Voilà à quoi ressemble la Terre vue par des extraterrestres

Classé sous :exoTerre , planète habitable , Vie extraterrestre

Pour déterminer les caractéristiques d'une exoplanète, les astrophysiciens se basent entre autres sur la déviation de la courbe de lumière lorsque la planète transite entre son étoile et la Terre. On peut ainsi récotler des informations sur son orbite et sa masse. Mais il est difficile de savoir à quoi ressemble la surface et si elle peut abriter la vie. Pour aborder cette question, une équipe de huit chercheurs du Caltech (California Institute of Technology) a décidé de prendre le problème à l'envers : comment des extraterrestres verraient-ils notre planète et son profil particulier lui permettant d'accueillir la vie ? Dans un article publié sur la plateforme ArXiv.org, les chercheurs se sont attelés à imaginer une méthode pour dessiner artificiellement une carte terrestre à partir d'observations astronomiques.

Les scientifiques ont récolté 10.000 images de la Terre prises par le satellite Deep Space Climate Observatory (DSCOVR) de la NASA, à raison de une à deux heures pendant deux ans et avec dix longueurs d'ondes différentes. Ils ont ensuite réduit les images à une seule courbe de luminosité pour chaque longueur d'onde, soit dix courbes de lumière, puis comparé leurs résultats avec les vraies caractéristiques terrestres (relief et couverture nuageuse). Les paramètres les plus approchants ont été retenus pour obtenir la carte ci-dessous. « Il s'agit de la première carte de surface 2D de la Terre reconstruite sans aucune hypothèse de ses propriétés spectrales, se félicitent les chercheurs. Cette étude servira de base de référence pour reconstruire les caractéristiques de surface des exoplanètes semblables à la Terre dans l'avenir », espèrent les auteurs.

Difficile de reconnaître notre bonne vieille mappemonde ! On aperçoit toute de même sur cette carte une vague limite des côtes, représentée par les lignes noires marquant les valeurs médianes prises en compte dans l’étude. © Siteng Fan et al., ArXiv, 2019