Grâce à une application installée sur des milliers de smartphones, un algorithme a classifié près de 8.000 molécules contenues dans les fruits et légumes pour identifier celles qui ont un effet anticancéreux. Un projet scientifique participatif qui pourrait être décliné pour d’autres pathologies.

Cela vous intéressera aussi

Les oranges, le thé, les raisinsraisins et les carottescarottes sont les aliments qui contiennent le plus de moléculesmolécules aux propriétés anticancéreuses. C'est la conclusion d'un projet scientifique participatif mené par l'Imperial College London, qui a impliqué un « super réseau » de téléphones portables pour passer au crible des milliers de substances présentes dans les fruits et légumes et identifier celles qui ont le même profil moléculaire que les médicaments anticancéreuxanticancéreux existants.

100.000 smartphones travaillant six heures par nuit

L'applicationapplication DreamLab, lancée l'an dernier par la fondation Vodafone, exploite ainsi la puissance de calcul des téléphones pour faire tourner un modèle algorithmiquealgorithmique. « Cette méthode permet de traiter en quelques mois une énorme massemasse de données là où des ordinateursordinateurs traditionnels auraient mis des dizaines d'années », assure Helen Lamprell, directrice des affaires extérieures chez Vodafone. Il suffit ainsi de trois mois à 100.000 smartphonessmartphones travaillant six heures par nuit pour traiter la même quantité de données qu'un ordinateur tournant 24 h/24 pendant 300 ans !

Cent dix molécules aux propriétés anticancéreuses ont été recensées dans les fruits et légumes. © Kirill Veselkov et al, Scientific Reports, 2019
Cent dix molécules aux propriétés anticancéreuses ont été recensées dans les fruits et légumes. © Kirill Veselkov et al, Scientific Reports, 2019

L'étude, publiée le 3 juillet dans la revue Scientific Reports, a classifié 7.962 molécules contenues dans les fruits et légumes pour comparer leur structure avec celles de molécules thérapeutiques existantes ou sur leur affinité pour des cibles métaboliques utilisées dans les traitements anticancéreux. Les chercheurs ont ainsi pu établir une cartographie en réseau des interactions entre toutes ces molécules et identifié 110 d'entre elles ayant des propriétés antitumorales.

Thé, carotte, céleri et orange

La plupart sont des flavonoïdes, les composés qui donnent leur couleurcouleur aux végétaux, mais aussi des polyphénolspolyphénols, des terpénoïdesterpénoïdes et des polysaccharidespolysaccharides. Le thé, la carotte, le céleri, l'orange, le raisin, la coriandrecoriandre, le chou et l'aneth sont les aliments qui en sont les plus riches. Les oranges douces, par exemple, contiennent de la didymin, de l'obacunone et du β-elemene, connus pour leurs effet antioxydantsantioxydants, apoptotiques et chimiosensibilisateurs. Le thé vert contient lui des catéchinescatéchines, des taninstanins et du lupéol, trois molécules qui protègent l'ADNADN, préviennent l'inflammationinflammation et empêchent la prolifération des cellules cancéreuses.

Une classification des aliments selon le nombre et le type de molécules aux propriétés anticancéreuses qu’ils contiennent. © Kirill Veselkov et al, Scientific Reports, 2019
Une classification des aliments selon le nombre et le type de molécules aux propriétés anticancéreuses qu’ils contiennent. © Kirill Veselkov et al, Scientific Reports, 2019

Une « gastronomie médicale » contre les maladies

L'étude n'a cependant pas pris en compte la quantité de chaque composé dans les différents aliments, de sorte qu'on ignore combien il faudrait en manger pour bénéficier de leurs effets. Il n'empêche que cette approche offre des perspectives prometteuses en médecine. « On pourrait facilement la décliner sur d'autres pathologiespathologies comme le diabète », avance Kirill Veselkov, le responsable du projet à l'Imperial College London. Grâce à l'intelligence artificielle, le médecin ambitionne d'établir une véritable « médecine gastronomique », avec des régimes personnalisés pour chaque pathologie et chaque individu. Pour cela, une équipe multidisciplinaire rassemblant chimistes, biologistes, médecins, économistes de la santé et même des chefs étoilés Michelin a été constituée. Avec bien sûr la contribution gracieuse des milliers d'utilisateurs mettant leur téléphone à disposition.