Jusqu’à l’annonce russe de ce week-end, la souche H5N8 du virus de la grippe aviaire n’était pas considérée comme transmissible à l’Homme. © Dmytro, Adobe Stock
Santé

Premier cas de transmission de la grippe aviaire H5N8 à l’être humain identifié en Russie

ActualitéClassé sous :grippe aviaire , transmission à l'homme , grippe aviaire H5N8

-

[EN VIDÉO] Les pandémies marquantes des XXe et XXIe siècles  Dans cette vidéo, remontez le temps à la découverte des pandémies qui ont marqué notre histoire au cours des cent dernières années. Virus grippaux, Ebola, ou encore le VIH, ils ont infecté le monde entier. 

La plupart des virus de la grippe aviaire n'infectent pas les Hommes. Mais certains, comme H5N1 ou H7N9, ont déjà provoqué des cas graves. Et aujourd'hui, la Russie rapporte un premier cas de transmission à l'Homme de la souche H5N8 qui circule notamment dans le sud-ouest de la France. Affaire à suivre...

Alors que dans les Landes, plusieurs centaines de milliers de canards ont déjà été abattues pour stopper la propagation de la grippe aviaire dans les élevages français, l'agence sanitaire russe Rospotrebnadzor a annoncé ce week-end avoir observé une toute première infection d'un homme par le virus H5N8. Ce sont plus exactement sept ouvriers d'une usine de volaille dans le sud du pays qui ont été diagnostiqués positifs. Ils auraient tous contracté le virus par les volailles en décembre dernier. Sans toutefois avoir développé de réels symptômes.

Jusqu'alors, la souche H5N8 hautement contagieuse et mortelle pour les oiseaux n'avait jamais été signalée chez les humains. L'information, qualifiée d'« importante », mais qui reste à confirmer, a été transmise à l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Les experts russes estiment que la mutation qui a permis au virus de passer des volailles à l'Homme ne lui permet pas encore de passer de l'Homme à l'Homme. Mais que cette détection précoce nous offre du temps pour préparer notre réaction à une possible nouvelle mutation du virus.

C’est le centre russe de virologie et de biotechnologie de l’État de Vektor qui a détecté la transmission du virus H5N8 à l’Homme. Après avoir développé l’un des vaccins contre le coronavirus SARS-CoV-2, il se dit prêt à travailler sur des kits de test pour identifier les cas potentiels de H5N8 chez l’Homme et envisage d’ores et déjà la mise au point d’un vaccin. © Yay Images, Adobe Stock

Des études en cours en France

Dans les médias, quelques experts français ont réagi à l'annonce. Pour Gwenael Vourc'h, responsable de la recherche à l'Institut national de recherche pour l'agriculture, de l'alimentation et de l'environnement (Inrae), par exemple, les cas russes sont peut-être « la pointe de l'iceberg ». François Renaud, chercheur en biologie de l'évolution au CNRS, de son côté, ne semble « pas particulièrement inquiet ». Selon lui, les leçons que nous a apprises la pandémie de Covid-19 nous aideront à « arrêter immédiatement cette potentielle nouvelle épidémie ».

Le ministère de l'Agriculture français a, de son côté, publié un communiqué rassurant. Il précise qu'« aucune des analyses réalisées par l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) n'a montré de propriétés laissant craindre un risque de transmission à l'Homme du virus de l'influenza aviaire présent sur des volailles en France ». Des études sont toutefois en cours pour comparer les virus détectés sur les personnes contaminées en Russie avec ceux circulant parmi les volailles françaises. Les résultats seront communiqués « dès que possible ».

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !