Planète

Papillons et orties, une collaboration pour la biodiversité

Dossier - Les métamorphoses du papillon
DossierClassé sous :zoologie , Papillon , oeuf

-

Ce dossier propose une approche d’une partie du monde des insectes : les papillons. Ceux-ci représentent, avec 200.000 espèces environ répertoriées au monde, le cinquième du nombre total des espèces d’insectes connues sur Terre. Après la lecture de ce dossier vous serez incollable sur les papillons.

  
DossiersLes métamorphoses du papillon
 

Parmi les différentes espèces de papillons, certaines présentent une particularité de mode de vie : leurs chenilles se développent sur les orties !

Chenille du Lambda. © Fabio Sacchi, Shutterstock

La chenille du Lambda, papillon « de nuit » (mais qui peut voler de jour) se développe sur les orties, également sur le chou, la laitue, le pois, le trèfle et d'autres végétaux cultivés ou sauvages (Carter & Hargreaves, 1988). C'est un papillon migrateur.

À gauche : le Lambda, Autographa gamma (L., 1758). Au centre : le Vulcain, Vanessa atalanta (L., 1758). À droite : la Pyrale de l’Ortie, Eurrhypara hortulata (L., 1758). © Bernard Schmeltz

Les papillons « de nuit » migrent souvent en grand nombre, et volent au crépuscule, ou la nuit (Pro Natura, 1999).

La chenille de la Pyrale de l'Ortie se développe dans les feuilles d'ortie ou de lamier qu'elle enroule, et celle de la Pyrale du Houblon dans des feuilles également enroulées de l'ortie ou du houblon.

À gauche : la Noctuelle à museau, Hypena proboscidalis ( L., 1758) (Noctuidé). Au centre : la Carte géographique, Araschnia levana (L., 1758). À droite : la Carte géographique (forme d’été). © Bernard Schmeltz

La Carte géographique présente deux formes : une de printemps (dont la chrysalide a hiverné) - avec le dessus des ailes qui comporte des dessins noirs sur fond brun-orange, une génération d'été - aux ailes noires à bandes blanches à blanc jaunâtre.

À gauche : la Belle-Dame, Vanessa cardui (L., 1758) (Nymphalidé). Au centre : l’Écaille chinée, Euplagia quadripunctaria (Poda, 1761) (Arctiidé). À droite : la Pyrale du Houblon, Pleuroptya ruralis (Scopoli, 1763) (Crambidé). © Bernard Schmeltz

La Belle-Dame est un papillon migrateur, répandu sur tout le globe sauf en Amérique latine, qui revient du sud de l'Europe et d'Afrique du Nord tous les ans et peut étendre son « domaine jusqu'au cercle polaire en été » (Tolman & Lewington, 1999). Ce papillon présente deux à trois générations par an en Suisse. Une partie des papillons de la dernière génération migre en sens inverse, vers le sud, à l'automne.

La Plusie confluente, Diachrysia stenochrysis (Warren, 1913) (Noctuidé). © Bernard Schmeltz

L'ortie, plante hôte de nombreux insectes

En plus de la Belle-Dame, la Carte géographique, l'Écaille chinée, le Lambda, la Noctuelle à museau, le Paon-du-jour, la Petite Tortue, la Pyrale de l'ortie, la Pyrale du houblon, le Robert-le-diable, La Plusie confluente, le Vulcain, les orties peuvent être des plantes hôtes des papillons suivants : l'Écaille cramoisie, l'Écaille ensanglantée, l'Écaille lièvre, l'Écaille marbrée, l'Écaille mendiante, l'Écaille tigrée, la Feuille d'or, l'Iota, la Méticuleuse, la Noctuelle à lunettes, la Noctuelle de l'ortie, la Noctuelle des haies, la Noctuelle typique, la Polygonière, la Potagère, le Vert-doré et d'autres insectes.

L’ortie dioïque, Urtica dioica L., 1753. © Bernard Schmeltz

Les orties sont utiles au jardin en culture biologique (purin d'orties, engrais, compostage), ainsi qu'en gastronomie. Conserver un carré d'orties dans son jardin - ou à côté des écoles - permet aussi d'élever et d'observer nombre de papillons (Schmeltz, 2006). Et la présence de plantes nectarifères à proximité des orties permettra aux papillons de se nourrir.