Grande nouvelle : la Nasa a retrouvé Kepler. Mais les égyptologues ont de nouveau égaré Nefertiti. Sur la Terre d'aujourd'hui, le diabète inquiète et la catastrophe nucléaire de Tchernobyl se rappelle à notre souvenir. Les physiciens, eux, regardent une extraordinaire expérience spatiale pour vérifier le principe d'équivalence, énoncé par la théorie de la relativité générale.
Cela vous intéressera aussi

La dernière analyse du tombeautombeau de Toutânkhamon n'a pas confirmé la « découverte majeure » annoncée à plusieurs reprises ces derniers mois par les autorités égyptiennes. Une autre analyse, menée fin avril, sera nécessaire pour s'assurer qu'il y a bien deux chambres cachées, où certains espèrent trouver Néfertiti.

 

Pour le 26e anniversaire de son lancement, le vénérable HubbleHubble a tiré le portrait de la nébuleusenébuleuse Bubble, situé à plus de 7.000 années-lumièreannées-lumière. Cette fois, nous la découvrons toute entière avec d'impressionnants détails. Ce sont les ventsvents de la très jeune étoileétoile massive à l'intérieur qui ont formé cette gigantesque coquillecoquille bleutée de 7 à 10 années-lumière de large.

 

Le 7 décembre 2015, après 5 ans d'errance malheureuse autour du SoleilSoleil, la sonde Akatsuki a finalement pu être remise en selle autour de VénusVénus, sur une orbiteorbite elliptique, bien différente de ce qui était prévu. Quatre mois plus tard, les premières images arrivent, et intriguent, preuve que les instruments fonctionnent et que la sonde apportera de beaux résultats lors de sa mission que l'agence spatiale japonaiseagence spatiale japonaise espère longue de plusieurs années.

 

L'hypothèse est fascinante mais tout à fait crédible car soutenue par des simulations numériquessimulations numériques : si la neuvième planète du Système solaireSystème solaire existe, elle pourrait bien avoir été volée à une sœur du Soleil il y a environ 4,5 milliards d'années, alors que les deux étoiles étaient encore proches dans leur pouponnière.

 

Dans notre galaxiegalaxie, les étoiles sont très éloignées (quelques années-lumière les séparent). Les amas globulairesamas globulaires, en revanche, sont beaucoup plus denses (les distances entre les étoiles sont seulement de quelques centaines - voire milliers - de fois la distance Terre-Soleil). Une telle proximité pourrait permettre à une civilisation technologiquement évoluée de prospérer. Celle-ci pourrait même devenir quasi immortelle car elle serait alors répartie sur plusieurs exoplanètes habitables.

 

Toujours très en forme, le rover OpportunityOpportunity qui s'était lancé en février dans l'ascension du flanc sud de la vallée de Marathon, a dû renoncer à l'approche du sommet. La pente était devenue trop raide et périlleuse... Ce point de vue élevé lui a tout de même permis une belle observation : un tourbillontourbillon de poussière.

 

En 35 ans, le nombre de diabétiquesdiabétiques a quadruplé dans le monde ! Il est en effet passé de 108 millions en 1980 à plus de 420 millions en 2014. Une progression qui justifie à elle seule la tenue d'une journée mondiale de la santé organisée par l'OMSOMS.

 

De nouvelles observations, menées avec un radiotélescoperadiotélescope, ont mis en évidence un curieux alignement de jets de trous noirs supermassifstrous noirs supermassifs - et donc de leurs axes de rotation. Le phénomène occupe une si grande région de l'universunivers observable qu'il est probablement la manifestation d'une nouvelle physiquephysique ayant opéré tôt dans l'histoire du cosmos.

 

La « licorne de Sibérie », un mammifèremammifère préhistorique connu depuis plus d'un siècle, aurait vécu plus longtemps que prévu, et a donc pu cohabiter avec nous, les Hommes. Il est vrai, cependant, qu'elle n'avait pas vraiment l'aspect du cheval élégant des contes de fées...

 

Tous les 27 millions d'années, un désordre se produirait dans la ceinture de Kuiperceinture de Kuiper, envoyant une armada de comètescomètes qui provoqueraient des extinctionsextinctions massives sur TerreTerre. L'hypothétique neuvième planète aurait le profil du coupable, affirment aujourd'hui des astronomesastronomes.

 

Après une panne, le télescopetélescope spatial Kepler s'était placé lui-même en « mode d'urgence », un fonctionnement minimal qui empêchait les observations, consommait du carburant et laissait craindre un problème grave. La NasaNasa vient d'annoncer la reprise du contact et espère résoudre le problème.

 

L'armée de l'airair des États-Unis vient de battre un nouveau record de vitessevitesse en propulsant un traîneau à sustentation magnétique en dépassant 1.000 km/h. Si les premières applicationsapplications envisagées sont militaires, cette prouesse pourrait contribuer à faire progresser les trains à très grande vitesse basés sur cette technologie.

 

Aux États-Unis, les nouveaux pionniers du spatial font parler d'eux. Peu après le succès du troisième vol suborbitalsuborbital du New ShepardNew Shepard, de Blue Origin (la société créée par Jeff Bezos), son concurrent, SpaceXSpaceX (de Elon Musk), vient de réaliser un exploit. En effet, après cinq tentatives, l'entreprise a enfin réussi à faire atterrir intact sur une barge en pleine mer l'étage principal de son lanceurlanceur, le Falcon 9Falcon 9.

 

Le 26 avril 1986 survenait le plus grand accidentaccident nucléaire au monde, à la centrale de Tchernobyl de Pripiat, en Ukraine. Alors qu'on la pensait déclinante, la faunefaune locale serait en plein essor. La preuve par l'image.

 

Avec le satellite MicroscopeMicroscope, les physiciensphysiciens veulent tester dans l'espace le principe d'équivalence, énoncé par la théorie de la relativité généralerelativité générale. La précision demandée est telle que la mise au point de l'engin a été un casse-tête, par exemple pour tenir compte des infimes craquements produits dans les réservoirs. Yves André, chef de projet de la mission au Cnes, nous raconte la dure réalisation de ce satellite aux performances exceptionnelles.