En forme de T, l'assemblage en orbite de la Station spatiale chinoise devrait être terminée d'ici la fin de l'année. © CNSA
Sciences

Le deuxième module de la Station spatiale chinoise est en place !

ActualitéClassé sous :station spatiale chinoise , vols habités , Shenzhou

-

La station spatiale chinoise, troisième station modulaire de l'histoire, a reçu son deuxième module : le laboratoire scientifique Wentian.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Lancement de la Station spatiale chinoise  Une longue marche 5 a alors emporté depuis Wenchang au sud-est de la Chine, le premier module Tianhe vers l'orbite. 

Le 29 avril 2021, une fusée Longue Marche 5 décolle de la base de lancement de Wenchang avec, à son bord, le premier module de la Station spatiale chinoise (SSC). La SSC devient alors la troisième station spatiale modulaire de l'histoire après Mir et la Station Spatiale Internationale elle-même. Ainsi, deux stations orbitent au dessus de nos têtes, pour la première fois depuis le désorbitage de Tiangong 2, la précédente station chinoise.

Ce premier module est nommé Tianhe, et désormais le second module Wentian, lancé le 24 juillet dernier, l'a rejoint à 400 kilomètres d'altitude après s'être amarré avec succès. À terme, un troisième module devrait les rejoindre nommé Mengtian.

Wentian est un laboratoire orbital, similaire à ceux présents sur l'ISS, qui servira à réaliser de nombreuses expérimentations scientifiques, notamment en médecine et en biologie. Plus d'une dizaine de pays dont la France fournissent ces expériences qui auront de manière similaire à l'ISS de précieuses retombées pour la recherche sur Terre, notamment celle sur le cancer.

Mengtian, le deuxième module laboratoire devrait être lancé plus tard dans l'année, ce qui complètera la station dans sa forme initiale, bien qu'elle soit capable en théorie d'accueillir des modules supplémentaires. En attendant, la station est régulièrement approvisionnée en cargaison et en équipage grâce aux deux vaisseaux Tianzhou et Shenzhou, les seuls capables de rallier la station en l'absence de coopération américaine, ce qui n'empêche pas d'espérer voir à l'avenir les premiers astronautes européens à bord de la station dans la continuité des coopérations déjà existantes.

Pour en savoir plus

La Station spatiale chinoise sera bientôt terminée

Alors que l'avenir de la Station spatiale internationale est très imprécis, certains aux États-Unis souhaiteraient ne pas attendre janvier 2031 pour s'en débarrasser, la Chine devrait cette année terminer la construction de la sienne. 

Article de Rémy Decourt, publié le 11 mars 2022

Lors d'un discours tenu vendredi 4 mars, Zhou Jianping, un des responsables du programme spatial habité chinois, a déclaré que la construction de la Station spatiale chinoise sera bien terminée d'ici la fin de l'année. Avec les modules Wentian et Mengtian, qui serviront principalement à réaliser des expériences, cette station spatiale prendra sa configuration définitive en forme de T. Elle devrait fonctionner pendant au moins une dizaine d'années à une altitude comprise entre 340 et 450 kilomètres.

Elle sera alors composée de trois modules, d'un cargo et d'un véhicule de transport d'équipage Shenzhou, amarrés en permanence. Elle ne sera donc pas aussi volumineuse que la Station spatiale internationale (ISS) qui compte 16 modules pour une masse d'environ 450 tonnes, contre une centaine de tonnes pour la Station chinoise. Mais elle apparaît suffisamment grande pour répondre aux besoins des Chinois qui ont prévu de l'utiliser pour une très grande variété d'expériences scientifiques et démonstrations technologiques. Elle pourra accueillir jusqu'à six personnes et, si nécessaire, la Chine pourra l'agrandir avec l'ajout de trois autres modules.

Concrètement, Wentian devrait être lancé en juin et Mengtian vers la fin de l'année. Ils s'amarreront de part et d'autre du nœud de jonction du module Tianhe, lancé en avril 2021. Ces deux modules seront lancés par un lanceur Long March 5B. La Chine a aussi prévu un télescope spatial Xutian de deux mètres de diamètre. Il ne sera pas amarré à la station mais volera dans une configuration coorbitale avec elle. Il viendra s'y amarrer pour des opérations de maintenance. Son lancement est prévu en 2024.

