Les pays les plus pollués sont l'Inde et la Chine, mais aussi l'est de la Méditerranée comme l'île de Chypre. © hramovnick, Adobe Stock
Planète

Pollution de l'air : quels sont les pires endroits sur Terre pour respirer ?

ActualitéClassé sous :Pollution , pollution de l'air , particules fines

Selon l'Organisation mondiale de la Santé, 99 % de la population mondiale respire un air pollué. Découvrez les pays où la qualité de l'air est la plus dégradée du monde.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Quelle est la part des transports dans la pollution ?  Le transport est le deuxième contributeur de gaz à effet de serre, avec 24,6% des émissions. 

L'Organisation mondiale de la Santé, qui est une agence spécialisée de l'ONU, possède une base de données d'environ 6.000 villes dans 117 pays : l'air analysé dépasse les seuils de pollution fixés par l'organisme dans la quasi-totalité de ces villes. La cause de cette pollution atmosphérique ? Des particules qui peuvent pénétrer dans les poumons, les veines et les artères, et entrainent de nombreuses maladies. Celles-ci provoquent 7 millions de morts par an, ainsi qu'une espérance de vie réduite et détériorée par la maladie pour de nombreux autres.

Pour effectuer ses analyses, l'OMS prend en compte les particules PM2.5 et PM10, et a récemment ajouté le dioxyde d'azote. Ce gaz provient principalement des centrales thermiques et des moteurs à combustion interne, comme le diesel. Il s'agit d'un gaz toxique, à l'odeur âcre er piquante, très présent sur les routes fréquentées. Le fait de s'exposer régulièrement à ce gaz peut déclencher de l'asthme, des difficultés à respirer et de la toux. Il a été prouvé que les hospitalisations pour ces symptômes sont en hausse lors des pics de pollution au dioxyde d'azote.  

Du dioxyde d'azote en grande quantité à l'est de la Méditerranée

L'une des plus fortes concentrations de dioxyde d'azote du monde a été relevée à l'est de la Méditerranée, notamment sur l'île de Chypre, avec des niveaux qui ont dépassé 3 à 4 fois le seuil maximal de 50 microgrammes par mètre carré plusieurs jours de suite ces dernières semaines. Chypre souffre en effet de fréquents épisodes de pollution pour plusieurs raisons : le transport, l'agriculture, la combustion des déchets et l'industrie, mais aussi le sable du désert transporté par les vents. Les facteurs météo propres à sa localisation, et l'apport régulier de sable du Sahara, font de Chypre l'une des zones les plus polluées de Méditerranée et d'Europe.  

L'île de Chypre est l'une des zones les plus polluées d'Europe et Méditerranée. © Walkerssk, Pixabay

Pic de particules fines en Inde et en Chine

En dehors de l'est de la Méditerranée, les pays en voie de développement sont particulièrement touchés par la pollution aux PM10, en provenance de sources à la fois artificielles (industrie, transport, agriculture) et naturelles (feux de forêt, éruptions volcaniques) : l'Inde enregistre depuis de nombreuses années des niveaux extrêmement élevés de PM10 et PM2.5, dont 60 % provient des foyers et des industries. La Chine enregistre également des niveaux élevés de PM2.5 : les PM2.5 pénètrent en profondeur dans les poumons et le réseau sanguin et sont susceptibles de causer des problèmes cardiovasculaires et cérébraux, comme des AVC. Des études en cours tendent aussi à montrer que d'autres organes seraient touchés par ces particules.  

Les pays qui subissent les plus mauvaises qualités de l'air sont aussi ceux qui sont le moins équipés pour analyser et contrôler les niveaux de pollution. Les pays les plus riches, comme les États-Unis et les États européens, sont moins touchés par la pollution aux particules et disposent de plus d'outils pour analyser la qualité de l'air. Cependant, l'OMS précise que tous les pays, quel que soit leur niveau de richesse, ont des niveaux trop élevés de dioxyde d'azote.

Quelles sont les solutions proposées ? Comme le préconise le Giec dans son dernier rapport, utiliser les véhicules électriques et repenser les modes de transport, abandonner les énergies fossiles comme le charbon, recourir aux énergies vertes (y compris pour les tâches domestiques comme la cuisson), mieux gérer les déchets, réduire les feux de forêts.

Cependant, selon Maria Neira, directrice du département de l'environnement et du changement climatique de l'OMS, « trop d'investissements sont encore effectués en faveur d'un environnement pollué et pas en faveur d'un air plus sain et plus propre ».


Soutenez votre média scientifique indépendant : découvrez nos formules d'abonnements !

4 bonnes raisons de s’abonner à Futura sur Patreon :

  1. Un site sans aucune publicité à partir de 3,29 euros par mois.
  2. C’est sans engagement.
  3. Des accès à des contenus prioritaires, en avant-première, rien que pour vous.
  4. Vous soutenez notre activité de la meilleure manière possible. Une réelle motivation pour nous !
Découvrez l'univers Futura sur Patreon !
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !