Le cerveau des femmes resterait plus jeune que celui des hommes, du point de vue du métabolisme. © sudok1, Fotolia

Santé

Le cerveau des femmes serait plus jeune que celui des hommes

ActualitéClassé sous :biologie , cerveau , différence homme femme

Une étude américaine affirme que le cerveau des femmes semble avoir trois ans de moins que celui des hommes, ce qui expliquerait que les femmes conservent de bonnes capacités cognitives à un âge avancé. Le sexe influencerait le vieillissement du cerveau au niveau métabolique.

Les cerveaux des hommes et des femmes présentent des différences morphologiques ; par exemple, les hommes ont un cerveau plus gros (voir l'article ci-dessous). Mais il y aurait aussi des différences concernant le vieillissement cérébral, d'après cette nouvelle étude de l'université Washington à Saint-Louis. La faute au métabolisme du cerveau qui semble différent chez l'homme et la femme.

Le cerveau a besoin de glucose pour son fonctionnement, mais la façon dont il l'utilise varie au fil du temps. Chez les bébés et les enfants dont le cerveau est en cours de maturation, une voie métabolique, la glycolyse aérobie, est particulièrement mise à contribution. Puis, chez les adolescents et les adultes, la glycolyse aérobie est de moins en moins fréquente dans le cerveau et, après 60 ans, sa proportion atteint un bas niveau.

De manière générale, le métabolisme du cerveau diminue avec le vieillissement normal de l'organisme. Mais existe-t-il des différences entre hommes et femmes lors du vieillissement métabolique du cerveau ? Pour le savoir, les scientifiques ont étudié 84 hommes et 121 femmes, soit 205 personnes âgées de 20 à 82 ans. Les participants ont passé un PET scan - une tomographie par émission de positons  (TEP) - pour mesurer les flux d'oxygène et de glucose, et donc le métabolisme du glucose, dans le cerveau.

La TEP est une technique d’imagerie médicale qui consiste à injecter une solution avec un traceur radioactif pour le suivre dans le corps. © Gorodenkoff, Fotolia

Grâce à ces données, les chercheurs ont créé un algorithme qui permettait de prédire l'âge des hommes à partir du métabolisme de leur cerveau. Ensuite, ils ont appliqué cet algorithme pour prédire l'âge du cerveau des femmes, à partir des données de leur métabolisme cérébral. Résultat, l'algorithme prédisait aux femmes un âge inférieur de 3,8 ans par rapport à leur âge réel.

Le cerveau féminin reste métaboliquement plus jeune

Ensuite, les chercheurs ont fait l'inverse : ils ont généré un algorithme à partir des données des femmes pour prédire l'âge cérébral, puis ils l'ont appliqué aux hommes. Cette fois-ci, l'algorithme donnait aux hommes un âge du cerveau avec 2,4 ans de plus que la réalité. Pour Manu Goyal, principal auteur de cette étude qui paraît dans PNAS,  « La différence moyenne d'âge cérébral calculé entre les hommes et les femmes est significative et reproductible. »

La différence moyenne d'âge cérébral calculé entre les hommes et les femmes est significative et reproductible

Même chez les femmes les plus jeunes, qui avaient moins de 30 ans, cette jeunesse relative du cerveau était visible. Donc pour le chercheur,  « Ce n'est pas que les cerveaux des hommes vieillissent plus vite : ils commencent l'âge adulte en ayant environ trois ans de plus que ceux des femmes, et cela dure toute la vie. »

Le sexe pourrait donc influencer l'évolution métabolique du cerveau avec l'âge : « Je pense que cela pourrait signifier que les femmes ne connaissent pas autant de déclin cognitif au cours des dernières années parce que leur cerveau est effectivement plus jeune, et nous travaillons actuellement sur une étude pour le confirmer. » Les chercheurs suivent une cohorte d'adultes pour savoir si ceux qui ont un cerveau qui apparaît plus jeune sont moins concernés par les problèmes cognitifs en vieillissant.

Pour garder un cerveau jeune, il est conseillé d'avoir une bonne hygiène de vie, de soigner son alimentation et de faire de l'exercice physique.

  • Au cours du vieillissement, le métabolisme du cerveau diminue.
  • Des chercheurs ont étudié le métabolisme cérébral de 200 adultes.
  • Globalement, le cerveau des femmes reste plus jeune que celui des hommes, du point de vue du métabolisme.
Pour en savoir plus

En bref : le cerveau est-il différent chez l'homme et la femme ?

Article d'Agnès Roux paru le 14 février 2014

Le cerveau est-il un organe sexué ? Oui, si l'on en croit la science. Dans une revue récente, une équipe britannique a récapitulé toutes les différences cérébrales entre les hommes et les femmes découvertes ces deux dernières décennies. Ce bilan global pourrait aider les neurobiologistes à mieux comprendre certaines pathologies mentales.

Quoi qu'on en dise, les hommes et les femmes sont bien différents et n'ont généralement pas les mêmes goûts, envies, aptitudes, comportements et intérêts. Pourquoi ? Ce sujet controversé fait l'objet de nombreuses études scientifiques sérieuses, en particulier en ce qui concerne la structure du cerveau. Afin de faire le point, des chercheurs de l'université de Cambridge (Royaume-Uni) ont examiné en détail la littérature de ces 20 dernières années. Au total, ils ont épluché 126 publications scientifiques traitant cette thématique à toutes les phases de la vie, allant de la naissance à 80 ans. Leurs conclusions, publiées dans la revue Neuroscience and Biobehavioral Reviews, rappellent les dissemblances entre les cerveaux des gents féminine et masculine.

Images du cerveau montrant la différence de volume de la matière grise entre les hommes et les femmes. Les régions où la substance grise est plus volumineuse sont en rouge pour la femme et en bleu pour l’homme. © Neuroscience and Biobehavioral Reviews, cc by nc sa 3.0

La différence majeure concerne la taille : en moyenne, les hommes ont un cerveau plus volumineux que celui des femmes. Dans le détail, l'excédent de volume chez les hommes est de 12 % pour le crâne, de 9 % pour la matière grise, de 13 % pour la matière blanche et de 9 % pour le cervelet. Les auteurs ont également observé un contraste de structure entre les cerveaux des deux sexes. En effet, la densité et le volume de certains tissus sont plus importants dans certaines régions du cerveau des hommes alors qu'elles le sont dans d'autres zones cérébrales chez les femmes.

« Les différences cérébrales entre les deux sexes touchent certaines régions, comme le système limbique, impliquées dans le développement de troubles psychiatriques comme l'autisme, la schizophrénie ou la dépression, explique John Suckling, un des auteurs. Cette analyse pourrait nous aider à mieux comprendre pourquoi certaines de ces pathologies se développent chez un genre plutôt que l'autre. »

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

« Le Cerveau des enfants, un potentiel infini ? » : le cerveau se développe lentement  Le documentaire Le Cerveau des enfants, un potentiel infini ? de Stéphanie Brillant, diffusé par Jupiter Films et qui sort en France le 23 mai, interroge des psychothérapeutes et des neurophysiologistes, tous nord-américains, sur le développement du cerveau de la naissance à l'âge adulte. Ces spécialistes en tirent des conseils destinés aux parents et aux éducateurs.