Planète

L'araignée Nephila clavipes

Dossier - Expédition dans les jungles d'Amérique
DossierClassé sous :botanique , biodiversité , forêt humide

-

Partez à la découverte des forêts tropicales et de leur biodiversité. Des conseils pour réussir son voyage initiatique au pays de la nature luxuriante, pour savoir comment photographier dans cet environnement, et des fiches de présentation de certains animaux emblématiques.

  
DossiersExpédition dans les jungles d'Amérique
 

Dans la représentation populaire des forêts tropicales, les araignées ne sont jamais bien loin ! Et si leur agressivité et leur dangerosité sont des clichés à bannir, il faut reconnaître qu'elles sont nombreuses, du sous-bois jusqu'à la canopée. Parmi elles, les néphiles : une famille d'araignées aranéomorphes répandue tout autour du Globe : ce sont les plus grandes tisseuses de toile au monde !

Araignée Nephila clavipes. © James DeMers, Pixabay, DP
La néphile Nephila clavipes est connue pour fabriquer une toile d'araignée très résistante. © Sylvain Lefebvre et Marie-Anne Bertin

La fameuse toile de la néphile clavipes

Dans les forêts tropicales d'Amérique, la néphile clavipes est l'une des plus communes et des plus impressionnantes. Sa toile dépasse souvent un mètre de diamètre, les fils de soie ont des reflets dorés et collent fortement. Si par mégarde, vous prenez une telle toile dans le visage lors d'une sortie nocturne, vous verrez que les fils ne cèdent pas ! Ils sont si résistants que l'Homme cherche à les utiliser dans la fabrication de gilets pare-balles. La néphile en fait simplement une toile redoutable qu'elle étend en forêt, idéalement dans un endroit ensoleillé.

Papillons, scarabées, guêpes, criquets se feront piéger : certains observateurs y ont même trouvé de petits oiseaux comme des colibris ! La néphile mord alors sa proie et injecte un venin qui prédigérera la victime. Le butin sera enroulé de soie et finalement ingurgité.

La néphile Nephila clavipes. © Sylvain Lefebvre et Marie-Anne Bertin

Un dimorphisme sexuel très marqué

Ainsi, si vous croisez cette toile, vous n'aurez aucune difficulté à repérer l'araignée qui y repose : une femelle d'environ dix centimètres d'envergure avec de longues pattes, des couleurs vives et un abdomen étiré amenant le regard de l'observateur vers un dessin semblable à une tête de mort... Invisibles aux premiers coups d'œil, d'autres araignées l'entourent.

La néphile Nephila clavipes. © Sylvain Lefebvre et Marie-Anne Bertin

En cherchant bien, vous pourrez distinguer d'autres individus beaucoup plus petits et principalement rougeâtres : les mâles ! Le dimorphisme sexuel est si impressionnant qu'on pourrait croire à deux espèces différentes. Et si cette minuscule araignée n'est pas rouge, c'est très probablement une autre espèce d'arachnide que la néphile tolère sur sa toile : un cleptoparasite qui récupère les petites proies piégées par la soie mais délaissées par l'énorme femelle !