Un vaccin universel contre le coronavirus est susceptible de répondre à n’importe quelle future mutation. © Matthieu, Adobe Stock
Santé

Plusieurs start-up travaillent sur un vaccin universel contre le coronavirus

ActualitéClassé sous :Coronavirus , vaccin anti-Covid , start-up

-

[EN VIDÉO] Comment fonctionne un vaccin à ARN messager ?  Pfizer et Moderna ont choisi cette technique de pointe pour concevoir en un temps record leur vaccin contre le Covid-19. Cette vidéo présente tout ce qu'il faut savoir sur les vaccins à ARN messager en trois minutes ! 

Alors que les différents variants du SARS-CoV-2 font craindre une baisse d'efficacité des vaccins actuels, plusieurs start-up travaillent sur un vaccin universel, capable de produire une réponse immunitaire quelles que soient les mutations. Tour d'horizon des différentes technologies et de leur état d'avancement.

L'apparition de plusieurs variantes du SARS-CoV-2 nous a appris que le virus peut muter d'un moment à l'autre. Pour l'instant, ces mutations ne semblent pas menacer l'efficacité des vaccins actuels, mais d'autres, plus importantes, pourraient annihiler les efforts des campagnes de vaccination en cours. Plusieurs start-up planchent donc sur des vaccins universels, capables de fournir une protection quelle que soit la souche de coronavirus.

Osivax : de la grippe au coronavirus

Parmi ces biotechs, la société lyonnaise Osivax, qui travaillait jusqu'ici sur un vaccin universel contre la grippe. Sa cible : la nucléocapside, un antigène interne du virus qui est très bien conservé entre les différentes souches de coronavirus. « La nucléocapside est conservée à plus de 89 % entre le SARS-CoV-1 apparu en 2003 et le SARS-CoV-2 actuel », assure la start-up. Le problème, c'est que cet antigène, comme il se situe à l'intérieur du virus, n'est pas visible par les anticorps comme les protéines de pointe S, situées à la surface du virus et qui sont la cible des vaccins classiques. Ce type de vaccin repose donc sur la seule réponse immunitaire cellulaire des lymphocytes T. Cette dernière est déclenchée par une protéine contenue dans le vaccin. « Ce qui est assez unique dans notre technologie, c'est qu'on arrive à stimuler l'immunité cellulaire avec un vaccin protéique, sans utiliser les technologies d'ARN messager ou de vecteurs viraux », insiste la jeune pousse, qui espère entrer dans la phase d'essai clinique fin 2021 en collaboration avec l'AP-HP.

Phylex BioSciences : un pseudo-virus piqué d’antigènes

D'autres start-up ont adopté une approche différente. C'est le cas de Phylex BioSciences, une biotech installée en Californie mais dont le patron, Pascal Brandys, est français, à l'instar de celui de Moderna. Ce dernier s'est associé à Jens Herold, un spécialiste des coronavirus, qui dirige l'unité biopharmaceutique Boehringer Ingelheim. Les deux hommes avaient déjà cofondé en 2003 une start-up pour développer un vaccin contre le SARS-CoV-1, mais dont les recherches n'avaient pas été menées à leur terme du fait de la disparition du virus. Les deux associés ont donc recréé une nouvelle société, en mars 2020, spécialement pour répondre à la pandémie de SARS-CoV-2.

Phylex BioSciences vise la partie stable de la protéine de pointe S, conservée entre les différentes souches de virus. © NIAID
Un vaccin universel est la seule réponse durable étant donné que les mutations vont s’accumuler au fil du temps

Comme les vaccins classiques, Phylex BioSciences utilise la protéine S du virus, mais uniquement sur sa partie stable. Une soixantaine de ces fragments sont ensuite assemblés sur une structure 3D imitant la protéine entière dans une particule pseudo-virale. « Les épitopes sont ainsi présentés aux anticorps dans la même configuration que la vraie protéine de pointe, explique Pascal Brandys. Nous avons environ un an de retard sur les vaccins comme Moderna », reconnaît le dirigeant, qui mise sur un essai clinique de phase 3 fin 2021. Mais son vaccin sera efficace sur tous les futurs variants. « Un vaccin universel basé sur les régions conservées du virus est la seule réponse durable de vaccination, étant donné que les mutations vont s'accumuler au fil du temps », assure-t-il.  Phylex Bioscience a d'ores et déjà signé un partenariat avec la société californienne Atum pour la fabrication de son vaccin en grande quantité.

eTheRNA, un vaccin en spray nasal

Une autre biotech belge, eTheRNA, travaille sur un projet similaire à celui de Phylex Bioscience. Comme elle, elle utilise la partie conservée de la protéine de pointe, identique chez tous les coronavirus. Mais son vaccin serait commercialisé sous forme de spray nasal. « Cela présente l'avantage d'être facile à administrer. Et ne nécessite pas d'injection », explique Bernard Sagaert, directeur de production chez eTheRNA. Un laboratoire pharmaceutique chinois a récemment investi dans la société, ce qui devrait lui ouvrir le marché chinois et permettre une fabrication à grande échelle.

VBI Vaccines, un vaccin multipotent

Enfin, la société canadienne VBI Vaccines joue une carte encore différente, même si elle recourt comme Phylex à une particule pseudo-virale. La start-up conçoit un vaccin trivalent contre le SARS-CoV-1, le SARS-CoV-2 et le MERS, en multipliant les antigènes à la surface de son faux virus. Plutôt que de sélectionner la partie fixe, elle inclut donc le plus grand nombre possible d'antigènes connus. Rien ne permet cependant de dire que ce vaccin multiple répondra aux futures mutations.

Course de vitesse contre les mutants

Un vaccin universel contre le coronavirus a-t-il des chances de voir le jour rapidement ? Rien n'est moins sûr : les scientifiques s'échinent depuis des années à mettre au point un tel vaccin contre la grippe (qui doit aujourd'hui être renouvelé chaque année). Mais après tout, la pandémie a montré qu'il était possible de produire un vaccin entièrement nouveau en moins de neuf mois contre une dizaine d'années en temps normal. En attendant l'aboutissement de tous ces projets, Moderna assure qu'il est capable de fabriquer un nouveau vaccin en moins de six semaines, simplement en modifiant son code source. Mais cela suppose de relancer tout le processus de fabrication et de revacciner toutes les personnes ayant déjà reçu l'ancien vaccin. Une opération terriblement coûteuse.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !