Le marketing fait passer certains aliments comme diététiques, ce qui n’est pas toujours le cas. © gannamartysheva, Fotolia

Santé

Santé : 10 aliments qui sont des faux amis

Question/RéponseClassé sous :Nutrition , aliment bon pour la santé , Steak végétal

Yaourt light, galette de riz, sushi... On les croit bons pour la santé, mais ces aliments catalogués comme « sains » ne le sont en réalité pas tant que ça. Découvrez les méfaits cachés de ces produits courants.

D'un côté, il y a les « mauvais » aliments : les frites, le chocolat, la raclette ou la pizza. De l'autre, les aliments réputés sains : « lait » végétal, légumes, yaourt light, smoothie vitaminé... Hélas, l'enfer est pavé de bonnes intentions, et malgré leurs bons arguments marketing, ces produits ne vous apporteront pas forcément les bénéfices escomptés.

Les steaks de soja

Il est recommandé de réduire sa consommation de viande. Mais à condition que les alternatives ne soient pas pires que le mal. Or, les « steak végétaux » sont souvent plus gras et caloriques. « Le bon Végétal », de Herta, affiche ainsi 220 calories et 12 g de matière grasse pour 100 g, contre 121 calories et 4,7 g pour un steak haché de bœuf à 5 % de MG. En plus, ces steaks végétaux contiennent beaucoup d'additifs sans apporter le fer et la vitamine B12 que l'on trouve dans la viande.

Un steak végétal est plus gras et calorique qu’un steak de bœuf. © Herta

Le « lait » végétal

Même si l'appellation « lait » vient de leur être interdite, les boissons au soja, à l'amande ou au riz se présentent comme des alternatives végan au lait de vache. Malheureusement, il s'agit surtout d'eau sucrée : on trouve à peine 2,3 % d'amande et 2,5 % de noisette dans les boissons Alpro. Surtout, ces boissons contiennent très peu de protéines et de calcium, points forts du véritable lait. Le moins pire reste le jus de soja, à condition qu'il soit enrichi en calcium.

Les boissons à l’amande ou au riz ressemblent plus à de l’eau sucrée qu’à du lait. © Alpro

Les poêlées de légumes surgelés

Une bonne poêlée de légumes semble a priori l'accompagnement idéal quand on surveille sa ligne. Hélas, celles du commerce contiennent jusqu'à deux fois plus de matière grasse que celle faite maison. Dans une portion de 250 g de poêlée « La Parisienne », vous aurez ainsi 15 g de lipides, et même 5 g de sucre ajouté. Si vous n'avez pas le temps de cuisiner, préférez les mélanges de légumes vapeur surgelés.

Les poêlées de légumes surgelés sont exagérément riches en graisses. © Bonduelle

Les yaourts light

Les yaourts 0 % sont certes allégés en matière grasse et en sucre, mais ceux aux fruits contiennent tout de même le sucre naturel du fruit. Un pot de yaourt à la cerise apporte ainsi près de 9 g de sucre, à peine moins qu'un yaourt classique. Afin de compenser l'absence de matière grasse, les yaourts allégés contiennent aussi beaucoup d'additifs (épaississants, édulcorants, correcteurs de goût...). Bref, un bon yaourt nature avec de la confiture maison, et le résultat sera bien meilleur.

Un yaourt light contient beaucoup d’additifs. © Taillefine

Les galettes de riz

Bien que vendues au rayon diététique, les galettes de riz ne constituent pas vraiment un goûter idéal. Comme le riz a subi une extrusion (procédé de cuisson destiné à lui donner un effet « soufflé »), les glucides lents de l'amidon ont été transformés en sucre. Résultat : une galette contient 82 % de glucides, moins de 0,5 g de fibres et du sel caché. Pour un encas plus équilibré, préférez encore les biscuits nature type petits-beurre.

Les galettes de riz contiennent 82 % de glucides rapides. © ALF photo, Fotolia

Le smoothie

L'étiquette a beau préciser qu'un verre équivaut à deux portions de fruits, le smoothie n'est pourtant pas le meilleur moyen d'en consommer. Un verre de 20 cl apporte jusqu'à 25 g de sucre, soit... la totalité de l'apport journalier recommandé. Même ceux aux légumes sont bourrés de sucre. En plus, l'emballage est souvent trompeur. Un verre de 250 ml de smoothie à la mûre de la marque Innocent contient ainsi à peine trois pauvres mûres et surtout de la pomme et du raisin, bien moins chers.

Un verre de smoothie apporte à lui seul la totalité des apports journaliers en sucre recommandés. © Innocent

Les sushis

Vous pensiez faire un déjeuner diététique en commandant des sushis ? Erreur. Un California roll (riz, saumon cru, avocat et mayonnaise) équivaut à deux sandwiches au surimi et une tranche d'avocat. Au final, un menu composé de dix petits sushis peut franchir aisément la barre des 800 calories, alors qu'un Big Mac et sa petite frite ne dépassent pas les 700 calories. Le bon vieux jambon-beurre avec une pomme ne constitue finalement une pas si mauvaise solution.

Un menu sushis est plus calorique qu’un Big Mac avec ses frites. © Vankad, Fotolia

Les chips de légumes

Betterave, panais, carotte, patate douce... Ces chips de légumes semblent à première vue une bonne alternative à celles à la pomme de terre, sauf qu'en réalité, elles sont bien pires. Une portion de 100 g de chips de légumes Tyrell's contient ainsi 35,7 g de graisse, contre 27,2 pour la version pomme de terre nature. Surtout, elles sont bourrées de sucre (22,5 g contre 0,6 g) et de sel (1,4 g contre 0,8 g). Pour manger de vrais légumes à l'apéro, optez pour la tomate cerise.

Les chips de légumes sont bien pires que les chips à la pomme de terre nature. © Tyrrell’s

Les olives

Autre fausse amie de l'apéritif, l’olive est très riche en lipides. Une vingtaine d'olives contient ainsi l'équivalent d'une cuillère et demie à soupe d'huile. Elles sont aussi très riches en sel (jusqu'à 5 g pour 100 g d'olives) et n'apportent pratiquement pas de fibres. Pour peu qu'on les déguste avec des rondelles de saucisson et un verre de vin, et l'apéro devient franchement indigeste au plan nutritionnel.

Les olives sont très riches en lipides. © AlenKadr, Fotolia

Le sirop d’agave

Présenté comme un substitut au sucre, le sirop d'agave est pourtant encore pire. Ce sirop, issu d'une plante grasse qui pousse dans les régions chaudes, contient de 60 % à 90 % de fructose, un sucre « naturellement présent dans les fruits » censé éviter les pics d'insuline provoqués par le sucre brut. Or, "le fructose agit sur l'insuline et sur certains lipides du sang, dont il peut augmenter les taux, en particulier ceux des triglycérides", atteste Jacques Delarue, professeur de nutrition au CHU de Brest. Une étude de la Mayo Clinic de 2015 affirme même que ce sucre est "le principal moteur du développement du diabète et de ses conséquences". L'effet inverse de celui recherché.

Le sirop d’agave est susceptible d’aggraver le risque de diabète. © Monoprix
Abonnez-vous à la lettre d'information La question Santé de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez (plus ou moins secrètement).

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi