Cela vous intéressera aussi

L'aménorrhée caractérise l'absence de règles chez la femme en âge de procréer. L'aménorrhée se rencontre en situation normale pendant la grossesse mais peut aussi se produire de manière pathologique au cours de la période de féconditéfécondité, signe le plus souvent d'une maladie sous-jacente.

Rappels sur le cycle menstruel

Le cycle menstruel est l'ensemble des phénomènes physiologiques qui préparent la femme (et les autres mammifèresmammifères femelles) à la reproduction. Il est régulé par les hormoneshormones de l'axe hypothalamohypophysaire (LHLH et FSHFSH). Durant ce temps, l'utérusutérus connaît des modifications. L'endomètreendomètre, la muqueusemuqueuse de l'utérus, croît au fur et à mesure du cycle, de manière à accueillir l'embryonembryon en cas de fécondationfécondation. C'est une région fortement irriguée en vaisseaux sanguins. S'il n'y a pas de nidationnidation de l'embryon, et donc pas de grossesse, alors le cycle se termine avant qu'un nouveau ne s'engage. Cette transition se caractérise par la perte de l'endomètre, qui s'accompagne de saignements abondants, appelés menstruations ou règles.

Aménorrhées primaires et secondaires

On parle d'aménorrhée primaire chez une femme qui n'a jamais présenté de menstruations. Différentes raisons peuvent expliquer cette anomalieanomalie, comme le syndrome de Turnersyndrome de Turner (maladie génétiquemaladie génétique). Les aménorrhées secondaires caractérisent l'absence de règles pendant au minimum trois mois consécutifs chez des femmes pourtant déjà réglées. Elles sont alors le signe de pathologiespathologies sous-jacentes diverses et variées, par exemple une atteinte du système hypothalamohypophysaire, ou le syndrome des ovairesovaires polykistiques (ou syndrôme de Stein-Leventhal).

En général, une femme qui allaite connaît également une période d'aménorrhée. Celle-ci n'est en rien pathologiquepathologique puisque le relargagerelargage de prolactineprolactine, l'hormone qui stimule la montée de lait, inhibe les menstruations. Contrairement à ce que l'on pourrait croire, l'ovulationovulation se produit correctement.