À côté du réchauffement climatiqueréchauffement climatique, la pollution et le risque de pénurie d'eau douceeau douce constituent des menaces qui pèsent sur l'airair et l'eau et suscitent de réelles inquiétudes.

Une pollution aérienne

Évoquons tout d'abord la pollution de l'air. La première teneur à évoquer est celle des gaz à effet de serre (GES), en grande partie responsables du réchauffement climatique. Hormis la vapeur d'eau, qui est un composant naturel de l'air indispensable aux formes de vie terrestre et qui contribue la première à l'effet de serre, rappelons que le plus abondant GES est le dioxyde de carbonedioxyde de carbone (CO2). Ce gaz est le produit ultime de toute combustioncombustion carbonée, solidesolide, liquideliquide ou gazeuse. Sa concentration volumique est de l'ordre de 350 ppmv (parties par million en volumevolume) et s'accroît de 1,3 ppmv par an. On lui attribue actuellement 30 % de l'effet de serre total, à comparer à 60 % pour la vapeur d'eau. D'autres gaz comme le méthane, l'ozoneozone, ou les oxydes d'azoteoxydes d'azote participent à l'effet de serre.

Pollution aérienne au-dessus de Kuala Lumpur. Les gaz d’échappement des voitures constituent une importante source de gaz à effet de serre. © Trey Ratcliff, cc by nc 2.0

Pollution aérienne au-dessus de Kuala Lumpur. Les gaz d’échappement des voitures constituent une importante source de gaz à effet de serre. © Trey Ratcliff, cc by nc 2.0

L'air porteporte aussi de nombreuses particules solides ou aérosols, dont la taille va du micronmicron à quelques dizaines de microns, qui demeurent en suspension pendant de longues duréesdurées, sur des semaines voire des mois, précisément en raison de leur petite taille. Elles proviennent souvent des suiessuies carbonées rejetées par des combustions incomplètes dans les moteurs Dieselmoteurs Diesel et dans tous les brûlages de boisbois, sciures et déchetsdéchets végétaux. Elles ne retombent que lorsque les pluies les drainent. Les particules tombées sur les sols, après avoir été asséchées par l'évaporation, forment à nouveau des poussières microscopiques que les ventsvents turbulents reprennent et remontent dans l'atmosphèreatmosphère. La seule véritable extraction est réalisée par les précipitationsprécipitations océaniques.

Enfin, l'activité industrielle a engendré des pollutions nouvelles, en injectant dans l'atmosphère divers contaminants que l'on n'y trouvait pas auparavant, comme les polluants biologiques, métalliques ou radioactifs.

Une pollution marine

L'une des origines de la pollution marine est celle du milieu aérien, qui se dépose dans le biofilm présent à la surface des mers. C'est là un des multiples aspects des échanges atmosphère-océan, comme la mise en mouvementmouvement de la circulation thermohalinecirculation thermohaline par les alizésalizés, la génération des vaguesvagues et la formation des embruns. La nature physicochimique des polluants marins est donc en partie identique à celles des polluants atmosphériques. Leur longue liste comprend toutes les substances rejetées depuis le sol ou dans les océans et souvent liées aux activités humaines, ainsi que celles issues des éruptions volcaniqueséruptions volcaniques.

Côte souillée par la marée noire du Prestige. Les pertes d’hydrocarbures ne sont que des éléments de pollution du milieu marin parmi d’autres. © Luis Miguel Bugallo Sanchez, cc by nc 3.0

Côte souillée par la marée noire du Prestige. Les pertes d’hydrocarbures ne sont que des éléments de pollution du milieu marin parmi d’autres. © Luis Miguel Bugallo Sanchez, cc by nc 3.0

Les fleuves ajoutent leur contribution, via les eaux de ruissellement sur les terresterres cultivées, chargées d'engrais et de pesticides, et les rejets des stations de traitement des eaux usées d'origine urbaine, agricole, ou industrielle. Par ailleurs, les véhicules motorisés qui parcourent les mers contribuent pour une part très significative à la pollution de l'air marin. Enfin, tous les incidents et accidentsaccidents maritimes, pertes d'hydrocarbureshydrocarbures ou d'autres cargaisons, rejets de déchets variés, immersions d'épaves, constituent une autre source de pollution. Cet ensemble de pollutions marines s'avère difficile à mesurer et donc à contrôler.

L’or bleu

Commençons par rappeler quelques chiffres essentiels. Le volume des eaux continentales est de l'ordre de 35 millions de km3 (à comparer au volume des océans, environ 1.350 millions de km3). Dans ce volume, l'eau douce disponible pour l'usage humain (salinitésalinité inférieure à 3 g/kg) ne représente que 9 millions de km3, soit le quart environ ; elle est essentiellement contenue dans les nappes souterraines. La planète doit alimenter en eau sept milliards d'habitants, qui en consomment environ 42.000 milliards de mètres cubes par an, soit en moyenne 6.000 m3 par habitant. Or, l'évolution démographique tend vers un total de neuf milliards d'individus à l'horizon 2030. Avec le même prélèvement annuel global, la consommation serait alors ramenée à 4.650 m3 par an et par habitant, ce qui représente une réduction d'un quart. Pour apprécier correctement ces chiffres, il faut aussi savoir que les besoins de l'irrigationirrigation représentent aujourd'hui 70 % de la consommation d'eau, et qu'ils devraient augmenter de 15 % à 20 % pour que l'agricultureagriculture puisse nourrir l'humanité au cours des prochaines décennies.

L'eau pure joue un rôle majeur dans les cycles de l'oxygène et du carbone comme sur le climat. © Ber'Zophus, cc by nc 2.5

L'eau pure joue un rôle majeur dans les cycles de l'oxygène et du carbone comme sur le climat. © Ber'Zophus, cc by nc 2.5

Selon l'Onu, le seuil d'alerte pour la ressource en eau douce se situe à 1.700 m3 par an et par habitant. Il apparaît que dans certaines régions désertiques, les populations vivent déjà en dessous de ce seuil, et la désertification, qui concerne aujourd'hui 40 % des terres émergées, devrait encore s'accentuer en raison du réchauffement climatique. Selon l'Onu, l'eau douce pourrait devenir une denrée encore plus précieuse que le pétrolepétrole, ce qui a conduit certains commentateurs à la dénommer l'« or bleu ».

Dans l'ouvrage L'air et l'eau, je souligne que ces menaces s'expriment à travers des interrogations de nature scientifique, en conséquence de quoi de larges investissements scientifiques sont indispensables pour envisager d'enrayer ces phénomènes néfastes.