Planète

Une baisse des rendements des céréales, au Sud

Dossier - L'agriculture victime du réchauffement - dans les pays tropicaux

L’agriculture des pays tropicaux va être littéralement dévastée par les multiples conséquences du réchauffement climatique. Ce dossier tente d’en détailler plusieurs, toutes dramatiques. Liste non limitative malheureusement !

  
DossiersL'agriculture victime du réchauffement - dans les pays tropicaux
 

Signalons enfin que les rendements des principales céréales consommées dans le monde seront affectés négativement par le réchauffement climatique. L’augmentation de la teneur en gaz carbonique de l’atmosphère donnera un coup de fouet aux plantes, et le rayonnement solaire accru également, mais ces effets bénéfiques seront plus que compensés pas des « externalités négatives ».

D’une part, pour chaque degré au-dessus d‘une température moyenne annuelle de 26 °C, le rendement des céréales chute de 10 % ; d’autre part, comme on l’a vu page précédente, les insectes prédateurs, sans la régulation naturelle exercée par le froid en hiver, se multiplieront, ainsi que les adventices (mauvaises herbes) et les champignons. 

Champs de céréales. © Fietzfotos, Pixabay, DP

Le réchauffement climatique conduira à une baisse des rendements des céréales

Les chercheurs sont en effet parvenus à établir des prévisions très précises quant aux pertes de rendements estimées pour les décennies à venir. Si l’augmentation de 2 °C prévue par certains modèles pour 2100 se confirme, les quantités de blé récoltées pourraient alors chuter de 46 %, celles de riz de 19 %, et celles de maïs de 31 %, des chiffres considérables qui auront du mal à être compensés par les progrès génétiques ou des méthodes culturales. 

La seule augmentation de 2 °C prévue pour 2100 pourrait ainsi conduire à une diminution de production d’environ 213 millions de tonnes pour ces trois céréales réunies. Une perte colossale qui pourrait s’avérer plus considérable encore si l’élévation des températures dépasse ce seuil qui semble déjà difficile à éviter.

Le riz, base de la nourriture des populations locales, est cultivé sur 142 millions d’hectares en Asie (et occupe à lui seul la moitié des surfaces irriguées du monde !). Les experts estiment que sur ce total, 16 millions sont menacés par la salinité, 22 millions par les inondations et 23 millions par la sécheresse.

Évolution probable de la productivité agricole dans le monde d’ici à 2080 avec le réchauffement climatique. © Cline 2007

D’autres estimations, plus optimistes, évoquent quand même des pertes totales de 10 % en Asie et de 15 % en Afrique…

La production de café arabica pourrait aussi chuter

Le café arabica représente actuellement 70 % des 10 millions de tonnes de la production mondiale de café. Or les graines d’arabica poussent dans une fourchette de températures restreinte, de 19 °C à 25 °C. Quand le thermomètre grimpe davantage, la photosynthèse s'en voit affectée et, dans certains cas, les arbres s'assèchent. Les caféiers pâtissent en outre de la multiplication des périodes de fortes précipitations et de sécheresses prolongées. Au total, les experts estiment que les rendements pourraient baisser de 38 à 90 % d’ici la fin du siècle. 

Une qualité nutritionnelle des céréales amoindrie 

De plus, si des concentrations plus fortes en CO2 permettent d’accélérer la croissance des plantes, malheureusement elles diminuent aussi la qualité nutritionnelle de ces mêmes plantes. Des expériences de culture du riz en atmosphère enrichie en gaz carbonique ont montré une forte baisse (jusqu’à 30 %) des teneurs en vitamines B1, B2, B5, B9 (Folate), mais aussi en protéines, fer et zinc. Or les carences en folate chez les femmes enceintes peuvent entraîner la naissance d'enfants présentant diverses anomalies congénitales !