Les patients ayant attrapé le coronaviruscoronavirus de sexe masculin semblent produire davantage d'anticorpsanticorps que ceux de sexe féminin, selon la NHS, le service de santé britannique. La NHS, qui récolte actuellement le plasmaplasma de patients convalescents pour un essai de traitement contre le coronavirus, a constaté que 43 % des donneurs hommes présentent un niveau suffisant d'anticorps anti-Covid-19 pour être éligibles à l'essai, contre seulement 29 % des femmes.

Ce n'est pas vraiment étonnant : plusieurs études ont montré que les hommes sont plus sensibles au coronavirus que les femmes. Or, plus on est gravement atteint, plus on développe d’anticorps. Une autre étude avait, elle, déjà constaté que le plasma sanguin des hommes contient davantage d’enzymes ACE2, porteporte d'entrée du coronavirus dans les cellules. Plus d'anticorps ne signifie cependant pas à affirmer que les hommes sont mieux protégés que les femmes. Car de nombreuses incertitudes demeurent sur la fameuse immunitéimmunité conférée par ces anticorps : certains individus semblent protégés par d'autres mécanismes, tandis que la durée de vie de ces anticorps semble très aléatoire.

Deux essais cliniquesessais cliniques sont en cours au Royaume-Uni pour tester la transfusion de plasma convalescent comme traitement contre le coronavirus. Cette piste serait toutefois réservée aux situations d'urgence et ne pourrait pas se substituer à un vaccin.