La crise de la fin du Permien marque un tournant majeur dans l’histoire de la vie sur Terre. © Erica Guilane-Nachez, Adobe Stock
Planète

Extinctions de masse : les leçons du passé

Question/RéponseClassé sous :paléontologie , cause de l’extinction Permien-Trias , climatologie
 

Bien que l'extinction de masse ayant conduit à la disparition des dinosaures à la fin du Crétacé est la plus connue, la crise ayant eu lieu à la fin du Permien, il y a 252 millions d'années, est de loin la plus catastrophique. L'étude du lien entre les changements environnementaux et cette première grande extinction de masse pourrait nous éclairer sur l'impact de l'actuel réchauffement climatique sur la biodiversité.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Interview : le mystère de l’extinction des dinosaures est-il enfin élucidé ?  Les scientifiques ont bien du mal, depuis toujours, à trouver un consensus expliquant l’extinction des dinosaures. Même si la théorie la plus grandement acceptée est celle d’une météorite, il persiste encore aujourd’hui des zones d’ombres. Futura-Sciences a interviewé Éric Buffetaut, paléontologue, pour qu’il nous éclaire sur la question. 

La crise marquant la fin du Permien et le début de la période triasique représente certainement la plus grande extinction de masse de l'histoire de la vie sur Terre. Il y a 252 millions d'années, 81 % des espèces vivant dans les océans ont disparu ainsi que 75 % des espèces vivant à terre. Cette crise qui a failli éradiquer toute forme de vie a été causée par un événement volcanique majeur : le développement des Trapps de Sibérie.

L'éruption de cette gigantesque province volcanique a recouvert des millions de kilomètres carrés de lave, mais ce n'est pas tout. Outre la libération de grandes quantités de gaz (dioxyde de carbone et dioxyde de soufre) emprisonnés dans le magma, l'intrusion de liquide magmatique dans un sol sédimentaire majoritairement composé de roches évaporitiques (anhydrite et gypse) a conduit au relargage de tonnes de gaz à effet de serre dans l'atmosphère, provoquant un changement climatique global.

Les effets cumulés des changements environnementaux

Les gaz issus de ce contact métamorphique auraient également eu un effet désastreux sur la couche d’ozone. Les effets cumulés, notamment la diminution du taux d'oxygène dans les océans, ont été dramatiques pour la vie animale et végétale. Bien que cette crise ait été largement étudiée, les liens entre une éruption volcanique à terre et la disparition de la vie dans les océans restent controversés. Il ne s'agit certainement pas d'un lien de cause à effet immédiat, mais plutôt d'une accumulation de changements environnementaux ayant mené à un seuil critique.

Le passage de ce seuil aurait alors entraîné l'extinction rapide de la plupart des espèces sur toute la surface du globe. Dans une étude parue récemment dans la revue Nature Geoscience, Martin Schobben (du Museum für Naturkunde, Berlin) et ses collègues de l'université de Geosciences d'Oslo (Norvège) ont remonté les traces de cette crise majeure pour en connaître les mécanismes. Ils ont notamment découvert que le phosphore a joué un rôle central dans l'enchaînement des événements durant cette période.

Modification de la chimie des océans : la spirale infernale

Avant le début de l’extinction, le volcanisme intense dans les Trapps de Sibérie a entraîné une augmentation de la quantité de phosphore dans les océans. Cette augmentation s'est accompagnée d'une accélération de la production primaire marine (il s'agit de la vitesse à laquelle la matière organique est biosynthétisée par la biomasse) et d'une diminution du taux d'oxygène dans les environnements marins peu profonds.

 Il y a 252 millions d'années, une crise majeure qui a fait disparaitre plus de 80 % des espèces vivantes. © Erica Guilane-Nachez, Adobe Stock

Ce début d'anoxie des zones côtières aurait été contrebalancé dans un premier temps par le fait que le phosphore soit efficacement piégé dans les sédiments, freinant l'extension de la zone appauvrie en oxygène. Cependant, l'effondrement du monde végétal terrestre, à la suite de l'éruption des Trapps de Sibérie et au changement climatique en résultant, a modifié les apports en éléments chimiques fer et sulfate dans les océans. La composition chimique de l'eau de mer a ainsi doucement évolué vers un milieu euxinique, c'est-à-dire anoxique et sulfureux.

L’eau des océans est ainsi devenue toxique pour la plupart des espèces animales marines

Ce changement dramatique a engendré une remobilisation du phosphore dans l'eau de mer, marquant le début d'une spirale infernale. La diminution du taux d'oxygène s'est alors accélérée, favorisant l'accumulation dans l'eau d'un nouveau composé chimique mortel pour les êtres vivants : le sulfure d'hydrogène. L'eau des océans est ainsi devenue toxique pour la plupart des espèces animales marines.

L'étude des sédiments corrobore cette hypothèse d'un océan sulfureux, notamment par la présence de grandes quantités de bactéries consommatrices de sulfure d'hydrogène à la fin du Permien. La région des océans la plus impactée par cette modification de la composition de l'eau de mer est la zone peu profonde du talus continental. C'est également cette région qui abrite le plus grand nombre d'espèces marines. Seuls les organismes capables de s’adapter graduellement à un environnement plus profond auraient ainsi pu survivre.

Une leçon à retenir

Ce n'est donc pas un événement brutal et unique qui a mené à une catastrophe globale, mais un enchaînement en cascade de petits changements sur le long terme. Cette étude montre qu'un réchauffement climatique extrême peut causer une catastrophe environnementale majeure par un jeu d'enchaînements incontrôlables. La crise de la fin du Permien marque un tournant majeur dans l'histoire de la vie sur Terre. Il faudra d'ailleurs plusieurs millions d'années pour que la biodiversité retrouve son niveau d’origine.

Abonnez-vous à la lettre d'information La question de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez, forcément. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !