Sciences

En image : l’incendie du parc national de Yosemite vu de l’espace

ActualitéClassé sous :Astronautique , Observation de la Terre , surveillance de la Terre

Le troisième plus gros incendie de l'histoire de la Californie, depuis 1932, a été observé de l'espace par les astronautes de l'ISS et de nombreux satellites dont Spot-6. Ce dernier a produit des cartes dans plusieurs longueurs d'onde qui rendent compte de l'immensité des zones brûlées.

L’incendie de Yosemite, observé par le satellite Spot-6 dans le proche infrarouge. Cette bande fait apparaître très distinctement les zones boisées en rouge et les espaces brûlés en brun. © Astrium Services, 2013

Débuté le 17 août, l'incendie dit de Yosemite en Californie est en passe d'être maîtrisé. Il s'est déclaré dans la forêt Stanislaus (vraisemblablement par la faute d'un chasseur qui n'aurait pas maîtrisé un feu de camp), avant d'atteindre le célèbre parc national de Yosemite, visité par des millions de visiteurs chaque année. Conséquences d'une sécheresse et de températures élevées, les feux ont ravagé une très large superficie et se sont approchés très près du lac Hetch Hetchy, principal réservoir d'eau douce de San Francisco.

Les incendies de Yosemite vus depuis la Station spatiale internationale, située à quelque 400 km d'altitude. © Nasa

Aujourd'hui, la zone sinistrée s'étend sur 45 km et plus de 90.000 hectares ont été brûlés depuis le 17 août. Selon les autorités de Californie, ce feu est devenu le troisième plus important de l'histoire de cet État depuis le début des relevés en 1932. Fort heureusement, l'incendie n'a pas fait de victimes, ce qui n'est pas le cas de celui qui en 2003, près de San Diego, avait détruit 2.820 bâtiments, fait 14 morts et ravagé 110.578 hectares.

Incendie : les avantages des images satellite

Cet incendie, bientôt maîtrisé, a été survolé à plusieurs reprises par des satellites d’observation de la Terre dont celui d'Astrium, Spot-6. Les cartes réalisées lors de son dernier passage montrent toute l'étendue de la zone brûlée par une multitude de feux, certains ayant des flammes atteignant plusieurs centaines de mètres de haut.

Cartes, dans le proche infrarouge (à gauche) et en couleurs naturelles (à droite), de l’étendue de l’incendie de Yosemite en Californie, réalisées par le satellite Spot-6 d'Astrium (situé à 694 km d'altitude). © Astrium Services, 2013

L'intérêt d'utiliser des images satellite est multiple. Dans la gestion de la catastrophe, elles sont une aide indéniable à la prise de décision rapide. En effet, elles permettent de comparer un contour de zone brûlée avec une carte d'occupation des sols établie grâce à une image de référence prise avant l'incendie, et également d'évaluer la nature des dégâts.

Surtout, elles rendent possible l'obtention de cartes détaillées dans des délais très courts. Il faut savoir que ces cartes sont tracées à partir d'images acquises dans plusieurs longueurs d'onde (on parle d'images multispectrales). Cela fournit des informations sur divers paramètres tels que la nature des dégâts occasionnés : pins, chênes, broussaille, activités humaines, etc.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi