Pour réaliser de belles photos, et surtout pouvoir tout photographier, du plus petit au plus grand, quelques accessoires doivent être ajoutés à la liste du matériel essentiel. Quelques conseils d'ordre général vous attendent également.

Chimpanzé. © DaFranzos, Pixabay, DP
Chimpanzé. © DaFranzos, Pixabay, DP
Toucan de Swainson (<em>Ramphastos swainsonii</em>). © Sylvain Lefebvre et Marie-Anne Bertin, DR
Toucan de Swainson (Ramphastos swainsonii). © Sylvain Lefebvre et Marie-Anne Bertin, DR

Photo dans la jungle : questions accessoires

Question accessoires, ne négligez pas :

  • un trépied, solidesolide, bien articulé et léger. C'est le complément indispensable ! Dans un environnement perpétuellement sombre, il vous permettra de réaliser la grande majorité de vos images en vous autorisant les poses longues : plans larges de forêt, animaux immobiles sur des temps de pose de quelques dixièmes de secondes (ce qui vous permettra de travailler avec de meilleures ouvertures de diaphragmediaphragme). Le travail sur pied est pénible et demande patience, organisation : vos efforts seront récompensés par de belles profondeurs de champ et un piqué d'image sans égal ! ;
  • un déclencheur à distance, nécessaire contre le flou de bougé. Utile lors des poses longues, notamment pour les photos d'insectesinsectes ou de batraciens sur la litièrelitière, il évite d'attendre les quelques secondes du minuteur ;
  • un filtre polarisantfiltre polarisant, pourra atténuer les lumièreslumières écrasantes et redonnera quelques teintes naturellement colorées à vos photos (utile pour une image de canopéecanopée au midi solaire par exemple) ;
  • des piles et batteries de secours ;
  • un mouchoir pour se sécher correctement les mains avant de manipuler le matériel ;
  • un kit de nettoyage, plus ou moins étoffé selon le type de boîtier que vous possédez. Bien protéger son matériel est primordial. Un sac à dosdos de rangement et une grande bananebanane à la taille peuvent s'avérer utiles.

Conseils pour la photographie en forêt tropicale

Pour éviter au maximum l'infiltration d'eau sur votre matériel, quelques propositions :

  • ne laissez pas votre sac ouvert pendant une séance photo, l'intérieur devient rapidement moite ;
  • les averses ne préviennent pas. Travaillez sous abri pour échapper aux gouttes, même les plus minuscules, lorsque vous changez vos objectifs ! Un parapluie télescopique est souvent pratique ;
  • prenez garde à ne pas exposer vos objectifs à de grandes variations de températures soudaines, elles favorisent l'apparition de condensationcondensation et donc de champignonschampignons sur les lentilleslentilles. Le soir, pensez à aérer votre matériel en enlevant les bouchons (15 minutes sous un ventilateur) ;
  • servez-vous de cristaux de silicesilice réutilisables après chauffage et glissez-les dans un bout de collant ou une petite boîte trouée, pour absorber l'humidité de votre sac durant la nuit. Le riz fait aussi l'affaire même s'il reste moins efficace. Sur le terrain, le problème du surpoidssurpoids pour l'équipement photographique se pose puisqu'il faut aussi penser à emporter eau, et parfois nourriture.

Choisir son matériel en fonction de l'objectif de la journée

N'hésitez donc pas à orienter vos sorties photos : si vous décidez de chercher des mammifères ou des oiseaux, ne partez pas avec l'objectif macro. À l'inverse, si vous partez traquer les amphibiensamphibiens ou vous intéressez à la végétation, ne vous encombrez pas de votre téléobjectif. Évidemment, ce choix n'est pas toujours possible et sélectionner son matériel peut générer quelques mauvaises surprises : ce somptueux toucan qui traverse au-dessus de votre tête alors que vous ne portez qu'un objectif macro, ou cette minuscule grenouille dendrobate à vos pieds quand vous vous êtes limité à votre téléobjectif. Un choix à faire... ou deux boîtiers à emporter !