Les femmes sont plus exposées aux effets secondaires du vaccin contre la Covid-19, mais aussi à tous les vaccins en général, car elles induisent une plus forte réponse immunitaire. Faut-il alors leur administrer une dose réduite pour atténuer ces effets indésirables ?

Cela vous intéressera aussi

Plusieurs études ont déjà montré que les hommes et les femmes réagissent différemment face à la Covid-19Covid-19. Selon l’ANSM, le risque d'hospitalisation est de 1,4 chez les femmes et le risque de décès 2,1 fois plus élevé. De nombreuses pistes ont été avancées pour expliquer cette différence : hormoneshormones, réponse des cellules immunitaires, composition du microbiotemicrobiote... Mais il semble que l'inégalité homme-femme s'observe également dans la réponse aux vaccins. D'après un rapport rédigé par le Centers for Disease Control and Prévention (CDCCDC), chargé de la surveillance de la santé aux États-Unis, les trois quarts des effets secondaires des vaccins sont enregistrés chez les femmes. Dans le détail, les femmes rapportent 79,1 % des effets secondaires alors même qu'elles ne représentent que 61,2 % des personnes vaccinées. De plus, pratiquement toutes les réactions anaphylactiques graves concernent les femmes (29 cas sur 31).

Tous les vaccins concernés

« Ce n'est pas vraiment une surprise : on observe ces différences de sexe dans beaucoup d'autres vaccins », atteste Sabra Klein, immunologiste au Johns Hopkins Bloomberg School of Public Health dans le New York Times. Une étude de 2013 montre ainsi que les femmes entre 20 et 59 ans connaissent quatre fois plus de symptômessymptômes d'hypersensibilité que les hommes au vaccinvaccin contre la grippegrippe H1N1. Et cela concerne aussi bien les vaccins administrés aux adultes (ragerage, fièvre jaunefièvre jaune, herpèsherpès...) que ceux injectés aux enfants (hépatite Bhépatite B, rougeolerougeole, oreillonsoreillons ou rubéole).

Le saviez-vous ?

Les effets secondaires des vaccins anti-Covid sont rares. Sur 4,32 millions de vaccinations réalisées en France au 5 mars 2021, l’ANSM recense ainsi 9.174 cas d’effets secondaires, dont 71 % de cas bénins. Il s’agit surtout de symptômes pseudo-grippaux (fièvre, fatigue, maux de tête, nausées…) ou des rougeurs sur le site d’injection. Une inflammation avec gonflement des ganglions lymphatiques (lymphadénopathie) est parfois constatée. Les allergies aux excipients restent exceptionnelles (environ un cas sur 100.000).

Une meilleure production d’anticorps

Si l'on considère que les femmes induisent une plus forte réponse immunitaireréponse immunitaire, ce constat est somme toute logique, étant donné que la vaccinationvaccination consiste justement à provoquer cette réponse immunitaire. « Généralement, les femmes ont un niveau d'anticorpsanticorps plus élevé ainsi qu'un plus grand nombre de lymphocyteslymphocytes B », explique Ashley Fink, de la Johns Hopkins Bloomberg School of Public Health, dans une étude de 2018 sur le sujet. « Or, une plus grande production d'anticorps implique une réponse plus forte au vaccin. » Les différences étant plus marquées à l'âge adulte, on suppose qu'un facteur hormonal entre en jeu. On sait par exemple que les hormones féminines (œstrogènesœstrogènes et la progestéroneprogestérone) inhibent le récepteur ACE2, porteporte d'entrée du coronaviruscoronavirus dans les cellules. À l'inverse, la testostéronetestostérone ralentit la production de cytokinescytokines qui entraînent l'inflammationinflammation qui va détruire les cellules infectées.

Les femmes représentent la quasi-totalité des réactions anaphylactiques graves suite au vaccin. © Khunatorn, Adobe Stock
Les femmes représentent la quasi-totalité des réactions anaphylactiques graves suite au vaccin. © Khunatorn, Adobe Stock

Une dose de vaccin réduite pour les femmes ?

Autant les femmes sont donc naturellement mieux protégées contre les maladies, autant elles sont plus affectées par les effets secondaires des vaccins. Pour Ashley Fink, ce constat suggère qu'il faudrait adapter les doses de vaccin selon les sexes, avec pourquoi pas des doses réduites administrées aux femmes, qui seraient ainsi moins exposées aux effets secondaires tout en étant aussi bien protégées. Ce problème se pose d'ailleurs aussi pour tous les médicaments de façon générale, car on sait que les hommes et les femmes métabolisent les médicaments différemment.

Déjà que la gestion des doses de vaccin est problématique, on imagine toutefois qu'il serait difficile de prescrire des dosagesdosages différents aux hommes et aux femmes. D'autant plus que les différences d'effets secondaires peuvent aussi simplement s'expliquer par le fait que les femmes ont davantage tendance à s'en plaindre que les hommes.