Les témoignages de femmes qui ont constaté un changement dans leur cycle menstruel après une vaccination contre la Covid-19 sont nombreux. Plusieurs mois après ces premiers rapports, quelle est la conclusion sur le sujet ? Quelles explications donnent les scientifiques ?

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Pourquoi avons-nous plus peur des vaccins que des médicaments ? Près d’un Français sur quatre refuse de se faire vacciner. La plupart des gens n’ont pourtant aucune réticence à avaler des médicaments. D'où vient cette différence ?

Une conclusion plutôt rassurante sur les effets du vaccin contre la Covid-19Covid-19 sur les menstruations vient de paraître dans la revue Science. Il s'agit d'un article intitulé « Perspectives », rédigé par Victoria Male, professeure de digestiondigestion et de métabolismemétabolisme à l'Imperial College de Londres. Après analyse de plusieurs études sur le sujet, la scientifique rapporte que la vaccinationvaccination contre la Covid-19 provoque des modifications légères des menstruations, mais qui disparaissent le plus souvent en seulement deux cycles.

Éléments des précédents rapports

Victoria Male rappelle que des femmes du monde entier ont signalé des changements dans leur cycle menstruelcycle menstruel après une vaccination contre la Covid-19, comme des saignements plus abondants et une augmentation de la duréedurée du cycle menstruel. Par exemple, le Vaccine Adverse Event Reporting System des États-Unis a reçu en avril dernier plus de 11 000 rapports de changements menstruels et de saignements vaginaux inattendus après la vaccination.

Une étude portant sur les données de près de 4 000 femmes -- résidant aux États-Unis et utilisatrices de l'applicationapplication de suivi du cycle menstruel Natural Cycles -- a révélé que la première dose de vaccin n'avait aucun effet, que la deuxième dose était associée à une augmentation de la durée du cycle de 0,45 jour, et que l'administration des deux doses de vaccin au cours du même cycle était associée à une augmentation de 2,32 jours.

Une autre étude a révélé que des saignements plus abondants que la normale étaient le plus souvent associés à la vaccination. C'était le cas pour 13,6 % des participantes pour la période suivant la vaccination, contre 7,6 % pour la période précédant la vaccination. En revanche, il existe de nombreuses preuves que la vaccination contre la Covid-19 n'affecte pas la fertilité.

Schéma récapitulatif des deux hypothèses explicatives de la modification du cycle menstruel par la vaccination anti-Covid-19 : les cytokines produites après l'inoculation pourraient affecter la signalisation entre l'hypophyse, l'hypothalamus et les ovaires ; ou les vaccins présentent un impact sur les cellules immunitaires qui participent à la réparation des tissus de la paroi de l'utérus après son élimination pendant les menstruations. © A. Mastin, <em>Science</em> (2022)
Schéma récapitulatif des deux hypothèses explicatives de la modification du cycle menstruel par la vaccination anti-Covid-19 : les cytokines produites après l'inoculation pourraient affecter la signalisation entre l'hypophyse, l'hypothalamus et les ovaires ; ou les vaccins présentent un impact sur les cellules immunitaires qui participent à la réparation des tissus de la paroi de l'utérus après son élimination pendant les menstruations. © A. Mastin, Science (2022)

Deux hypothèses prépondérantes

Comme le type de vaccin ne semble pas influer sur cette modification des menstruations, l'effet résulterait de la réponse immunitaireréponse immunitaire à la vaccination, plutôt que d'un composant spécifique du vaccin. En effet, des modifications menstruelles ont déjà été signalées avec les vaccins contre la typhoïde, l'hépatite Bhépatite B et le papillomavirus humain (HPV).

Si on ignore encore avec certitude pourquoi le cycle menstruel en est perturbé, deux hypothèses sont retenues : « Les réponses immunitaires innées pourraient interférer de façon transitoire avec les hormones qui régissent le cycle menstruel, ou elles pourraient affecter les macrophagesmacrophages et les cellules tueuses naturelles de la muqueusemuqueuse de l'utérusutérus, qui contrôlent la dégradation et la régénération de ce tissu au cours du cycle », écrit Male dans son article. Par ailleurs, le moment de la vaccination dans le cycle menstruel aurait une incidenceincidence sur l'augmentation de la durée du cycle. Ainsi, l'allongement de la durée du cycle ne serait associé à la vaccination que pendant la phase folliculaire du cycle, qui se produit avant l'ovulation.

La seconde hypothèse des cellules immunitaires affectées par la vaccination contre la Covid-19 est appuyée par le fait que l'augmentation de l'âge était associée à un risque accru de saignements plus abondants. « Cela pourrait suggérer que l'altération de la réparation des tissus, qui est médiée par les cellules immunitaires de l'utérus et qui pourrait être moins efficace chez les personnes âgées, est le mécanisme par lequel la vaccination par Covid-19 augmente le flux menstruel », explique la professeure.

Afin d'identifier avec certitude les voies impliquées, elle estime que des études plus approfondies qui suivent les niveaux d'hormones dans le sang avant et après la vaccination, ainsi que des études de cellules immunitaires isolées à partir de biopsiesbiopsies endométriales ou de liquideliquide menstruel sont justifiées.


Le vaccin anti-Covid-19 modifie-t-il la durée du cycle menstruel ?

Article de Stéphanie Le GuillouStéphanie Le Guillou, publié le 7 janvier 2022

Des rumeurs circulent sur de potentiels effets indésirables des vaccins anti-Covid sur le cycle menstruel des femmes. Une étude scientifique a été menée pour explorer la question. Elle a été publiée ce jeudi 6 janvier dans la revue Obstetrics and Gynecology. Décryptage.

L'étude publiée dans la revue Obstetrics and Gynecology repose sur la collecte de données issues d'une application de suivi du cycle menstruel, d'octobre 2020 à septembre 2021. Quatre mille femmes ont été incluses dans l'essai, âgées de 18 à 45 ans. Ces femmes avaient des cycles réguliers d'une durée normale (entre 24 et 38 jours). Parmi elles, 2.500 étaient vaccinées avec Pfizer-BioNtech, Moderna ou Janssen, tandis que les autres n'étaient pas vaccinées. La durée du cycle des femmes a été analysée pendant six mois consécutifs. Concernant le groupe de femmes vaccinées, le suivi a démarré trois mois avant la vaccination et s'est terminé trois mois après la vaccination.

Un allongement du cycle suivant la vaccination de moins d'un jour

Dans le groupe de femmes vaccinées, le cycle menstruel suivant l'injection était allongé de moins d'un jour (0,75 jour) tandis que le cycle menstruel des femmes non vaccinées n'était pas allongé.

Une variation de la durée du cycle menstruel inférieure à huit jours n’a rien d’anormal

Pour remettre dans son contexte ce retard, il faut savoir que la Fédération internationale de GynécologieGynécologie et Obstétrique considère qu'une variation de la durée du cycle menstruel inférieure à huit jours n'a rien d'anormal. En effet, alors que certaines femmes ont des cycles extrêmement réguliers, d'autres peuvent observer d'énormes variations d'un cycle à l'autre. Par ailleurs, il n'y avait plus de différence entre les deux groupes au 2e cycle suivant la vaccination. Certaines femmes ont rapporté des retards de plus de huit jours dans les deux groupes, sans différence significative. Les femmes ayant reçu deux injections au cours du même cycle (n=358) ont présenté un allongement de la durée du cycle de près de deux jours, effet qui disparaissait lors du second cycle après les injections.

Le vaccin ne nuit pas à la fertilité des femmes. © Creation-Flickr, CC by-nc-sa 20
Le vaccin ne nuit pas à la fertilité des femmes. © Creation-Flickr, CC by-nc-sa 20

Un effet déjà connu

Un allongement de la durée du cycle menstruel minime et temporaire chez les femmes avait déjà été observé après la vaccination contre le papillomavirus humainpapillomavirus humain. Pour rappel, ce vaccin protège des cancers du col de l'utéruscancers du col de l'utérus causés par les papillomavirus humains, sexuellement transmissibles. Ce vaccin est recommandé en France chez tous les enfants (filles et garçons) entre 11 et 14 ans. Un rattrapage est possible entre 15 et 19 ans. Par ailleurs, une autre étude a rapporté que l'infection par le SARS-CoV-2SARS-CoV-2 entraînait un allongement de la durée du cycle menstruel chez un quart des femmes contaminées.

D'autres rumeurs circulent sur un possible effet négatif des vaccins sur la fertilité des femmes. Les données disponibles à ce jour ne montrent aucun impact de la vaccination sur la fertilité ni des femmes, ni des hommes.

En revanche, une infection par la Covid-19 chez une femme enceinte augmente le risque de fausse couche ou de naissance prématurée. En conclusion, si vous êtes une femme ayant un désir d'enfant, sachez que le vaccin n'a pas d'impact sur votre fertilité. En revanche, être infectée par le SARS-CoV-2 pendant la grossessegrossesse peut nuire au bon déroulement de celle-ci.

 


Les vaccins anti-Covid altèrent-ils vraiment la fertilité et les menstruations ?

Les vaccins peuvent rendre stérile et affectent les menstruations. Ces affirmations sont régulièrement partagées sur les réseaux sociauxréseaux sociaux. Qu'en dit la communauté scientifique ?

Article de Julie KernJulie Kern, publié le 27 août 2021

Ce sont des rumeurs qui ont la peau dure. Elles se propagent sur les réseaux sociaux ou lors de discussions en famille ou entre amis. Les vaccins anti-Covid rendraient les femmes stériles et perturberaient le cycle menstruel.

Que répond la communauté scientifique à ces inquiétudes qui peuvent dissuader des femmes en âge de procréer, notamment les plus jeunes, de se faire vacciner ?

Les vaccins rendent-ils les femmes stériles ?

La théorie que la vaccination ou l'infection par le SARS-CoV-2 pourrait provoquer une stérilité s'appuie sur la similitude présumée entre la protéine S du SARS-CoV-2 et la syncytine-1. La syncytine-1 est codée par un rétrovirusrétrovirus endogène humain (HERV), un gènegène hérité d'un rétrovirus qui s'est installé et s'est stabilisé dans le génomegénome de nos ancêtres, il y a plusieurs millions d'années. Cette protéine joue un rôle fondamental dans la formation du placenta.

Ainsi, certains pensent que les anticorpsanticorps spécifiques de la protéine S, qu'ils soient liés à l'infection naturelle ou à la vaccination, peuvent aussi reconnaître la syncytine-1 et la détruire. Si cette neutralisation croisée se vérifie, elle provoquerait une stérilité.

Or, comme l'indique cette étude parue le 2 juin 2021, cette théorie n'a pas pu être prouvée par des expériences scientifiques rigoureuses. Aucune altération de l'implantation de l'embryonembryon chez les femmes enceintes vaccinées ou infectées par la Covid-19 n'a été observée, en comparaison avec des femmes séronégatives.

Les vaccins dérèglent-ils le cycle menstruel ?

Une deuxième rumeur s'est propagée à partir de témoignages réels et valides. Sur TwitterTwitter, beaucoup de femmes ont rapporté des problèmes pendant leurs règles après la vaccination : plus longues ou courtes, plus abondantes ou légères, plus douloureuses ou soudainement irrégulières.

Ces vécus ne semblent pas être une conséquence de la vaccination. D'autres facteurs peuvent expliquer ces variations très communes, et la plupart du temps transitoires. Le premier est sans doute le stressstress lié à la vaccination. Mais il y a aussi, la fatigue ou encore un changement de mode de vie.

Dans un rapport publié début août, le Pharmacovigilance Risk Assessment Committee, un comité chargé des questions de pharmacovigilance pour l'Agence européenne du médicament, n'a trouvé aucun lien causal entre les vaccins anti-Covid et les troubles dans les menstruations, rapportés par de nombreuses femmes.

Néanmoins, ils sont à surveiller. Si des problèmes de menstruation persistent dans le temps ou s'aggravent, ils peuvent être synonymes d'une maladie plus sérieuse comme l'endométrioseendométriose ou la formation de fibromes utérins.

Ces deux rumeurs ne sont donc pas fondées sur des données scientifiques vérifiées, comme beaucoup de publications médicales qui deviennent virales sur les réseaux sociaux.