Le vaccin contre le papillomavirus vise à prévenir le cancer du col de l’utérus. © thodonal, Fotolia

Santé

Existe-t-il des vaccins contre certains cancers ?

Question/RéponseClassé sous :cancer , vaccin , vaccin cancer

Deux vaccins sont proposés dans le cadre de la prévention des cancers : le vaccin anti-HPV, contre le cancer du col de l'utérus, et le vaccin contre l'hépatite B, en prévention du cancer du foie. La recherche étudie aussi des possibilités de traiter des cancers par des vaccins.

Les vaccins servent en général à prévenir des maladies infectieuses, virales ou bactériennes. Alors, peuvent-ils permettre de lutter contre des cancers ?

Certains chercheurs tentent de mettre au point des vaccins thérapeutiques pour traiter le cancer en stimulant l'immunité du patient. De plus, comme certains cancers semblent liés à des infections virales, des vaccins ont été mis au point pour lutter contre ces virus et les cancers qu'ils favoriseraient.

Cancer du col de l'utérus : le vaccin contre les virus HPV (papillomavirus)

Les papillomavirus (ou virus HPV) sont liés au cancer du col de l'utérus. La plupart des femmes sont infectées un jour dans leur vie par ces virus mais, en général, ils sont éliminés. Parfois, l'infection persiste et provoque des lésions précancéreuses qui peuvent devenir cancéreuses.

Le vaccin contre le papillomavirus est recommandé aux jeunes filles, à 11 ans. Il ne se substitue pas au frottis, qui est toujours conseillé aux femmes de plus de 25 ans tous les trois ans, pour dépister le cancer du col de l'utérus.

Deux vaccins sont disponibles : le Cervarix et  le Gardasil.

Cancer du foie : le vaccin contre l’hépatite B

Le cancer du foie est favorisé par différents facteurs : l'alcool, le tabagisme et l'infection chronique aux virus de l'hépatite B et C. Le vaccin contre l'hépatite B est donc proposé pour prévenir ce cancer.

Il est recommandé dans le calendrier vaccinal aux nourrissons et aux adolescents. Chez les nourrissons, il est disponible en combinaison avec cinq autres vaccins (diphtérie, tétanos, coqueluche, poliomyéliteHaemophilus influenzae de type B).

Cela vous intéressera aussi

Interview : le cannabis, une substance anticancérigène ?  En France, la question du cannabis reste sensible puisque, selon les estimations, plus de 4 millions de personnes âgées de 12 à 75 ans en auraient déjà consommé. Ce stupéfiant fait l’objet de nombreuses études aux conclusions contradictoires. Futura est parti à la rencontre de Paul Hofman, directeur du laboratoire de pathologie de Nice et chercheur pionnier dans la détection du cancer du poumon, pour en savoir plus sur cette substance.