La grippe aviaire peut être hautement pathogène chez les oiseaux d'élevage. © Jibi44, Wikimedia Commons, CC by-sa 3.0
Santé

Grippe aviaire : quels sont les symptômes et les traitements ?

Question/RéponseClassé sous :Virus , grippe aviaire , symptôme grippal

Provoquée par le virus de la grippe de type A, en particulier par les sous-types H5, H7 et H9,  la grippe aviaire ou influenza aviaire est une zoonose pouvant entraîner une mortalité élevée chez les oiseaux d'élevage. Elle peut se transmettre à l'Homme et engendrer des complications respiratoires conduisant au décès. Le traitement repose sur des antiviraux bloquant l'activité enzymatique du virus.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Grippe porcine : faut-il avoir peur de la nouvelle souche semblable à H1N1 ?  Une nouvelle souche grippale semblable au virus pandémique H1N1 vient d'être identifiée par des chercheurs chinois. Que savons-nous à son sujet à l'heure actuelle ?  

Certains sous-types du virus de la grippe A (H5N1 et H7N9) peuvent infecter l'Homme et quelques milliers de cas ont été recensés dans le monde depuis l'épidémie de 1997 à Hong Kong (premiers cas documentés).

La transmission se fait directement par contact avec la volaille mais, du fait de la forte variabilité du génome et de sa capacité de création d'un nouveau sous-type (par réassortiment génétique), une transmission Homme à Homme reste possible alimentant la menace d'une pandémie.

Symptômes de la grippe aviaire chez l’Homme

Ils peuvent se limiter aux symptômes d'une grippe commune si le virus reste dans l'arbre bronchique.

La nécrose de l'épithélium respiratoire cilié induite par le virus se traduit par une toux, une hypersécrétion de mucus et une fièvre entre 39 et 40 °C. Maux de tête, asthénie, douleurs articulaires et musculaires sont les manifestations de la réponse inflammatoire à l'infection. Mais la maladie peut présenter une évolution clinique brutale, avec des niveaux élevés de cytokines pro-inflammatoires et entraîner de nombreuses complications telles qu'une pneumonie, un syndrome de détresse respiratoire aigu, un choc septique, voire un décès.

Des symptômes digestifs (nausées, vomissements, diarrhées) et des conjonctivites ont été rapportés chez certains patients.

Pneumonie : les alvéoles pulmonaires se remplissent de liquide inflammatoire. © Reineg, Adobe Stock

Le traitement de la grippe aviaire

Le traitement est avant tout symptomatique (anti-inflammatoire et antalgique). Un vaccin spécifique n'est pas développé à ce jour, néanmoins, il existe des antiviraux tels que l'oseltamivir (Tamiflu®) et le zanamivir (Relenza®) capables d'inhiber l'activité de la neuraminidase, enzyme de surface nécessaire, à l'entrée dans la cellule, à la libération et à la progression du virus. Utilisés en prophylaxie ou en curatif, ils sont à l'heure actuelle les seuls pouvant réduire la gravité et la durée des symptômes à condition d'être administrés dans les 48 heures suivant l'apparition des symptômes. Les antibiotiques ne sont pas efficaces sur le virus et seront prescrits en situation de comorbidité avec des agents bactériens pouvant se rencontrer dans les cas les plus critiques.

Abonnez-vous à la lettre d'information La question Santé de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez (plus ou moins secrètement). Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !