L’extinction des éléphants fera augmenter le taux de CO2 dans l’atmosphère

Classé sous :éléphant , Réchauffement climatique , espèces en danger d’extinction

Depuis le XIXe siècle, les populations d’éléphants ont dramatiquement chuté. L'éléphant d'Asie figure aujourd'hui sur la liste rouge des espèces en danger d’extinction de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Un drame pour la biodiversité mais aussi, plus généralement, un drame pour notre planète comme nous l'apprennent des chercheurs de l'université de Saint-Louis (États-Unis).

En effet, dans les forêts d'Afrique centrale par exemple, les éléphants semblent préférer se nourrir d'espèces à croissance rapide. Favorisant ainsi le développement d'espèces à croissance lente et à forte densité de bois. Des espèces qui séquestrent plus de carbone de l'atmosphère.

Ainsi, simulation mathématique à l'appui, les chercheurs craignent désormais que l'extinction des éléphants ait un impact non négligeable sur le stockage du carbone et, de fait, sur les niveaux de CO2 présents dans l'atmosphère.

Des chercheurs ont constaté que le broutement des éléphants favorise les espèces à croissance lente. Celles-ci sont de plus en plus abondantes dans les zones à éléphants. Les plantes à croissance lente ont un bois dense et stockent donc plus de carbone que les espèces à croissance rapide. © kikatani, Pixabay License