Surprise : le meilleur sac pour l'environnement est le sac plastique

Classé sous :développement durable , sac plastique , alternative au plastique

Les sacs plastique ont bien des inconvénients : ils polluent la nature, étouffent les animaux marins et se fragmentent en microplastique contaminant l'environnement. Pourtant, lorsque l'on compare leur cycle de vie en entier, ils s'avèrent bien plus avantageux que leurs alternatives solutions, d'après une étude de l'université technologique de Nanyang (Singapour) publiée dans le Journal of Cleaner Production.

Les chercheurs ont mené une analyse détaillée de l'ensemble du cycle de vie (production, distribution, transport, collecte, traitement et fin de vie). En comparaison avec le sac plastique réutilisable en polypropylène (à condition qu'il soit réutilisé 50 fois), l’empreinte carbone des différentes alternatives est :

  • 81 fois supérieure pour le sac en kraft (utilisé une fois) ;
  • 17 fois supérieure pour le sac en coton (réutilisé 50 fois) ;
  • 16 fois supérieure pour le sac en plastique biodégradable (utilisé une fois) ;
  • 14 fois supérieure pour le sac en plastique jetable en polyéthylène haute densité (utilisé une fois).

Pour compenser l'émission équivalente à celle de la création d'un sac plastique à usage unique, le sac plastique réutilisable doit néanmoins être réutilisé quatre fois.

« Les sacs en coton et en papier kraft ont une empreinte environnementale relativement plus importante en raison de leur plus forte contribution au réchauffement climatique et du potentiel d'écotoxicité de leur production », attestent les auteurs. Cette étude n'est toutefois valable, mettent-ils en garde, que dans le contexte d'une ville dense comme Singapour, dotée d'un bon système de collecte et d'incinération.

Les sacs en papier kraft ont un procédé de fabrication coûteux en carbone et éco-toxique. © New Africa, Adobe Stock
Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] L'Océan en danger face à l'exploitation et la pollution humaine  Dans cette vidéo, Isabelle Autissier, la présidente du WWF France répond à nos questions sur la biodiversité marine. Elle évoque ici l’exploitation des ressources marines par l’Homme et les risques liés à la pollution plastique.