Santé

Vin rouge et thé vert bénéfiques contre les cancers : c'est prouvé

ActualitéClassé sous :médecine , vin rouge , effet anticancéreux

En France, on produit du bon vin rouge, c'est donc en France que l'on se devait d'en lever les secrets : c'est aujourd'hui chose faite puisqu'une équipe basée à Toulouse a enfin apporté l'explication biologique des effets anticancéreux du vin rouge, connus depuis longtemps.

Le vin rouge a enfin révélé ses secrets. © Quinn Dombrowski - Licence Creative Commons (by-nc-sa 2.0)

Si votre médecin vous prescrit un verre de vin rouge, ne soyez pas étonné ! Les effets positifs du vin rouge sur la santé sont connus depuis des décennies, sinon des siècles. Le French paradox (bienfaits du vin rouge sur le système cardiovasculaire) a d'ailleurs été dévoilé récemment. D'autres études ont également mis en lumière la relation entre la consommation de vin rouge (modérée bien entendu) et la diminution des risques de cancers, sans pour autant parvenir à en expliquer la ou les raisons. Les polyphénols (antioxydants) étaient suspectés d'y être pour quelque chose. On sait maintenant précisément quel est leur rôle.

La voie de signalisation cellulaire nommée SphK1/S1P est impliquée dans la formation et la progression du cancer de la prostate (mais aussi d'autres cancers), ainsi que dans la résistance de la tumeur aux traitements existants. Une équipe de chercheurs de l'Institut de Pharmacologie et de Biologie Structurale à Toulouse s'est donc intéressée particulièrement à cette voie biologique et a testé les effets des antioxydants du vin et du thé sur ce processus biologique.

L'équipe a montré que les polyphénols provenant du thé vert (la polyphénone E) ou du vin (trans-resveratrol) freinait la progression des cellules cancéreuses à la fois in vitro et in vivo, en inhibant justement la voie de signalisation SphK1/S1P.

Le thé vert permettrait de réduire les risques de cancer ou d'en ralentir la progression. © Wikimol - Licence Creative Commons (by-nc-sa 3.0)

Des effets préventifs

Les chercheurs ont ensuite utilisé des souris génétiquement programmées pour développer un cancer similaire au cancer de la prostate humain. Les souris dont la voie SphK1/S1P était inhibée ou qui étaient traitées par les polyphénols du thé vert ou par les polyphénols du vin rouge ont vu la tumeur réduite par rapport aux souris non traitées.

Les effets préventifs du thé ont également été testés en faisant boire à des souris de l'eau seule ou de l'eau contenant la polyphénone E. Les tumeurs par la suite greffées sur ces souris se sont développées beaucoup moins vite sur les rongeurs ayant bu le composé du thé, comparativement aux souris n'ayant bu que de l'eau.

Si ces expériences apportent une explication scientifique convaincante aux bienfaits du vin rouge et du thé vert, elles sont aussi fondamentales pour la conception de nouveaux médicaments. Les structures des composés en question pourraient être mimées afin de créer des molécules actives ayant les mêmes effets. En attendant, profitez tout simplement de ces boissons naturelles, sans en abuser !

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi