La chute spectaculaire de la pollution en Chine vue de l'espace

Classé sous :Pollution , pollution en Chine , coronavirus Sars-CoV-2

Fin 2019, Wuhan est touché par un mystérieux coronavirus. Les autorités chinoises sont inquiètes. Et le 23 janvier 2020, elles prennent la décision de fermer les transports à destination et en provenance de la ville. Tout comme les entreprises locales. Objectif : limiter la propagation de celui que l'on connait aujourd'hui sous le nom de Covid-19. Depuis, d'autres mises en quarantaine ont été prononcées, en Chine et ailleurs dans le monde.

Sur ces images, la chute vertigineuse de pollution au dioxyde d’azote (NO2) en Chine entre janvier et février 2020. © Joshua Stevens, Earth Observatory

Des images prises par le satellite Sentinel-5 (ESA) montrent aujourd'hui que ces mesures ont eu des conséquences inattendues : une réduction importante de la pollution au dioxyde d’azote (NO2). Une diminution d'abord visible du côté de Wuhan, puis sur le reste du pays. « C'est la première fois que je constate une baisse aussi spectaculaire sur une zone aussi large », commente Fei Liu, chercheur au Goddard Space Flight Center de la Nasa dans un communiqué de Earth Observatory.

Contrairement à ce qui s'est passé en 2019, la concentration en dioxyde d’azote (NO2) n’est pas remontée après la période de congés liée au Nouvel An chinois. © Joshua Stevens, Earth Observatory

Notons tout de même que traditionnellement, une baisse de la pollution est observée au moment de la période des festivités du Nouvel An chinois. Mais elle augmente à nouveau aussitôt après. Cette fois, ce n'est pas le cas. Et les valeurs globales de concentration en NO2 de 2020 autour de cette période sont inférieures à celles de 2019. Selon la Nasa, elles sont de 10 à 30 % inférieures dans l'est et le centre de la Chine.

Les mesures prises pour enrayer la propagation du coronavirus ont eu un impact positif sur la pollution de l’air en Chine. © dblumenberg, Adobe Stock
Pour en savoir plus

Le coronavirus a fait chuter les émissions de CO2 en Chine

Article de Céline Déluzarche paru le 20 février 2020

La consommation de charbon dans les centrales électriques chinoises est à son plus bas niveau depuis quatre ans. © onlyyouqj, Adobe Stock

Les Chinois respirent mieux depuis quelques semaines. Les émissions de CO2 et de particules polluantes ont drastiquement chuté ces dernières semaines, en raison notamment de la mise à l'arrêt de nombreuses industries, des restrictions de circulation et des vols domestiques. Les mesures de confinement dues au coronavirus ont ainsi abouti à une réduction des émissions de CO2 de 15 % à 40 % dans le secteur industriel, rapporte le site Carbon Brief. Entre le 3 et le 16 février, la Chine a émis 100 millions de tonnes de CO2 en moins par rapport à la même période de 2019, a calculé le site.

Le coronavirus a temporairement réduit les émissions de CO2 de la Chine (données à partir des informations Wind).

La forte réduction des activités industrielles s'observe aussi sur le niveau de dioxyde d'azote (NO2), qui résulte de la combustion des énergies fossiles (pétrole et charbon). Ce dernier a baissé de 36 % par rapport à l'an dernier. Au niveau national, le taux de PM2,5 (particules fines de diamètre inférieur à 2,5 µm) atteignait 55 μg/m3 le 15 février, contre 139 μg/m3 trois jours plus tôt indique le site du Parisien. Cette chute spectaculaire n'est toutefois que temporaire, et les émissions devraient repartir rapidement à la hausse une fois l'activité rétablie. « Quand l'épidémie aura reflué, il est probable qu'on constate un regain de pollution, avec des usines maximisant leur production pour compenser leurs pertes après leur fermeture prolongée », prévient ainsi Li Shuo, porte-parole de Greenpeace Chine, cité par l'AFP.