Planète

Expédition en forêt tropicale : ne jamais nourrir les animaux

Dossier - Expédition dans les jungles d'Amérique
DossierClassé sous :botanique , biodiversité , forêt humide

-

Partez à la découverte des forêts tropicales et de leur biodiversité. Des conseils pour réussir son voyage initiatique au pays de la nature luxuriante, pour savoir comment photographier dans cet environnement, et des fiches de présentation de certains animaux emblématiques.

  
DossiersExpédition dans les jungles d'Amérique
 

Croire que cette faune sauvage a besoin d'un coup de pouce dans sa quête alimentaire est une erreur. Les zones protégées des jungles d'Amérique ont beau le rappeler sans cesse, cette pratique reste courante.

Singe Saimiri sciureus. © Josh More, Flickr, CC by-nc 2.0
Singe-écureuil (Saimiri sciureus). © Sylvain Lefebvre et Marie-Anne Bertin, DR

Les conséquences néfastes du nourrissage des animaux

Au Costa Rica par exemple, dans le parc national de Manuel Antonio, les touristes sont nombreux à nourrir les saïmiris (singes écureuils) qui n'hésitent plus à s'approcher pour le plus grand plaisir des tout petits : le zoo grandeur nature !

Grands malins, les singes capucins de Cahuita, quant à eux, peuvent faire preuve d'une certaine agressivité lorsqu'ils volent les paquets de chips et les gâteaux dans les poches des touristes : ils savent reconnaître les friandises, rangez-les donc bien à l'intérieur de vos sacs. Bien que coquasse, cette pratique a des impacts non négligeables : les groupes de singes s'établissent à proximité des sentiers sur des territoires de taille réduite puisque la nourriture y est en abondance.

Les migrations et les chances de rencontre entre les groupes diminuent, ce qui engendre à long terme une augmentation du degré de consanguinité entre les individus d'un même groupe. Ainsi, les probabilités de voir apparaître des malformations ou des individus stériles chez les nouvelles générations ne cessent de s'accroître.