Pollution au-dessus de Paris. © Alberto Hernández, Flickr
Tech

Vers un « aspirateur à particules » pour purifier l’air au-dessus du village olympique en 2024 ?

ActualitéClassé sous :technologie , particules fines , dépollution de l'air

Une start-up française a inventé une machine qui capte les particules polluantes par effet électrostatique. Un ingénieux système bien plus efficace que les filtres classiques et qui pourrait servir à dépolluer les zones sensibles dans les agglomérations.

Explorez les interviews de chercheurs, photographes, voyageurs témoins d'un monde qui change sous le joug du réchauffement climatique.
Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Interview 1/5 : la pollution de l'air est omniprésente  Nous sommes en permanence confrontés à une menace invisible et insidieuse : la pollution atmosphérique. Philippe Hubert, directeur des risques chroniques de l’Ineris (Institut national de l'environnement industriel et des risques), nous en explique les causes et nous décrit les normes en matière de pollution de l’air. 

Lors de jeux olympiques de 2024, les athlètes résidents dans le village olympique en Seine-Saint-Denis, au nord de Paris, auront la chance de respirer un air pur, grâce à une invention unique au monde. Le « Para-PM », imaginé par la société française Aérophile spécialisée dans les ballons captifs, vient en effet d'être sélectionné par la société de livraison des ouvrages olympiques (Solideo) pour équiper le village. Cette étonnante machine de 3 x 5 mètres promet d'aspirer les particules fines dans l'air puis de les détruire par photocatalyse.

Augmenter l’ionisation de l’air

« Cette idée m'est venue il y a 10 ans lorsque je suis tombé sur un article scientifique détaillant l'expérience d'un scientifique qui avait lâché des ballons munis de pointes radioactives pour étudier les rayons comiques, nous raconte Jérôme Giacomoni, cofondateur d'Aérophile. Il faut savoir que même si l'air est normalement un bon isolant, il possède un champ électrique naturel d'environ 100 volts par mètre ». Lorsqu'on augmente ce potentiel électrique par effet de pointe, il se produit une électrisation par « effet couronne » (ou effet corona). L'air devient alors localement conducteur et de petites étincelles porteuses de charges électriques se développent spontanément aux extrémités des pointes. « C'est ce que l'on observe par exemple avec les feux de Saint-Elme, qui apparaissent aux extrémités des mâts des navires ou des ailes des avions par temps orageux », relate l'entrepreneur.

36.000 mètres cubes d’air purifié par heure

Or, il se trouve que les particules fines chargées négativement ou positivement s'accumulent, elles aussi, sur la pointe. « Nous avons constaté que nos ballons amassent ainsi sept grammes de particules fines de suie et de carbone par an, rapporte Jérôme Giacomoni. On s'est donc demandé si on ne pouvait pas utiliser ce phénomène pour capter la pollution ». Le principe du Para-PM consiste à ioniser l'air ambiant pour aspirer et piéger les particules environnantes. « Notre appareil est capable de dépolluer 36.000 mètres cubes d'air par heure, soit l'équivalent de 15 piscines olympiques, expose l'inventeur. Il présente plusieurs avantages par rapport aux filtres mécaniques. D'abord, il capte des particules ultrafines, de l'ordre de 10 nanomètres, qui sont généralement trop petites pour être filtrées. Deuxièmement, il ne nécessite pas d'énergie comme avec des pompes qui aspirent l'air, puisque au lieu de brasser un mètre cube d'air, l'appareil va uniquement aspirer les 20 microgrammes de particules contenues dans ce mètre cube », détaille Jérôme Giacomoni.

Les aspirateurs à particules seront installés dans le village olympique à l’occasion des JO de 2024. © Aérophile

Équiper le bord des routes et les quartiers sensibles

Une fois les particules piégées, elles sont dégradées par lasure photocatalytique, qui les décompose en gaz comme le CO2. Aérophile prévoit ainsi d'installer neuf modules de 3 x 5 m au cœur du village olympique pour absorber les émissions issues du trafic automobile. « L'air rejeté sera deux fois moins pollué et constituera comme un nuage d'air pur sur environ 30 mètres ou plus selon le vent », promet Jérôme Giacomoni. La société ne compte d'ailleurs pas s'arrêter là. « Nous avons de nombreux projets en France ou à l'étranger pour installer des Para-PM au bord des routes, aux abords des écoles ou des établissements de santé », assure le chef d'entreprise. D'après ses calculs, en plaçant 1.000 de ces appareils pour 300.000 habitants, on pourrait réduire la pollution de 15 % de façon permanente.

Même si la qualité de l'air s'améliore régulièrement en Ile-de-France depuis 2005, la pollution demeure un enjeu majeur pour les organisateurs des Jeux olympiques. Selon une étude de 2016, pour chaque tranche de 10 unités de particules fines (PM10) au-dessus de la limite autorisée, les athlètes voient leurs performances réduites de 0,2 %.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !