Le sulfure d’hydrogène est naturellement émis par les sources d’eau chaude. © Ulia Koltyrina, Adobe Stock
Sciences

Hydrogène sulfuré

DéfinitionClassé sous :chimie , hydrogène , soufre

Le sulfure d'hydrogène, ou hydrogène sulfuré, ou est un gaz incolore et toxique de formule H2S. Reconnaissable à son odeur évoquant l'œuf pourri, il est naturellement émis par les volcans et les émanations des sources d’eau chaude, et présent dans le pétrole brut et le gaz naturel. Le sulfure d'hydrogène et aussi produit par dégradation anaérobie par les microorganismes, par exemple lors de la décomposition des algues ou dans les stations d'épuration.

Selon les conditions de température et de pH et en l'absence d'oxygène, le sulfure d'hydrogène est solubilisé dans les eaux de surface ou les sols humides. Il est également adsorbé par certains végétaux et présente une forte écotoxicté pour les organismes aquatiques.

Sulfure d'hydrogène : propriétés physiques et chimiques

  • Limite d'explosivité dans l'air : 4% à 46%
  • Température d'autoinflammation : 260°C
  • Température d'ébullition : -60,31°C
  • Température de fusion : -85,53°C
  • Poids moléculaire : 34,08 g/mol
  • Solubilité dans l'eau : 4100 mg/L à 20°C
  • Densité de vapeur (air=1) : 1,19
Le sulfure d’hydrogène est un gaz toxique de formule H2S. © petrroudny, Adobe Stock

Sulfure d'hydrogène : utilisations

  • fabrication de sulfures métalliques, notamment sulfure de sodium et hydrosulfure de sodium pour l'industrie du papier
  • fabrication des mercaptans (additifs pour le gaz)
  • industrie des colorants
  • industrie du caoutchouc et doucir
  • fabrication de pesticides
  • fabrications d'additifs pour les plastiques
  • industrie pharmaceutique
  • production d'eau lourde pour l'industrie nucléaire
  • purification des minerais en métallurgie (extraction de l'or)
  • Le sulfure d'hydrogène est produit en grande quantité lors du raffinage de pétrole, de l'épuration du gaz naturel et du charbon

Sulfure d'hydrogène : toxicité

L'inhalation est la voie essentielle d'exposition au sulfure d'hydrogène. Ce dernier est rapidement absorbé par les alvéoles pulmonaires et distribué dans les différents organes (essentiellement cerveau, foie et reins). À fortes concentrations (>1.390 mg/m3), les effets létaux peuvent survenir en quelques minutes voir quelques secondes.

Le sulfure d'hydrogène inhibe l'enzyme cytochrome oxydase, ce qui provoque l'asphyxie de la cellule. L'intoxication aiguë se traduit par différents symptômes :

  • toux
  • douleur thoracique
  • dyspnée
  • hypotension
  • tachycardie et troubles du rythme cardiaque
  • céphalées
  • vertiges
  • troubles de la coordination et désorientation
  • nausées
  • vomissements
  • fatigue intense
  • perte de connaissance et coma

Une exposition chronique à de faibles concentrations est associée à une augmentation des pathologies pulmonaires et cardiovasculaires, ainsi que des atteintes oculaires (conjonctivites et kératites).

Cela vous intéressera aussi
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !