Planète

Des diamants en Finlande ?

Dossier - Les diamants, rares et envoûtants
DossierClassé sous :géologie , diamant , mine

-

Le diamant, qui nous est offert par la Terre, fascine l'Homme depuis des milliers d’années. Sa formule chimique est aussi simple que possible, pourtant cette pierre transparente, colorée et mythique est pourvue de propriétés exceptionnelles…

  
DossiersLes diamants, rares et envoûtants
 

Le potentiel existe en Finlande de trouver des gisements significatifs de diamants. La prospection se fait notamment dans la région de Kuopio et de Lentiira.

Le bouclier scandinave est une formation granitique couvrant la Fennoscandie, les pays baltes et le nord-ouest de la Russie.

Y a-t-il des diamants en Finlande ? Ici, un lever de soleil en Finlande. © Makunin, DP

Le bouclier scandinave

Ce bouclier est caractérisé par une bordure ouest relevée et par une dépression centrale occupée par la mer Baltique, résultat de l'enfoncement de la région sous le poids de la calotte glaciaire Würm. Les paysages du bouclier sont marqués par les glaciers : fjords, îles, lacs, moraines, blocs erratiques, etc. Le bouclier scandinave est soumis au rebond isostatique qui entraîne un gain d'altitude de l'ensemble des terrains, notamment les fonds et les côtes de la mer Baltique.

L'élévation de la Scandinavie est importante ; le niveau de la mer était :

  • 70 m plus haut il y a 10.000 ans ; 
  • 40 m il y a 8.000 ans ; 
  • 25 m il y a 6.000 ans ...

Et ça continue à monter de 2-3 mm/an si bien que le golfe de Botnie, déjà très peu salé, deviendra un lac à « brève échéance », vu qu'il est déjà fermé par trois goulets : le Sund, les îles Aland et un autre chapelet d'îles entre Vaasa (Finlande) et Uméa (Suède) ; vu aussi qu'il est peu profond : environ 60 m.

Le bouclier est subdivisé en plusieurs provinces géologiques :

  • Calédonides composant les Alpes scandinaves ; 
  • Gneiss du sud-ouest déformés et entaillés par le rift d'Oslo dans le sud de la Norvège et le sud-ouest de la Suède ; 
  • Province ignée transcandinave dans le sud de la Suède ; 
  • Province svecofennienne sur le pourtour de la mer Baltique ; 
  • Province archéenne dans la péninsule de Kola et la Carélie.

Le bouclier scandinave fait partie du continent européen depuis sa désolidarisation avec le continent américain et son rattachement aux autres cratons eurasiens.

Carte géologique simplifiée de la Scandinavie. © Geological Survey of Finland

Des diamants ?

Par analogie avec d'autres régions, le potentiel existe en Finlande de trouver des gisements significatifs de diamants. Le craton archéen qui concerne le centre et le nord de la Finlande est contigu au craton de Russie de Karélie et de Kola Kuoli qui contient une grande province de kimberlite, et les lamproïtes de Kostamuska sont tout près de la frontière finlandaise.

La prospection se fait actuellement dans la région de Kuopio et de Lentiira. Notez que toute la Russie du nord est prospectée, mais à cause des conditions instables (politiques et financières) ce n'est pas une région prioritaire pour le moment.

L'aire de prospection en Finlande concerne donc le craton archéen du nord-est du pays dont le flux de chaleur est de moins de 40 mW/m2 et dont l'épaisseur de lithosphère dépasse 200 km. Il est à peu près de la même taille que le craton canadien.

Carte de la région prospectée. © Geological Survey of Finland

Les gisements de Kuopio et Kaavi

La plupart des intrusions de kimberlite connues dans la région Kaavi Kuopio sont des kimberlites du groupe 1 et presque toutes sont diamantifères, mais ceci est sous-exploité vu la taille et le potentiel.

Le Geological Survey of Finland dispose des techniques nécessaires à l'exploration, des moyens nécessaires pour la prospection géophysique aérienne et les forages miniers. Il met à disposition les données nécessaires à la sélection et à l'analyse structurale des échantillons. Il dispose aussi des techniques de séparation et d'analyse pour les minéraux indicateurs (concentrateur Kelton et séparation magnétique de magnétite et de l'ilménite des fractions lourdes, analyse quantitative, par exemple du nickel dans les grenats).

La prospection commence quand une petite compagnie minière de cuivre découvre, en 1964, des blocs kimberlitiques dans des dépôts glaciaires. Un joint-venture est établi avec la compagnie australienne Ashton Mining Ldt. en 1986. Seize pipes ont été identifiés comme diamantifères près de la ville de Kuopio et, sur ufn échantillon de 23 tonnes, on a 26 carats de diamants de 8 mm pour 100 tonnes, diamants de très bonne qualité. D'autres compagnies sont maintenant engagées dans la prospection.

D'autre part, ceci a initié une recherche universitaire approfondie concernant le vieux craton archéen et l'évolution des débuts du Protérozoïque d'une part, et d'autre part des études sur la croûte profonde et la structure lithosphérique basées sur la sismique, et les modélisations électriques et thermiques.

Les études des xénolithes de péridotite du manteau contenues dans les kimberlites suggèrent que la croûte a, dans cette région, une épaisseur supérieure à 240 km, ce qui semble être un record ! (Kukkonen et Peltonen, 1999). Ces corps intrusifs sont pour la plupart des kimberlites mais incluent aussi des kimberlites hypabyssales, des lamproïtes à olivine et des lamprophyres ultramafiques. Les groupes I et II de kimberlites et les lamproïtes à olivine sont très importants, ce sont, en effet, les deux seuls types de roches actuellement reconnus comme contenant des diamants exploitables sur le plan économique.

Les gisements de Kuopio et de Kaavi, au bord du craton archéen sont des kimberlites du groupe I, incluant de nombreux macrocristaux d'olivine, de picroilménite, de diopside chromique, et de nombreux microphénocristaux de monticellite, pérovskite, mica et spinelles dans une matrice de calcite et de serpentine. Il n'y a aucune indication de kimberlite de groupe II dans cette zone. Ils ont de superficies allant de 1 à 4 ha.

Forêt Carélie. © Christian König, tous droits réservés

Région de Lentiira

La région de Lentiira est située à l'ouest de la province carélienne du champ fennoscandien : elle est composée de vieux grès associés à des granitoïdes dans lesquels les conditions de métamorphisme n'ont pas dépassé le faciès amphibolite. Les datations au zircon montrent que le pic d'activité magmatique de la province carélienne se situe entre 2.800 et 2.650 Ma, l'âge des zircons étant, au plus, légèrement supérieur à 3.000 Ma en certains endroits (Luukkonen, 1992).

Le faciès de la région est glaciaire avec des dépôts de sables et graviers relativement peu transportés (1 à 5 km). Les glaciers coulaient dans une direction 280° environ lors de la dernière glaciation et les sables fins et argiles transportés sont donc autochtones. Ceci est très important pour la recherche éventuelle de placers, dans lesquels on a trouvé, dans 18 échantillons de sables, des indicateurs minéraux de présence de diamants (Lentiira).