Planète

15 000 tonnes de matière extraterrestre tombent sur Terre chaque année

ActualitéClassé sous :Terre , météorites , suies

Une carotte de glace du Groenland montre qu'il tombe environ 15000 tonnes de matière extraterrestre par an sur la Terre, selon une étude menée conjointement par des chercheurs du LGGE, de l'Université de Venise et d'autres équipes coréennes, allemandes et britanniques.

Une pluie d'étoiles filantes

Tout le monde a entendu parler des événements catastrophiques que constitue la chute de corps extraterrestres de grande taille sur la Terre, comme celle qui serait à l'origine de la disparition des dinosaures il y a 65 millions d'années à la fin du Crétacé ou celle qui se produisit en 1908 en Sibérie (Tunguska). Mais peu de gens savent que l'essentiel des retombées de matière extraterrestre sur la Terre se produit sous la forme d'une pluie continue de particules de très petites tailles (ce qu'on appelle les "suies météoritiques") produites lors du freinage des météorites dans les hautes couches de l'atmosphère.

Pour la première fois, ces suies météoritiques ont été clairement identifiées à la surface de la Terre, grâce à l'analyse de glaces du Groenland vieilles de plusieurs milliers d'années. Cette étude a été réalisée grâce à une collaboration étroite entre l'équipe du professeur Claude Boutron en France (Laboratoire de Glaciologie et Géophysique de l'Environnement, Université Joseph Fourier de Grenoble/CNRS), l'équipe du Professeur Carlo Barbante en Italie (Département des Sciences de l'Environnement, Université Ca' Foscari de Venise/CNR) et d'autres équipes en Corée, en Allemagne et au Royaume Uni, dans le cadre de la thèse de doctorat franco-italien de Paolo Gabrielli.

Les chercheurs ont analysé de nombreuses sections d'une carotte de glace de 3 km prélevée au centre du Groenland dans le cadre du programme européen GRIP. Ils se sont plus particulièrement attachés à mesurer l'iridium et le platine, deux métaux beaucoup plus abondants dans la matière extraterrestre que dans la croûte terrestre, par spectrométrie de masse à plasma induit (ICP-SFMS). Les résultats montrent que ces deux métaux sont présents dans la glace des derniers 10000 ans exactement dans le même rapport d'abondance que dans la matière extraterrestre, et que le flux de retombée sur le Groenland est resté remarquablement constant pendant ces 10000 ans.

L'iridium et le platine proviennent de la retombée sur la surface de notre planète des suies météoritiques, particules de très petite taille (de l'ordre du millième de micron) produites dans l'atmosphère au-dessus de 70 km d'altitude (mésosphère), par le freinage brutal des météorites arrivant de l'espace. Les vents de la mésosphère les transportent ensuite de manière préférentielle vers les régions polaires, où elles se déposent notamment sur les calottes glaciaires comme le Groenland.

Les chercheurs ont pu déduire de leurs mesures dans la glace, qu'il retombait annuellement environ 15000 tonnes de matière extraterrestre sur la planète Terre.

Cela vous intéressera aussi