Créés par les gardes forestiers dans les aires protégées de la forêt tropicaleforêt tropicale, les chemins, plus ou moins aménagés et entretenus selon les sites, sont à comparer avec une piste de ski : on prend tout le plaisir espéré en restant dessus et on s'expose au danger en les quittant.

Serpent liane (<em style="text-align: center;">Oxybelis aeneus</em>). © Pavel Kirillov, <em>Wikimedia commons,</em> CC by-sa 2.0
Serpent liane (Oxybelis aeneus). © Pavel Kirillov, Wikimedia commons, CC by-sa 2.0
Serpent liane, espèce totalement inoffensive (<em>Oxybelis aeneus</em>), que l'on peut rencontrer dans la forêt tropicale<em>. ©</em> Sylvain Lefebvre et Marie-Anne Bertin, DR
Serpent liane, espèce totalement inoffensive (Oxybelis aeneus), que l'on peut rencontrer dans la forêt tropicale. © Sylvain Lefebvre et Marie-Anne Bertin, DR

Forêt tropicale : les avantages à rester sur les sentiers

Toutes les rencontres animalières sont possibles depuis les sentiers. Plusieurs mammifèresmammifères les utilisent même comme zone de passage (félins compris). Un sentier dégagé permet de bien voir où l'on met les pieds, règle primordiale pour limiter les risques de surprendre un serpent dangereux ou de se tordre la cheville dans un trou dissimulé par une couche de feuilles mortes. Emprunter les sentiers permet aussi d'être débarrassé des branches ou lianes en travers de notre chemin.

 Mygale (<em>Brachypelma vagans</em>). © Sylvain Lefebvre et Marie-Anne Bertin, DR
 Mygale (Brachypelma vagans). © Sylvain Lefebvre et Marie-Anne Bertin, DR

Gardez en tête que certaines fourmis ont des morsuresmorsures douloureuses, que des chenilles urticantesurticantes peuvent provoquer de désagréables irritations. Aussi, moins vous tripoterez la végétation, moins vous risquez ce genre d'incidents.

Éviter le hors-sentier dans une zone protégée, c'est aussi respecter la forêt, car si chaque visiteur décide de tracer sa propre route, c'est tout le sous-bois qui s'en trouve, à long terme, dégradé : oubliez la machette !