La Station spatiale chinoise est aujourd'hui occupée par un équipage de trois taïkonautes, dont Wang Yaping, première Chinoise à avoir réalisé une sortie dans l’espace. Cet équipage, Shenzhou 13, est arrivé à bord du complexe orbital en octobre 2021 et redescendra sur Terre vers la mi-avril. Deux autres missions habitées sont prévues cette année, Shenzhou 14 et Shenzhou 15.

Première rotation d’équipages chinois

L'équipage de Shenzhou 14 sera chargé de superviser l'arrivée et l'amarrage des deux modules Wentian et Mengtian, puis de leur mise en service. Avec l'équipage de Shenzhou 15 qui rejoindra la station en fin d'année, la Chine réalisera sa première rotation d'équipages. Six taïkonautes chinois se retrouveront ensemble à bord de leur station ! Une première pour la Chine spatiale.

Cette station spatiale est aussi susceptible d'accueillir des astronautes étrangers. Deux astronautes de l'Agence spatiale européenne, Samantha Cristoforetti, qui s'apprête à rejoindre la Station spatiale internationale, et Matthias Maurer, actuellement à bord de l'ISS, se sont entraînés avec leurs homologues chinois en 2017. À l'époque, cette initiative était vue comme un premier pas en vue d'une mission habitée à destination de la Station spatiale chinoise. La Russie envisage aussi d'envoyer ses cosmonautes.


Station spatiale chinoise : départ imminent d'un nouvel équipage pour une mission record

Article de Rémy Decourt publié le 14/10/2021

Inoccupée depuis le retour sur Terre de Shenzhou 12, la Station spatiale chinoise s'apprête à recevoir un nouvel équipage de trois taïkonautes pour une mission habitée qui s'annonce la plus longue jamais réalisée par la Chine.

Moins d'un mois après le retour sur Terre de Shenzhou 12, l'Agence spatiale chinoise s'apprête à lancer un nouvel équipage de trois taïkonautes à bord de sa station spatiale. Cet équipage est composé de deux hommes, Zhai Zhigang et Ye Guangfu, et de Wang Yaping, qui volera pour la seconde fois. Elle sera la première femme à séjourner à bord du complexe orbital chinois. Mieux encore, elle pourrait aussi devenir la première chinoise à sortir dans l'espace, ce qui est probablement prévu lors de son séjour à bord. Cette mission sera la cinquième des 11 missions nécessaires à l'assemblage complet de cette station spatiale. En 2022, deux nouveaux modules seront amarrés.

Son lancement, depuis le centre spatial de Jiuquan, est prévu dans la matinée du vendredi 15 octobre. Notez que comme lors de la précédente mission, le lanceur de la mission suivante est d'ores et déjà assemblé et prêt à être lancé en urgence si un problème devait survenir à bord de la station spatiale.

Le corps des astronautes chinois principalement composé d’hommes

La présence d'une femme dans l'équipage de Shenzhou 13 est à souligner étant donné que le corps des astronautes chinois est principalement composé d'hommes. À ce jour, seuls deux des douze taïkonautes à avoir volé dans l'espace étaient des femmes ! La première était Liu Yang lors de la mission Shenzhou 9 en 2012. Un an plus tard, Wang Yaping réalisait son premier vol spatial à bord de Shenzhou 10, aujourd'hui elle s'apprête donc pour son second vol dans l'espace. 

En matière de parité, on est loin du compte. Et la situation ne devrait pas s'améliorer dans l'avenir. En effet, la dernière sélection d'apprentis taïkonautes, celle de 2020, compte seulement une femme sur les 18 stagiaires sélectionnés ! Cela dit, les responsables du programme tiennent compte des spécificités des femmes et ont conçu des produits d'hygiène et de soins quotidiens adaptés à leur besoin. 


L'équipage de la Station spatiale chinoise est de retour sur Terre

Article de Rémy Decourt publié le 17/09/2021

Après un séjour de plus de 93 jours à bord de la Station spatiale chinoise Tianhé, les trois taïkonautes, qui l'avaient rejointe le 17 juin, sont redescendus sur Terre. Ils ont atterri vendredi dans le désert de Gobi, au nord-ouest de la Chine. Le prochain vol habité est prévu début octobre. 

Nie Haisheng, Liu Boming et Tong Hongbo, les trois taïkonautes qui séjournaient à bord de la Station spatiale chinoise, sont redescendus sur Terre. Après un séjour record de plus de 93 jours en orbite, ils ont quitté Tianhé le 15 septembre et sont retournés sur Terre à bord de Shenzhou 12. Ils ont atterri vendredi, dans le désert de Gobi en Mongolie intérieure, au nord-ouest de la Chine. Cette mission est la plus longue jamais effectuée par un équipage chinois en orbite, confirmant la capacité des Chinois à vivre et travailler dans l'espace en autonomie.

Retour sur Terre de l'équipage de Shenzhou-12 (17 septembre 2021) avec, Tang Hongbo (1er vol), Nie Haisheng (commandant, 3e vol) et Liu Boming (2e vol). © CGTN
Cette mission est la plus longue jamais effectuée par un équipage chinois en orbite, confirmant la capacité des Chinois à vivre et travailler dans l’espace en autonomie

Mise en service du module Tianhé

Les trois taikonautes avaient décollé le 17 juin dernier à bord du même véhicule avec lequel ils sont retournés sur Terre. Ils ont rejoint une station en cours d'assemblage et qui compte, pour l'instant, le seul module Tianhé auquel est amarré depuis le 30 mai le cargo de ravitaillement Tianzhou-2. Ces premiers occupants avaient donc pour principales tâches de mettre en service le module Tianhé pour le rendre opérationnel. Pour cela, deux sorties dans l’espace ont été réalisées ainsi que diverses opérations de maintenance et d'installation.

Le succès de cette mission ouvre donc la voie à de futures missions habitées, à intervalles réguliers car, dans un premier temps, cette future station ne sera pas habitée en permanence.  Son assemblage se poursuivra avec, dès 2022, le lancement des modules Wentian et Mengtian qui seront amarrés de part et d'autre du module central Tianhé.

La mission Shenzhou-12 constituait le troisième lancement sur les onze nécessaires à la construction de cette station simplement baptisée CSS (Chinese Space Station). Les prochains lancements sont déjà prévus. Le cargo spatial Tianzhou-3 est déjà sur son pas de tir et ravitaillera la station ; il sera lancé ces prochains jours. Suivra le lancement d'un nouvel équipage de trois taïkonautes à bord de Shenzhou 13 actuellement prévu le 16 octobre.

Vue d'artiste de la Station spatiale chinoise. © Avec l'aimable autorisation de Philippe Coué

Une station assemblée en seulement deux ans

Cette station d'environ 66 tonnes devrait compter un minimum de trois modules. Un télescope spatial de deux mètres de diamètre, comparable à Hubble, qui dispose d'un miroir légèrement plus grand (2,40 m), est également prévu. Il volera en retrait de la station et viendra s'y amarrer pour des opérations de maintenance. Son lancement est prévu en 2024.

Initialement, le lancement de ce premier module était prévu en 2018. Mais l'échec du deuxième vol de qualification du Long March 5B, seul lanceur chinois capable de propulser une charge aussi lourde, avait contraint les responsables du programme à reporter le début de la construction de cette station. Un report qui ne devrait pas impacter la date de « pendaison de la crémaillère ».

La Chine a en effet décidé de condenser le calendrier d'assemblage en seulement deux ans afin de maintenir l'objectif initial qui est d'achever sa construction d'ici la fin de 2022. Un pari logistique qui ne sera pas une mince affaire, même pour la troisième puissance spatiale mondiale.

Philippe Coué, auteur et chercheur indépendant, spécialiste du secteur spatial chinois, nous dévoile le calendrier de son assemblage :

  • corps central, le 29 avril 2021 ;
  • cargo Tianzhou-2, mai 2021 ;
  • vaisseau de transport Shenzhou-12, juin 2021 ;
  • cargo Tianzhou-3, en septembre 2021 ;
  • Shenzhou-13, en octobre 2021 ;
  • Tianzhou-4, en mars 2022 ;
  • Shenzhou-14, en mai 2022 ;
  • laboratoire Wentian, en juin 2022 ;
  • laboratoire Mengtian, en août 2022 ;
  • Tianzhou-5, en octobre 2022 ;
  • Shenzhou-15, en novembre 2022 (première relève avec l'équipage de Shenzhou-14).

En images : l'arrivée des trois taïkonautes à bord de la Station spatiale chinoise

Article de Marie Origas publié le 17 juin 2021

Ce jeudi matin, trois taïkonautes sont arrivés à bord de la toute nouvelle Station spatiale chinoise. Il s'agit du premier vol chinois habité depuis près de cinq ans. L'équipage restera trois mois en orbite. Un record pour le pays.

Le commandant de la mission Nie Haisheng, accompagné de Liu Boming et Tang Hongbo, ont décollé, jeudi 17 juin, pour le premier vol habité à destination de la Station spatiale chinoise. Leur fusée Longue-Marche 2F, a quitté à 09 h 22 (01 h 22 GMT ou 3 h 22 heure de Paris) son pas de tir du Centre de lancement spatial de Jiuquan, dans le Nord-ouest du désert de Gobi. Par la suite, le vaisseau spatial Shenzhou-12 s'est amarré avec succès au module Tianhé de la station. L'opération complète, comprenant le voyage et l'amarrage, a duré environ six heures et demie.

La Chine s'est résolue à construire sa propre station dans l’espace après le refus des États-Unis de la laisser participer à la Station spatiale internationale (ISS). Dans un contexte de tension avec l'Occident, la réussite de cette mission est une question de prestige pour Pékin, qui s'apprête à célébrer le centenaire du Parti communiste chinois (PCC), début juillet. Juste avant leur départ, les taïkonautes ont dit adieu a leur famille, lors d'une cérémonie au fort contenu patriotique.


Un premier équipage de taïkonautes s’apprête à rejoindre la station spatiale chinoise

Article de Remy Decourt, publié le 16 juin 2021 

Cette nuit, la Chine lancera un équipage de trois taïkonautes à destination de la station spatiale chinoise. La mission, prévue pour durer trois mois, a pour but de mettre en route le complexe orbital en vérifiant son bon fonctionnement. Des sorties extravéhiculaires sont également prévues.  

Un lanceur Long March 2F doit décoller dans la nuit de mercredi à jeudi et propulser le véhicule Shenzhou 12 avec à son bord trois taïkonautes chinois à destination de la station spatiale chinoise. Pour l'instant, il se compose de deux modules, dont un temporaire. On compte le corps central Tianhé, envoyé le 28 avril, rejoint un mois plus tard par un véhicule cargo Tianzhou 2, lancé le 29 mai.

L'amarrage au complexe orbital est prévu quelques heures plus tard. Par rapport aux véhicules Shenzhou précédents, le rendez-vous et l'amarrage seront plus rapides et autonomes.

Le lanceur Long March 2F utilisé pour envoyer le véhicule Shenzhou 12 et son équipage de 3 taïkonautes. © China Aerospace Science and Technology Corporation (CASC)

Une mission d'une durée inédite

La mission Shenzhou 12 durera environ trois mois ; à ce jour, ce sera le plus long séjour dans l'espace de taïkonautes chinois. Lors de cette mission de longue durée, plusieurs sorties extravéhiculaires sont prévues ainsi que des démonstrations technologiques pour préparer de futurs vols habités. Un bras robotique sera de la partie.

Le retour sur Terre de l'équipage est prévu en septembre. Shenzhou 12 sera le septième vol spatial avec équipage de la Chine depuis 2003. Au total, la Chine a lancé onze astronautes en orbite dans le cadre de six missions Shenzhou. La mission habitée suivante est déjà en cours de préparation et prévue en octobre 2021 après le lancement du cargo Tianzhou 3 qui ira ravitailler la station spatiale. La mission sera plus longue et devrait durer 6 mois avec un équipage de 3 taïkonautes.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !