Planète

Pas de diamants de sang en Namibie

Dossier - Les diamants, rares et envoûtants
DossierClassé sous :géologie , diamant , mine

-

Le diamant, qui nous est offert par la Terre, fascine l'Homme depuis des milliers d’années. Sa formule chimique est aussi simple que possible, pourtant cette pierre transparente, colorée et mythique est pourvue de propriétés exceptionnelles…

  
DossiersLes diamants, rares et envoûtants
 

L'industrie diamantaire contribue au développement de la Namibie. Bien que celle-ci ne soit pas impliquée dans l'affaire des « diamants du sang », cela ne signifie pas qu'elle doive fermer les yeux sur le danger de la contrebande et d'autres activités... La Namibie adhère activement au processus de Kimberley et aux efforts de lutte contre le trafic de diamants.

La Namibie lutte activement contre les diamants de sang. Ici, paysage de Namibie. © Klinkow, DP

Voici un petit historique de la Namibie :

  • 1840 env. : premières prospections sur la côte namibienne et les îles proches à la recherche de guano...
  • 1884 : l'Allemagne obtient le Sud-Ouest africain lors du partage de l'Afrique entre les grandes Nations européennes. Fondation de Lüderitz par un négociant allemand de Brême.
  • 1890 : fondation de Windhuk (Windhoek).
  • 1894 : fondation de Swakopmund.
Swakopmund en 1911. © DR
  • 1904 : soulèvement des autochtones Hereros et sévère répression allemande (génocide).
Deutsch-Sudwestafrika. © DR
  • En 1908, les premiers diamants sont découverts dans la baie de Luderitz. 
  • En 1914, les colons allemands sont 13.000 représentant 83 % de la population blanche ; 1.000 fermiers possèdent 13 millions d'hectares...
  • 1915 : conquête de la colonie allemande par les Sud-africains.
  • 1920 : le Sud-Ouest africain passe sous mandat sud-africain (décision SDN). 
  • 1966 : début d'un mouvement de libération. 
  • 1968 : le Sud-Ouest africain est rebaptisé Namibie par l'ONU. 
  • 1974 : début de la guérilla de la SWAPO contre la présence sud-africaine. 
  • 1978 : l'ONU préconise l'indépendance. 
  • 1990 : indépendance. Sam Nujoma devient le premier président de la Namibie. La SWAPO est majoritaire. 
  • 1994 : retour de l'enclave sud-africaine de Walvis Bay à la Namibie.
Walvis Bay. © DR

Lutte contre les diamants de sang

L'attention portée aux liens entre diamants et conflits, après la sortie du film Blood Diamonds, a poussé la Namibie à défendre son industrie. La Namibie impose ainsi une traçabilité de ses diamants. La Namibie adhère activement au processus de Kimberley et aux efforts de lutte contre le trafic de diamants. Cette industrie est une force pour le développement, source d'emplois, de devises et de contributions à la construction d'infrastructures. C'est encore plus vrai depuis que des pays, dont la Namibie, ont établi des industries comme la taille et le polissage.

Le Sperrgebiet (désert du Namib). © DR

Le Sperrgebiet se situe au sud du pays et est délimité par la route Aus-Lüderitz d'un côté et le fleuve Orange de l'autre. Toute la zone est interdite, y compris la ville de Oranjemund qui est fermée.

Orange river mouth South African Wetlands Conservation Programme. © DR

On constate sur l'image ci-dessus que l'eau douce a de la peine à parvenir à la mer. En effet, le fleuve est tellement sollicité pour l'irrigation qu'il ne parvient plus à franchir la barre de sable formée par le vent continuel qui vient du sud à cet endroit...

Les terrains de cette région, du moins pour la partie nord vers Lüderitz, sont les plus vieux de Namibie. L'érosion des reliefs a provoqué d'importants dépôts dans la mer peu profonde de l'époque, puis une activité volcanique soutenue a mélangé ces sédiments aux coulées de laves, le tout a ensuite passé au rouleau compresseur du métamorphisme, enfoncé à plus 20 km de profondeur par des évènements tectoniques et ces dépôts ont formé le Namaqualand metamorphic Complex.

Ce métamorphisme fut si important que des phénomènes d'anatexie se sont produits et les liquides se sont infiltrés dans la roche donnant à celle-ci un veinage coloré spectaculaire surtout du côté de Shark Island. Un peu plus loin, à Diaz Point on peut voir des amphibolites témoins aussi de ce métamorphisme important, qui concerne, ici, des fonds marins.

Elizabeth Bay Namibia, ville fantôme des débuts de la prospection. © DR

L'évènement important suivant, beaucoup plus tard, fut la rupture du continent africain il y a 120 millions d'années environ. À cette occasion, semble-t-il un bras de mer envahit le continent dans la région de Lüderitz et noie l'actuel désert du Namib. La preuve de cette mer est constituée des nombreux fossiles marins découverts dans la région à 150 m au-dessus du niveau actuel de la mer. Durant la suite, au Tertiaire, des sables et dépôts se déposèrent sur cette pénéplaine des anciens monts du Namaqualand, peu épais, ces dépôts mesurent un mètre environ seulement mais... ils contiennent les diamants. Les dunes actuelles du désert du Namib ne se sont déposées que très récemment, il y a 2 millions d'années.

Dune de Namibie. © Candiotti, Wikipédia

Les diamants, le long de la côte namibienne proviennent donc de dépôts alluvionnaires formés lors de l'érosion des pipes de kimberlite bien loin dans le pays et qui sont venus se déposer ici après avoir été charriés par le fleuve. Le dépôt alluvionnaire a, ici, environ 1.8 millions d'années et moins. Il est évident, vu la géographie du pays que ces diamants viennent du craton sud-africain au centre du continent (voir sa position sur la carte ci-dessous).

Cratons sud-africains. © DR

Les diamants, comme les sédiments ont été amenés par le fleuve Orange et déposés à l'embouchure de celui-ci, d'où ils ont été transportés, en partie, vers le nord par le fort courant sud-nord du Benguela.

Les diamants offshore

La société sud-africaine Diamond Field International a annoncé la découverte, début 2007, d'un nouveau gisement de diamants au large des côtes namibiennes. Il est estimé à 63.000 carats, pour une valeur marchande de 318 dollars le carat.

Le principe est simple : il faut un tuyau pour aspirer le sable, le séparer de l'eau et trier... et il y a de quoi faire. Le problème c'est que ces aspirateurs sont très puissants et perturbent voire anéantissent le milieu sous-marin, en tous les cas dans la zone photique. Sans compter que la prospection offshorese fait depuis pas mal de temps côté sud-africain et tout à fait sauvagement pour la plupart ; les prospecteurs-plongeurs encourent d'ailleurs de très graves risques lors de ces expéditions.