Sciences

Combattre le cancer du sein grâce à un jeu vidéo sur son smartphone

ActualitéClassé sous :E2014

Des scientifiques britanniques ont décidé de mettre le public à disposition pour les aider dans leurs recherches contre le cancer du sein. Pour cela, ils ont conçu un jeu vidéo sur smartphone qui, à première vue, n'a rien à voir avec les objectifs affichés. Un leurre qui pourtant peut vraiment leur être utile...

Piloter ce vaisseau spatial est une façon ludique de contribuer à la recherche contre le cancer du sein, même si à première vue ce n’est pas évident. © Cancer Research UK

Certains amateurs d'Atari y verront peut-être une version améliorée du vieux jeu Asteroids. De la même façon, il faut piloter un vaisseau spatial et détruire les astéroïdes qui se présentent en face de manière à récupérer des éléments Alpha, utile pour progresser dans le jeu. Divertissant, mais plutôt banal en apparence. Pourtant, le concept est original, car pendant que l'on y joue, les chercheurs collectent des informations qui leur serviront à trouver de nouvelles solutions contre le cancer du sein.

Conçu par la fondation britannique Cancer Research UK et lancé le 4 février dernier pour la Journée mondiale de lutte contre le cancer, Genes in space (c'est son nom) est doté d'un caractère ludique qui a de quoi plaire à un grand nombre d'utilisateurs de smartphones. Et pendant que chacun essaie de se frayer un chemin au travers d'une ceinture d'astéroïdes, c'est la recherche qui y gagne.

L’ère de la science participative

Car le jeu n'est pas conçu au hasard. Il part de données génétiques recueillies sur environ 2.000 femmes atteintes d'une tumeur mammaire, qui se manifestent comme un spectre alternant pics et creux lors d'anomalies génétiques intéressantes. Ces trajectoires ont été transformées de manière à constituer les éléments du paysage dans lequel le vaisseau spatial évolue. En moyennant les déplacements de tous les utilisateurs tentant d'éviter les pièges, les chercheurs espèrent découvrir la trajectoire optimale et ainsi déduire les régions dignes d'intérêt. Une façon de gagner beaucoup de temps dans leurs analyses.

L'astronomie et la biologie ont depuis quelques années pris l'habitude de solliciter le grand public pour les aider dans leurs démarches : c'est la science participative, comme le projet Seti, pour rechercher de la vie dans l'espace, et Foldit, sur le repliement des protéines. En agissant ainsi, les chercheurs multiplient leur puissance de calcul et disposent ainsi de moyens de recherches plus puissants à moindre coût. L'idée est la même pour Genes in space, uniquement accessible sous Android en France.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi