Dans chaque écouteur, un petit ventilateur et un filtre à particules. © www-erzetich-com, Pixabay
Tech

Contre la pollution et les virus, Dyson travaille sur un casque audio purificateur d'air

ActualitéClassé sous :Tech , Dyson , Casque audio

-

Alors que la vente de masques explose à travers la planète pour se protéger du coronavirus, Dyson a déposé un brevet pour un casque audio capable de purifier l'air ambiant. Les ventilateurs et les filtres à particules sont placés dans les écouteurs, et l'ensemble peut propulser plus de deux litres d'air purifié par seconde.

L'entreprise d'électroménager anglaise Dyson, surtout connue pour ses aspirateurs sans sac, pourrait lancer des purificateurs d'air portables, à en croire une demande de brevet déposée auprès du bureau des brevets britannique. Les documents, qui ont été publiés le 29 janvier dernier, ont été repérés par Bloomberg.

Outre ses célèbres aspirateurs, Dyson produit également des purificateurs d'air pour la maison ou les bureaux qui connaissent un succès grandissant en Asie. Face à la demande, le constructeur semble avoir décidé d'en produire une version portable, intégrée dans un casque audio supra- ou circum-aural, qui recouvre donc les oreilles. Chacun des deux écouteurs intègre un moteur et un ventilateur de 35-40 mm qui tourne à 12.000 tours par minute. Clairement, il est difficile d'imaginer profiter sereinement de sa musique avec un tel vrombissement.

Un arceau se place devant la bouche pour respirer de l'air purifié. © Dyson

Jusqu’à 2,4 litres par seconde d’air purifié

Chaque écouteur intègre un filtre à particules, et filtre ainsi jusqu'à 1,4 litre d'air par seconde (soit 2,8 litres au total). Les écouteurs sont reliés par deux arceaux, l'un qui se positionne sur la tête, et l'autre qui se place devant la bouche pour acheminer le flux d'air, délivrant 2,4 litres par seconde d’air purifié.

Le brevet ne spécifie pas le type de filtre utilisé, mais il pourrait aussi bien traiter la pollution que les bactéries. Un tel appareil pourrait rencontrer un grand succès en Chine où la pollution est endémique, mais également en cas d'épidémie comme actuellement avec le coronavirus. Il est toutefois important de noter qu'il s'agit uniquement d'un brevet, et donc que ce casque pourrait être une simple piste de recherche sans aboutir un jour sur un produit finalisé.

Cela vous intéressera aussi
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !