Colonie de pucerons sur un bouton de rose. © S. Chaillot
Maison

Comment détourner les pucerons au potager ?

Question/RéponseClassé sous :Jardinage , puceron , potager

Qui n'a pas trouvé des légumes infestés de pucerons au potager ? Ce petit nuisible perce les jeunes pousses, absorbe la sève pour ensuite la rejeter sous forme de miellat sucré et les plantes ainsi attaquées, finissent par dépérir.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Comment sauver les insectes pollinisateurs de l’extinction ?  Face au déclin des pollinisateurs, en particulier des insectes, il n'y a pas de recette miracle, nous explique Colin Fontaine, du Muséum national d'histoire naturelle. Toutefois, les pratiques plus respectueuses de la biodiversité qui ont vu le jour dans les années 1990 semblent bien avoir freiné cette régression des populations. Attention, cependant, explique-t-il, car on observe une baisse de la biodiversité des pollinisateurs, avec quelques espèces généralistes qui sont en expansion au détriment de beaucoup d'autres. Une situation risquée. 

Les pucerons sécrètent du miellat sur et sous les feuilles, substance qui attire les colonies de fourmis et appelle au développement de la fumagine, une maladie fongique, avec formation d'un duvet gris, qui peut recouvrir complètement une plante. Avant de subir ces invasions d'insectes parasites et les dégâts occasionnés, voici quelques subterfuges pour attirer les pucerons et les détourner du potager.

Les végétaux qui repoussent les pucerons

Cultivez ces plantes pour garder à distance les pucerons si méprisés. Voici quelques exemples de plantes courantes qui, d'une façon ou d'une autre, ont des effets indésirables sur les pucerons qui s'en écartent :

  • Les œillets d'Inde (Tagetes patula) : en fleurs de mai jusqu'au mois d'octobre, sont reconnus comme fleurs anti-pucerons. En effet, les feuilles et les racines dégagent une odeur qui fait fuir les insectes suceurs ;
Fleurs très odorantes d'œillet d'Inde. ©Judgefloro, Domaine public
  • Les soucis : en fleurs du mois de mai jusqu'aux premières gelées, les soucis (Calendula officinalis) ont le même pouvoir répulsif que les œillets d'Inde ;
  • La camomille romaine : cette plante vivace aromatique (Chamaemelum nobile) est un véritable répulsif face aux pucerons avec son feuillage parfumé ;
  • L'ail et l'oignon : plantez-le de mars à avril ou d'août à septembre, à différents endroits du potager. Leur odeur si forte n'est pas appréciée des pucerons. L'oignon est même utilisé dans une macération insectifuge à pulvériser sur les plantes attaquées et l'ail en décoction ;
  • Les plantes aromatiques : effectivement, elles sont cultivées pour leurs effluves enivrants mais vous pouvez aussi les cultiver comme plantes répulsives afin de repousser les pucerons qui n'apprécient pas leurs odeurs fortes. On peut citer le thym, la menthe, l'armoise ou le romarin.
Fleurs parfumées du thym commun. © Tangopaso, Domaine public

Les végétaux qui attirent les pucerons

Prenez l'habitude de cultiver certaines plantes qui plaisent aux pucerons, qui viennent systématiquement s'y agglutiner. Voici quelques exemples de plantes courantes à cultiver obligatoirement au jardin :

  • Les fèves : semées en automne dans le Sud de la France et en mars-avril partout ailleurs, les fèves sont de véritables pièges à pucerons noirs. Ils subissent des attaques assez vite visibles. Retirez-les manuellement et régulièrement. L'effet est le même avec les haricots et les pois. Espacez donc les cultures aux quatre coins du potager pour créer des pièges ;
Colonie de pucerons noirs attirés par les fèves. © Rob Hille, Domaine public
  • La capucine : voici la plante préférée des pucerons. La capucine (Tropaeolum majus) se plait aussi bien en pleine terre qu'en pot sur un balcon ou une terrasse et deviendra un moyen astucieux de canaliser les pucerons sur un endroit ciblé et connu. En plus de fleurir de juin à octobre, elle deviendra un appât naturel ;
Pucerons sur des jeunes tiges de capucines. © Rob Hille, Domaine public
  • Le zinnia : planté parmi les rangs de légumes au potager ou bien en pot dans un petit jardin ou bien un balcon, le zinnia va rapidement être envahi par les pucerons noirs ;
  • Le dahlia : cette belle bulbeuse rencontre fréquemment des attaques de colonies de pucerons noirs. Ce sont les boutons floraux qui subissent le plus de dégâts, en se recroquevillant ;
  • Le pissenlit : vous avez dû le remarquer mais les pissenlits qui poussent dans le jardin sont souvent habités par des pucerons. Avant de les cueillir pour confectionner un purin ou bien les tondre, pensez à en conserver quelques-uns à différents endroits du jardin pour servir de leurre ;
  • La balsamine des jardins : en fleurs de mai à octobre, la balsamine des jardins (Impatiens balsamina) subit des attaques de pucerons. Semez donc quelques plants pour créer une embûche aux pucerons et éviter ainsi qu'ils ne trouvent le gîte et le couvert sur les légumes du potager ;
  • Le tabac d'ornement : de juin à septembre, vous pouvez profiter des fleurs en forme de trompette du tabac d'ornement (Nicotiana affinis) qui est un véritable attrape-pucerons avec ses feuilles poisseuses.

Cultivez ces alliés dans des coins du potager afin d'attirer les pucerons et laisser vos légumes se développer tranquillement.

Abonnez-vous à la lettre d'information La question de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez, forcément. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !