douce province du Système solaire interne où gravitent la Terre et ses sœurs rocheuses.

Bien que plus délicate à observer à l'œil nu fin juillet, C/2020 F3 (Neowise) affiche encore une magnitude 4 le 26 juillet et demeure discernable à la fin du crépuscule, dans un ciel sombre, à l'abri de la pollution lumineuse. Certes, la Lune en croissant de ces derniers jours n'aide pas à la trouver parmi toutes les étoiles mais ça ira mieux en la faisant disparaître derrière un arbre. À noter que vous pouvez la rechercher dans un premier temps avec une paire de jumelles. Cela vous aidera à la repérer ensuite à l'œil nu.

Le 27 juillet, vous retrouverez la trace de Neowise en la guettant quasiment au milieu d'une ligne imaginaire qui relie Régulus, l'étoile la plus brillante du Lion (près de l'horizon ouest) à Alkaïd -- 25° plus haut --, l'étoile au bout du manche de la Grande Casserole (les sept étoiles les plus brillantes de la Grande Ourse, connu auparavant et ce, durant des siècles sous le nom de Grand Chariot). La comète de l'année est toujours dans la Grande Ourse -- ce qui aide bien à la trouver quand on ne connaît pas bien le ciel --, derrière les pattes arrière de l'animal plus exactement. La comète fonce tout droit vers la Chevelure de Bérénice (Coma Berenices), une discrète petite constellation qui représentait autrefois, avant la reine Bérénice d'Égypte il y a plus de 2.000 ans, la touffe de poil au bout de la queue du Lion (Leo).

Le 28 juillet, on pourra encore l'admirer dans Ursa Major, presque à mi-chemin entre Alkaïd et Régulus.

Position de la comète Neowise le 28 juillet après le coucher du Soleil. Les astérismes sont marqués en orange. © SkySafari

Un astre chevelu rend visite à la Chevelure de Bérénice

Le 29 juillet, toujours vu de la Terre, Neowise sera officiellement entrée dans la pâle Coma Berenices. Le manche de la casserole, facile à reconnaître dans le ciel étoilé, sera encore d'un grand secours pour la repérer. La comète se cache en dessous et 11° plus bas que Cor Caroli (littéralement « cœur de Charles »), l'étoile la plus brillante des Chiens de chasse (Canes Venatici), une modeste constellation derrière l'Ourse. Comme la luminosité de Neowise décline, hélas, maintenant qu'elle s'éloigne du Soleil, attendez-vous les prochains soirs à ne distinguer qu'une petite tache floue effilée dans l'obscurité de la nuit. Rien à voir en tout cas avec les centaines de photos qu'on peut admirer sur internet. Surtout, n'hésitez pas à la contempler à travers une paire de jumelles, ou un instrument plus puissant. La queue de la comète s'étire vers Arcturus, l'étoile-gardien de l'Ourse.

Position de la comète Neowise le 30 juillet après le coucher du Soleil. © SkySafari

Le 30 juillet, la tête chevelue de la comète est visible près du semis d'étoiles qui caractérise la constellation de la Chevelure de Bérénice. Et vous pourrez la trouver en la cherchant vers le milieu d'une ligne tracée entre Alkaïd et Denebola, laquelle représente la queue du Lion.

Le 31 juillet, le noyau de C/2020 F3 est juste à côté de l'étoile de magnitude 4.3 Gamma Comae Berenices. La luminosité de Neowise devrait être comparable. La comète est visible de plus en plus longtemps dans la nuit et surplombe maintenant l'ouest.

Position de la comète Neowise le 31 juillet, vers 22 h. Les astérismes sont marqués en orange. © SkySafari

La comète Neowise est toujours visible dans la Grande Ourse

Article de Xavier Demeersman publié le 23 juillet 2020

Dernières nouvelles de la comète Neowise que l'on peut admirer le soir dans la constellation de la Grande Ourse.

Ce jeudi 23 juillet, la comète C/2020 F3, alias la comète Neowise, désormais l'événement cosmique de cet été, sera au plus près de la Terre. Aucun risque de collision avec notre Planète car l'astre de glace et de poussière, dont la taille est estimée par la Nasa à quelque cinq kilomètres de diamètre, passera alors à... 103 millions de kilomètres. C'est autant que la distance qui sépare Vénus du Soleil. Et sa lumière met presque six minutes pour pénétrer nos pupilles.

Découverte il y a quelques semaines seulement, le 27 mars, cette comète impromptue qui porte le nom de la nouvelle mission du télescope spatial Wise, Neowise (Near-Earth Object Wide-field Infrared Survey Explorer) crée l'évènement et l'enchantement tous les soirs de juillet, une heure après le coucher du Soleil.

La comète Neowise photographiée en Californie. L'astérisque de la Grande Casserole (les sept étoiles les plus brillantes de la Grande Ourse) est visible de l'astre chevelu. Superbe photo où l'on peut aisément distinguer la queue de plasma (bleutée) et la queue de poussière (blanche). © Tom Masterson, Apod (Nasa)

Comment observer la comète Neowise dans la Grande Ourse ?

Pour la trouver, c'est assez simple en ce moment. Tournez-vous vers l'horizon nord-ouest vers 22 h, tandis que les premières étoiles commencent à être visibles, et recherchez dans cette direction la célèbre astérisque de la Grande Casserole, composée des sept étoiles les plus brillantes de la Grande Ourse. Selon la date (voir carte ci-dessous), on l'aperçoit entre les pattes de l'Ourse ou bien devant des étoiles des pattes arrières. Fin juillet, Neowise se précipite vers la Chevelure de Bérénice, touffe d'étoiles au dessus de la Queue du Lion, et en dessous du Bouvier et de la brillante Arcturus.

Le cheminement de la comète Neowise dans le ciel de juillet, du Lynx à la Chevelure de Bérénice, en passant par la Grande Ourse. © IMCCE

Conseil précieux pour réussir l'observation, privilégiez un site à la campagne avec un horizon dégagé et un minimum de pollution lumineuse. Et ce n'est qu'après 10 à 20 minutes dans la nuit, le temps que vos yeux s'habituent à l'obscurité, que vous pourrez distinguer avec plus de facilité des myriades d'étoiles de deuxième grandeur et des objets d'aspects flous et laiteux comme Neowise. Composée d'une chevelure, la coma, qui peut mesurer jusqu'à un million de kilomètres de diamètre, de deux queues -- l'une de poussière et l'autre de plasma étendue sur des millions de kilomètres --, une comète est par définition difficile à discerner. En dégazant, son noyau s'entoure d'un beau et lumineux manteaux de gaz. À l'œil nu, on peut deviner sa forme allongée typique. Agrandie dans une paire de jumelles, ou une lunette, on peut admirer sa queue bifide et son noyau, enfin sa chevelure de gaz.

Bien que son éclat diminue -- et c'est bien normal maintenant qu'elle s'éloigne du Soleil --, Neowise continue d'être visible à l'œil nu. Après avoir culminé à la magnitude 1 autour du 1er juillet, période de sa plus grande proximité avec le Soleil (le périhélie était le 3 juillet à 43 millions de kilomètres), elle est descendue maintenant à la magnitude 2-3. Quand on sait que la limite de visibilité à l'œil nu est la magnitude 6, dans de très bonnes conditions d'observations, c'est donc très satisfaisant. La comète a encore de beaux de jours de luminosité devant elle, et on devrait continuer de l'admirer sans difficulté début août. Avant qu'elle ne sombre dans les ténèbres des confins du Système solaire d'où elle est originaire.

Le 3 août, la comète Neowise sera visible dans la Chevelure de Bérénice (coma berenices), au dessus de l'horizon ouest. © SkySafari

Les premières estimations de sa période orbitale indiquent 6.683 années, voire même 6.952 ! Comme vous l'avez deviné, il faudra attendre près de sept millénaires pour la revoir dans le ciel terrestre. D'ici là, on sera peut-être dans d'autres systèmes planétaires, à contempler des comètes différentes, à l'instar de ‘Oumuamua ou 2I/Borisov.


La comète Neowise est visible dans la Grande Ourse

Article de Xavier Demeersman publié le 18 juillet 2020

La comète Neowise qui, le 3 juillet, passait au plus près du Soleil (périhélie à 43 millions de kilomètres), est visible dans toute sa splendeur dans le ciel terrestre. Elle a survécu au « feu » solaire et brille désormais dans le ciel du soir (voir les images de son passage au plus près du Soleil dans l'article plus bas). En particulier dans l'hémisphère Nord, aux latitudes moyennes, pour le plus grand plaisir des curieux, qu'ils soient astronomes amateurs, astrophotographes expérimentés, ou non.

C'est dans la nuit du 22 au 23 juillet que C/2020 F3 (Neowise) atteindra le point de sa longue orbite elliptique le plus proche de notre Planète. Elle sera alors (quand même) à quelque 103 millions de kilomètres de la Terre. Petit bémol pour les semaines à venir : l'astre va naturellement perdre de son éclat à mesure qu'il s'éloigne de notre Étoile. Ce qui est normal. Son activité va s'estomper maintenant qu'elle quitte les régions les plus chaudes du Système solaire. Mais ce sera progressif et pour l'instant, sa luminosité culmine à une magnitude 1-2. Cela laisse encore largement du temps pour l'admirer car, selon les projections, elle devrait rester visible à l'œil nu jusqu'au moins la seconde moitié du mois d'août. Soit jusqu'au spectacle de la pluie d'étoiles filantes des Perséides. Ensuite, elle devrait passer en dessous de la magnitude 6 vers la fin août, début septembre. Voilà qui promet un été riche en événements céleste (ajoutons que Jupiter et Saturne sont en opposition en ce moment).

Très belle photo de la comète Neowise, à l'aube, au-dessus du mythique site de Stonehenge. © Declan Deval, Apod (Nasa)

La comète Neowise est visible le matin encore quelques jours

Même s'il est tout à fait possible de la distinguer à l'œil nu, cela sera beaucoup plus beau à travers des jumelles ou une petite lunette astronomique, si vous en possédez une ou si l'on peut vous en prêter une. Le spectacle en sera que plus merveilleux car vous pourrez discerner sa chevelure, la coma, et sa queue bifide, majestueuse. Ces composants, diffus en visuel, sont créés par l'activité effervescente de son noyau dont la taille est estimée par la Nasa à environ cinq kilomètres.

Le 13 juillet, Neowise était visible, au choix dans les lueurs de l'aube ou en début de nuit. Si vous êtes plutôt du matin, vous pouviez guetter son lever au-dessus de l'horizon nord-est, très très tôt, le 14 juillet, à partir de 4 heures. Mais il vous faut un horizon bien dégagé pour avoir une chance de l'apercevoir. Le mieux sera de patienter une heure, le temps qu'elle ait pris de la hauteur.

Comme elle est dans le Lynx à cette date, il n'y a pas vraiment d'étoiles de première grandeur autour d'elle pour vous aider à la repérer. Pour cela, vous pourrez la rechercher entre les griffes de l'Ourse, rasant alors l'horizon nord-est, et la jaune et scintillante Capella, dans le Cocher (Auriga), une des étoiles les plus brillantes du ciel.

Sous nos latitudes, la comète Neowise continuera d'être visible en fin de nuit jusqu'au 20 juillet. Après, cela deviendra vraiment difficile, pour ne pas dire impossible, de la distinguer aux aurores car sa lumière diffuse se noiera dans les brumes qui bordent l'horizon.

Comment observer la comète Neowise le soir ?

Sa route de retour vers les confins du Système solaire, l'emmène, vu de la Terre, vers des régions du ciel circumpolaires, notamment sous les pattes avant puis arrière de la fameuse Grande Ourse.

Désormais, on peut la guetter en soirée. Plus besoin de régler son réveil à 4 heures du matin. Le 13 juillet au soir, toujours dans le Lynx (ça ne change pas pour elle), C/2020 F3 alias la comète Neowise brille au-dessus du nord-ouest après le départ du Soleil. Plus le ciel s'obscurcit, plus belle, elle sera ! Vous avez jusqu'à minuit pour l'admirer. Au-delà, elle disparaît sous l'horizon nord.

Vu de la Terre, le périple de la comète Neowise dans le ciel de juillet. © IMCCE

Vu de la Terre, le périple de la comète Neowise dans le ciel de juillet. © IMCCE

Elle n'est plus qu'à deux doigts d'être circumpolaire, c'est-à-dire qu'elle ne va jamais se coucher, à l'instar des étoiles qui composent les constellations de la Grande Ourse, la Petite Ourse, le Dragon, Cassiopée et Céphée. En réalité, elle le deviendra (quasiment) à compter du 17 juillet. Cette nuit-là, vu de la Terre et aux latitudes de la France métropolitaine, sa chevelure frôlera l'horizon nord, vers 2 heures du matin. Sa période de visibilité dans la nuit s'allonge.

Position de la comète Neowise le soir du 18 juillet. Elle brille juste devant les étoiles qui dessinent les griffes d'une patte avant de la constellation de la Grande Ourse. © SkySafari

Dans la nuit du 17 au 18 juillet, la comète franchit la frontière entre le Lynx et la Grande Ourse. Sa magnitude sera peut-être alors de 2 ou 3. La voilà visible devant les griffes des pattes avant de Callisto (la nymphe transformée en la fameuse Grande Ourse). Le soir du 18, elle brille juste devant (voir image ci-dessus). Le 20 juillet, elle passe entre les deux pattes et dans la nuit du 22 au 23, quand elle sera au plus près de la Terre, vous pourrez l'admirer au-dessus des griffes d'une patte arrière. Le 24 et le 25, elle est entre les deux pattes. Après le 27 juillet, elle délaisse l'Ourse et file vers la Chevelure de Bérénice, un bel ensemble d'étoiles ténues qui composait autrefois la touffe de poils de la queue du Lion.

À cette période (fin juillet), la comète devrait toujours être observable avec des binoculaires ou une lunette astronomique. Nous vous donnons donc rendez-vous à la fin du mois, pour vous présenter ses pérégrinations dans le ciel du mois d'août.


Des images de la comète Neowise

Article de Emma Hollen publié le 12 juillet 2020

Venue des confins de notre Système solaire, la comète Neowise offre actuellement un magnifique spectacle aux yeux des astronomes. Voici quelques unes des plus belles images qui ont été capturées.

La comète C/2020 F3 NEOWISE vient de traverser un moment unique de son existence. Le 3 juillet, elle est passée au plus proche  du Soleil. Elle repartira vers la bordure du Système solaire autour du milieu du mois d'août. Durant sa visite à l'astre solaire, les couches extérieures de Neowise se sont réchauffées jusqu'à ce qu'une partie de la glace se transforme en gaz. Ce processus libère des grains de poussière jusqu'alors enfermés dans la glace, qui à leur tour se réchauffent pour former un nuage incandescent autour du noyau. Baptisé « coma , il offre un fantastique spectacle aux astronomes qui peuvent actuellement observer la comète dans toute sa gloire.

La comète Neowise vue depuis l'espace

Plus heureux encore est le fait que la comète ait survécu à cette rencontre cosmique. Alors que nombre d'entre elles se seraient vaporisées, Neowise poursuit sa course pour le plus grand plaisir des amateurs du ciel nocturne, et même des astronautes de la Station spatiale internationale, qui sont parvenus à en capturer le fantôme.

Un splendide timelapse mis en vidéo de la comète Neowise, capturée depuis l'ISS © Nasa, Seán Doran

Un spectacle à voir avant le lever du Soleil

Si vous souhaitez contempler la comète depuis chez vous, voici ce qu'il faut savoir. La comète étant encore proche du Soleil, son observation peut être rendue difficile par l'intense luminosité de ce dernier. Durant le mois de juillet, il est recommandé de l'observer dans l'heure précédant le lever de soleil ou au crépuscule. Vous pourrez vous aider du site Heavens Above afin de savoir dans quelle direction pointer votre télescope ou vos jumelles. La comète sera au plus proche de la Terre le 23 juillet.

La comète Neowise, capturée au-dessus du Liban juste avant le lever du Soleil © Maroun Habib (Moophz)

Une comète découverte en mars dernier

La mission Neowise (Near-Earth Object Wide-field Infrared Survey Explorer) de la Nasa a découvert ce voyageur le 27 mars 2020 à l'aide de deux canaux infrarouges, sensibles aux signatures thermiques émises par la comète à mesure qu'elle se rapprochait du Soleil. Lancée sous le nom Wise en décembre 2009 pour 7 mois d'étude du ciel en infrarouge, la mission a été réactivée en 2013 afin de servir à la détection d'objets géocroiseurs (NEO).


« Sur les images de sa découverte, la comète Neowise apparaissait comme un point brillant et flou voyageant à travers le ciel même quand elle était encore relativement loin », commente Amy Mainzer, investigatrice principale sur la mission Neowise. « Dès que nous avons vu à quel point elle se rapprocherait du Soleil, nous avons espéré qu'elle nous donnerait à voir un beau spectacle. » Manifestement, la comète a choisi de ne pas nous décevoir. À vos télescopes !

La comète Neowise se dessine sur fond de nuages noctulescents @ Emmanuel Paoly

La comète Neowise est visible à l'œil nu ! 

Article de Xavier Demeersman, publié le 5 juillet 2020

Et si c'était elle, la comète de l'année ou même de la décennie. Découverte fin mars, la comète Neowise a vu sa luminosité augmenter significativement et pourrait surpasser les prévisions. Elle passera au plus près du Soleil début juillet.

Cela se présente bien, et même très bien, pour les jours à venir : d'éminents astronomes amateurs ont pu voir et photographier C/2020 F3 (Neowise) alias la comète Neowise, dans les lueurs flamboyantes de l'aube, et cela, malgré qu'elle soit basse sur l'horizon. C'est dire si elle très brillante. Elle précède de peu le lever du Soleil en ce début de mois de juillet. Vu de la Terre, l'astre était récemment trop près de ce dernier pour qu'on puisse l'observer. On pouvait néanmoins suivre sa course via les images transmises par le satellite d'observation solaire Soho, dans le champ de son coronographe Lasco-C3 (voir animation ci-dessous).

Maintenant que la comète a passé ce cap, nous allons pouvoir l'admirer de plus en plus longtemps en fin de nuit, en l'absence de l'astre solaire. Les astronomes qui la suivent estiment qu'elle a dépassé la magnitude 1 et qu'elle est même à une magnitude 0 actuellement. Ce qui est une très bonne nouvelle. Elle est donc largement visible à l'œil nu. À travers une paire de jumelles, c'est à voir aussi.

Patience, patience donc... si tout va bien -- c'est-à-dire qu'elle ne se fragmente pas comme les prometteuses comètes Atlas et Swan --, sa luminosité pourrait encore augmenter et nous aurons le plaisir d'admirer ce petit corps de glace et de poussière s'illuminer dans le ciel terrestre, notamment pour les observateurs de l'hémisphère nord. Il y a longtemps qu'un tel spectacle ne nous a été donné. Neowise sera peut-être la comète de l'été, voire même de l'année !

Pendant quelques jours encore il sera possible de l'apercevoir à l'aube, puis ensuite, elle dérivera vers la célèbre Grande Ourse. Comme cette dernière est une constellation circumpolaire, c'est-à-dire visible quasiment toute la nuit sous nos latitudes, cela donne l'avantage qu'on pourra l'observer plus longtemps. Voilà qui devrait composer un superbe tableau nocturne, vers minuit, pour la mi-juillet. Affaire à suivre.

La comète Neowise sera au plus près de la Terre, à quelque 103 millions de kilomètres, le 23 juillet prochain.

Pour en savoir plus, lire aussi les épisodes précédents ci-dessous.


Mieux vaut toujours rester prudent avec les comètes, car elles sont vraiment imprévisibles. Mais pour C/2020 F3 (Neowise), surnommée tout simplement Neowise, c'est plutôt bien parti : sa luminosité a considérablement augmenté en une semaine quand nous l'évoquions pour la première fois. Elle a même triplé en trois derniers jours. Aussi, si elle n'était pas si près du Soleil, du point de vue de la Terre, nous pourrions l'admirer à l'œil nu sans difficulté.

Dans cette animation allant du 22 au 25 juin 2020, on peut voir le parcours de la comète Neowise dans le champ du coronographe Lasco C3 de Soho. © Nasa, ESA, Soho

C'est peut-être ce qui arrivera courant juillet, après que l'astre glacé est dépassé le point de son orbite le plus proche de notre Étoile (le périhélie), le 3 juillet. Les spécialistes se montrent très optimistes même s'ils n'ignorent pas que l'énergie du Soleil peut la briser. Sa magnitude est actuellement de +2.4 (le 26 juin), soit bien supérieure à toutes les étoiles qui tapissent le champ du coronographe Lasco C3 du satellite Soho (25 ans dans l'espace !) -- à l'exception du Soleil -- qu'elle traverse en ce moment. Aussi, si elle est toujours intacte après en être sorti le 28 juin, il y a de grandes chances qu'elle devienne « la comète de l'été de première magnitude », estime le site Spaceweather. Alors, espérons que ce soit vrai et que Neowise survive à son périple à 43 millions de kilomètres (0,39 UA) du Soleil, lors du périhélie. C'est le 23 juillet qu'elle passera au plus près de la Terre, à 103 millions de kilomètres. Nous serons au rendez-vous pour l'admirer en soirée et même plus tard dans la nuit, car de par sa positon mi-juillet, elle sera quasiment circumpolaire.


La comète Neowise pourrait créer la surprise début juillet

Article de Xavier Demeersman publié le 19 juin 2020

Et voici la comète Neowise, surnom de C/2020 F3 (Neowise), repérée récemment, le 27 mars, par le programme éponyme Near-Earth Object Wide-field Infrared Survey Explorer de la Nasa. Elle se précipite actuellement vers le Soleil. Non pas pour tomber dedans (comme cela arrive à tant de comètes...), mais pour un passage dans le voisinage de cet énorme puits de gravité, foyer du Système solaire. Foyer, le terme évoque le feu au centre de la maison, et notre étoile joue un rôle similaire de nous éclairer et de nous maintenir au chaud. Mais attention de ne pas trop s'en rapprocher non plus !

Cela a joué des tours, on l'a vu ces derniers mois, aux prometteuses comètes Swan et Atlas. La chaleur qui règne dans cette région centrale du Système solaire a eu raison d'elles, les brisant en morceaux et avec elles, tous les rêves de les admirer à l'œil nu.

Vers une luminosité exceptionnelle début juillet ?

« Jamais deux sans trois » comme le dit l'adage. Et cette fois, ce sera peut-être la bonne. C/2020 F3, petite boule de glace et de poussière méconnue, sera au périhélie, le point de son orbite le plus proche du Soleil, dans quelques jours, le 3 juillet.

Progression de la luminosité de la comète Neowise alias C/2020 F3 (Neowise). © aerith.net

Michael Mattiazzo, observateur invétéré des comètes, est très confiant pour cette nouvelle venue, selon lui, « la comète aurait 70 % de chances de survivre au périhélie » (déclaration au site Spaceweather) au regard de sa belle courbe lumineuse. D'une magnitude 7.2 aujourd'hui, l'astre s'approche à grands pas de la limite visuelle à l'œil nu, la magnitude 6. Les spécialistes prédisent un pic à une magnitude 3, voire 2, autour du 1er juillet. On l'espère car elle pourrait alors constituer un spectacle merveilleux pour les habitants de l'hémisphère nord à cette période.

Ce 19 juin, la comète Neowise cavale dans le bras du Chasseur Orion qui porte la massue, et file en direction des Gémeaux. Impossible de la voir pour l'instant car le Soleil n'est pas loin. Il faudra patienter la fin du mois.

La comète Neowise sera visible fin juin dans le champ du coronographe Lasco C3 de Soho. © Soho, ESA, Nasa
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !