Planète

Culture de la tomate au jardin

Dossier - La tomate, reine des légumes-fruits
DossierClassé sous :botanique , médecine , tomate

Au fil des siècles, la tomate s’est imposée comme un ingrédient clé de la cuisine occidentale. De la tomate de Marmande à la tomate verte en passant par la rose de Berne, explorez les vertus, la diversité et les secrets de ce légume-fruit pas comme les autres.

  
DossiersLa tomate, reine des légumes-fruits
 

Cultiver des tomates dans un jardin est assez facile à mener à bien, à condition toutefois de respecter un certain nombre d'opérations, cela d'une façon régulière.

Comment bien cultiver ses tomates au jardin ? © Gellinger, CCO

Exigences de la tomate

La tomate est une plante des climats chauds, mais peut quand même se cultiver dans bon nombre de régions. Elle réclame cependant une température nocturne minimale de 12 °C. S'il fait froid, elle languit et se chlorose, donnant un feuillage jaunâtre. Pour produire des fruits bien mûrs, elle a besoin de soleil. Il faut donc la placer dans un endroit bien exposé, riche en humus, dans un sol léger et capable de se réchauffer rapidement. Ce végétal réclame de fréquents arrosages. Attention : cette espèce ne doit pas être cultivée sur le même terrain avant trois ans.

La tomate Orange Russian est une tomate jaune et orange marbrée de rose et rouge, qui se mange notamment en salade. © Tomodori

Préparation de la terre et semis

Lors du labour d'automne, mieux vaut enfouir 4 kg/m2 de fumier bien décomposé ou 100 g de fumier déshydraté, à compléter par l'apport d'un engrais minéral à dominante potassique, de type 4-6-10 par exemple (100 g/m2). Une semaine après la floraison du premier bouquet de vos sujets, puis régulièrement tous les 15 jours, arrosez avec un engrais complet soluble, de formule 12-9-21 notamment.

Fleur de la tomate noire de Crimée. Cette tomate peut aller du pourpre foncé au vert sombre, et n’est pas acide. © Tomodori

Choisissez plusieurs variétés capables de produire à des périodes différentes, ce qui est indiqué sur les sachets. Semez des graines dans une terrine, en avril, dans un mélange de deux parts de terre, une de tourbe et une de sable. Placez ce récipient à l'intérieur, derrière une fenêtre. Dès la levée des plants, choisissez les plus vigoureux et repiquez-les en godets de tourbe. Fin avril ou début mai, plantez, à 20 cm de profondeur, les meilleurs pieds à leur emplacement définitif (75 cm entre les rangées et 40 à 50 cm entre les plants). Vous pourrez vous procurer dans le commerce des plants prêts à être mis en terre, ce qui vous évitera les opérations préalables, si vous désirez vous épargner du travail.

Tuteurage

Vos plantes auront besoin d'être tuteurées. Plantez des tuteurs de 1,50 m tous les 2 m, deux semaines après la mise en place et après les avoir désinfectés à l'eau de Javel à 25 %. Entre eux, tendez trois à quatre ficelles horizontales, sur lesquelles les rameaux seront attachés. Ou si vous préférez, prévoyez un soutien par sujet.

Taille

Ce sera le secret de la réussite de votre culture ! Supprimez les tiges au-dessus du deuxième bouquet de fleurs. Enlevez ensuite, à l'ongle, tous les bourgeons naissant à l'aisselle des feuilles, à l'exception de celui de la feuille supérieure, qui donnera une nouvelle tige. Taillez celle-ci au-dessus du troisième bouquet. Si vos pieds sont vigoureux, conservez encore un rameau et un bouquet. Ôtez tous les boutons qui continuent à se développer. Si vous avez une culture tardive, après la première taille, gardez deux branchettes supérieures et traitez-les comme précédemment. Dans tous les cas, ne conservez que quatre à cinq bouquets de fleurs par pied.

Principaux ennemis

Le mildiou est l'ennemi numéro un de la tomate ! Cette maladie cryptogamique se manifeste par l'apparition de taches brunâtres sur le feuillage et les fruits, à traiter préventivement, dès la floraison, avec de la bouillie bordelaise, à base de cuivre.

Le rendement des plantes atteintes par le mildiou est diminué. ©Tomodori

Le botrytis est une autre affection du même type, qui provoque un feutrage grisâtre sur l'ensemble de la plante, à contrôler, à deux ou trois reprises, avec un produit spécialisé. Une autre affection peut aussi se manifester : l'apparition d'un feutrage blanc sur le feuillage, signe d'une attaque d'oïdium, à traiter préventivement ou dès l'apparition des premiers symptômes avec du soufre ou une décoction de prêle. Pour éviter l'apparition de maladies, il est conseillé d'adopter la rotation de la culture, en attendant quatre ans avant de replanter des tomates sur une même parcelle. Il vaut mieux aussi éloigner une telle culture des autres solanacées, comme l'aubergine. Une autre précaution à prendre : brûler les plants et les fruits malades.

Assortiment de tomates. C’est un ingrédient central dans de nombreux pays occidentaux, avec une consommation jusqu’à 72 kg par habitant et par an en Grèce. © Tomodori

Récolte et conservation

Peu de temps avant la récolte, afin de permettre une meilleure pénétration du soleil déclinant sur les fruits, à partir de la fin août, effeuillez vos pieds, cela jusque début octobre. Commencez cette opération par la base et, en deux semaines, remontez vers le dernier bouquet de fruits. Cueillez vos tomates lorsqu'elles sont bien rouges ou encore vertes si vous désirez les confire au vinaigre ou pour préparer des confitures. Faites mûrir les derniers fruits sur le rebord d'une fenêtre, ou alors employez, avant votre récolte et pour chaque pied, un manchon-ascenseur ressemblant à un pot retourné et entièrement transparent. Posez-le sur le sol, autour du tuteur, puis faites-le grimper au fur et à mesure que la plante se développera.