Pour la première fois, les autorités sanitaires de New York annoncent qu’une souche rare de grippe aviaire (H7N2) a été transmise du chat à l’Homme. Ce virus faiblement pathogène infecte une centaine de chats dans des refuges new-yorkais.
Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Interview : comment lutter contre le virus de la grippe Le virus de la grippe affectionne particulièrement le froid, qui lui permet de survivre plus longtemps. L’Institut Pasteur nous dévoile, dans cette interview de Vincent Enouf, directeur adjoint du Centre national de référence de la grippe, pourquoi ce virus bien connu revient tous les ans.

Fin décembre, plus d'une centaine de chats ont été testés positifs au virusvirus H7N2 dans des refuges de New York. C'est dans ce contexte que les autorités sanitaires de la ville ont présenté dans un communiqué le premier cas connu d'un humain qui ait contracté cette souche de grippe influenza A après avoir été exposé à un chat infecté. Un des vétérinaires d'un refuge de Manhattan, où au moins 45 chats ont été infectés, y aurait attrapé le virus.

Sur 350 personnes testées, entre les professionnels travaillant au refuge et les particuliers qui ont adopté des chats, c'était le seul cas confirmé. Le risque d'infection pour cette personne était élevé en raison de son exposition prolongée aux sécrétionssécrétions respiratoires des animaux malades. Il y a eu deux autres cas précédemment de virus H7N2 transmis à l'Homme aux États-Unis : en 2002 pendant une épidémieépidémie chez des dindes et des poulets et un autre cas en 2003.

Le risque de transmission du virus à l’Homme est faible

D'après Science alert, cette souche rare de grippe aviairegrippe aviaire n'est pas très virulente. Le vétérinaire n'a eu que des symptômessymptômes légers et s'est rétabli.

Il n'y aurait pas de cas connus de transmission du virus H7N2 d'Homme à Homme. Le virus se transmettrait rapidement de chat à chat. Il aurait également été transmis de l'oiseauoiseau au chat. Le vaccinvaccin contre la grippe saisonnière ne protège pas contre ce virus. Les autorités assurent que le risque de transmission d'un chat à son propriétaire est extrêmement faible.