Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] L’opiorphine, le nouvel antidouleur pour remplacer la morphine ? La prise en charge de la douleur fait partie du traitement des maladies. À ce jour, dans les cas de douleurs sévères, la seule solution est d’utiliser la morphine mais au prix de nombreux et importants effets secondaires. L’opiorphine pourrait avoir les mêmes vertus analgésiques que la morphine mais sans ses effets délétères pour le patient. L’Institut Pasteur a interviewé Catherine Rougeot, chef du laboratoire de Pharmacologie des régulations neuro-endocrines, afin d’en savoir plus sur le sujet.

L'endométriose est une maladie gynécologique qui se définit par la présence anormale, en-dehors de la cavité utérine, de tissu identique à l'endomètreendomètre. Dans la plupart des cas d'endométriose, ces tissus sont retrouvés à proximité de l'utérusutérus, sur les ovairesovaires ou les trompes ; plus rarement, ils se localisent sur d'autres organes comme la vessievessie ou l'intestin. Les cellules similaires à celles de l'endomètre sont elles aussi influencées par les hormoneshormones féminines ; les lésions situées en-dehors de l'utérus peuvent donc saigner, et générer des cicatricescicatrices fibreuses à chaque cycle.

Les causes de l'endométriose restent mal connues mais l'une des principales hypothèses évoquées est celle de la migration de fragments d'endomètre libérés au cours des règles. Pendant ces « menstruations rétrogrades », du sang des règles pourrait entrer dans la cavité abdominalecavité abdominale en transportant des cellules de l'endomètre, dont des cellules pluripotentes qui s'implanteraient ailleurs.  Des facteurs environnementaux pourraient favoriser la maladie, de même que certaines prédispositionsprédispositions génétiques.

Symptômes, diagnostic et traitement de l’endométriose

Il arrive que l'endométriose ne déclenche pas de symptôme particulier mais elle conduit souvent à des douleursdouleurs, notamment au moment des règles. Les patientes peuvent aussi ressentir des douleurs à la mictionmiction, lors de la défécationdéfécation, ou avoir du sang dans les urines si la vessie est touchée par les lésions. Beaucoup de femmes souffrant d'endométriose rencontrent un problème d'infertilité. Celle-ci pourrait être due à des amas de tissus, à des profils hormonaux anormaux ou à un utérus dont les caractéristiques gênent l'implantation de l'embryonembryon.

En France, d'après l'Inserm, une femme sur dix serait concernée par l'endométriose. La maladie est diagnostiquée grâce à un examen clinique et une échographieéchographie. L'endométriose est souvent traitée par des hormones qui suppriment les règles (aménorrhéeaménorrhée), par exemple avec une pilule contraceptivepilule contraceptive ou un stériletstérilet. Les lésions causées par l'endométriose peuvent aussi être retirées par une opération chirurgicale. Notez que l'Androcur, un médicament parfois prescrit aux femmes souffrant d'endométriose, pourrait augmenter le risque de méningiomeméningiome.