Herpès génital, syphilissyphilis, chlamydioses... Les infections dites « sexuellement transmissibles » (ISTIST) ne se résument pas au VIH-SIDA. Et certaines peuvent être prévenues par la vaccination. C'est le cas tout d'abord de l'hépatite Bhépatite B, à l'origine de cirrhosescirrhoses et du carcinomecarcinome primitif du foiefoie, un cancer qui tue 6000 personnes chaque année en France.  C'est vrai aussi des infections à papillomavirus humains (HPV) qui provoquent  des cancers du col de l'utérus, 20 à 30 ans après une infection survenue le plus souvent, entre 13 et 20 ans.

Le virusvirus l'hépatite B (VHB) se distingue selon l'OMSOMS, par une infectiosité de 50 à 100 fois supérieure à celle du VIH. Méconnue des Français, cette infection touche près de 300 000 personnes dans l'Hexagone. Le virus se transmet par voie sexuelle, sanguine ou encore de la mère à l'enfant. Pour s'en prévenir, un seul moyen : le vaccinvaccin, disponible depuis 1982.

L'infection à papillomavirus pour sa part, est donc à l'origine de plusieurs maladies génitales : les condylomescondylomes - sortes de petites verruesverrues bénignes mais extrêmement contagieuses -  et surtout le cancer du col de l'utérus, comme nous venons de le voir. Deux vaccins sont disponibles pour s'en protéger: le Gardasil mis au point par  Merck and Co et diffusé par Sanofi Pasteur MSD, et le Cervarix de GSK.  L'un et l'autre sont pris en charge par l'Assurance maladie  à hauteur de 65%. Ces deux vaccins doivent être administrés à la fin de l'enfance ou au début de l’adolescence, avant le début de l'activité sexuelle.