Extinction du Trias-Jurassique : l'hypothèse des volcans renforcée

Classé sous :dinosaure , Volcan , extinction des dinosaures

Survenue il y a environ 200 millions d'années, plusieurs hypothèses peuvent expliquer l'extinction du Trias-Jurassique, qui a laissé le champ libre aux dinosaures. Cette période est considérée comme la cinquième extinction d'espèces la plus massive du Phanérozoïque, c'est-à-dire, le temps géologique comprenant les premiers animaux fossilisés jusqu'à nos jours. Parmi les causes avancées, les hypothèses des volcans et des astéroïdes sont particulièrement plébiscitées. Une étude, publiée dans Nature Communications, vient de renforcer un peu plus celle des volcans. Bien que les deux hypothèses ne s'excluent pas mutuellement.

L'extinction du Trias-Jurassique correspond au moment où la Pangée s'est fracturée, donnant petit à petit forme aux continents tels que nous les connaissons. Cette fracture s'est accompagnée de la naissance d'un nouvel océan : l'Atlantique. La partie nord de l'océan Atlantique s'est ouverte en premier, probablement grâce à des phénomènes tectoniques et magmatiques, eux-mêmes à l'origine d'une vaste zone reposant sur des roches magmatiques. Des zones comme celle-ci, il en existe plusieurs. En l'occurrence, il s'agit de la province magmatique centre atlantique (Camp).

C'est en étudiant la Camp que des chercheurs ont renforcé l'hypothèse des volcans. En effet, ils ont trouvé des preuves d'une grande quantité de bulles de CO2 piégées dans ses roches. Ce qui suggère un rôle de la Camp « dans le déclenchement de changements climatiques extrêmes », stipule un communiqué. La Camp aurait eu des activités volcaniques provoquant une augmentation rapide du CO2 atmosphérique. Donc de l'effet de serre. Contribuant probablement « au réchauffement climatique et à l'acidification des océans à la fin du Trias », détaillent les chercheurs.

Leurs résultats ont également conduit à une autre hypothèse. Plus moderne cette fois. Les changements environnementaux dus au CO2 « pourraient avoir été similaires à ceux prévus dans un avenir proche ». Don Baker, chercheur au département des Sciences de la Terre et des planètes de l'université McGill (Montréal), et coauteur de l'étude, exprime son inquiétude. « Bien que nous ne puissions pas déterminer avec précision la quantité totale de [CO2] libérée dans l'atmosphère lorsque ces volcans ont éclaté, la corrélation entre cette injection naturelle de [CO2] et l'extinction de la fin du Trias devrait être un avertissement pour nous. »

Les symboles noirs indiquent la provenance des échantillons étudiés : triangle pour le Portugal, cercle pour le Maroc, carré pour le New Jersey (États-Unis), et diamant pour la Nouvelle-Écosse (Canada). Les pointillés noirs correspondent aux limites de la Camp, et les pointillés rouges à ses digues. Tandis qu'en jaune sont représentés les seuils de la Camp, et en bleu les coulées de lave. © Manfredo Capriolo et al. Deep CO2 in the end-Triassic Central Atlantic Magmatic Province, Nature Communications